BERTHOUD Jean-Marc - Pour conclure

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Vu la richesse et l'importance du sujet traité dans ce numéro, il nous a semblé judicieux de présenter des manières assez différentes de défendre la foi chrétienne, de répondre à quiconque demande raison de l'espérance qui est en nous (I Pi. 3 : 15). L'avantage d'une telle démarche est de mettre en avant la richesse de l'héritage de l'Église catholique (universelle et orthodoxe) et d'aborder la question par des angles variés.

Pour conclure ce recueil de positions parfois apparemment contradictoires, nous présenterons brièvement, en reprenant certains points importants, la position apologétique de la Revue.

A la suite de l'Éditorial, rappelons les deux orientations principales de toute apologétique fidèle. La première est défensive, la seconde offensive (ou constructive).

La dimension défensive de l'apologétique est le propre d'une foi confessante. Elle vise à repousser les assauts menés contre la vérité biblique. C'est dans ce contexte qu'il faut placer les débats entre apologètes évidentialistes et présuppositionnalistes. Ces positions ayant été longuement développées, nous ne nous y attarderons pas pour passer directement à la préoccupation centrale.

Un extrait de l'Institution chrétienne de Calvin, déjà partiellement cité par R. Booth, va servir de base à notre bref développement :

Nous avons à retenir ce que j'ai dit naguère, que jamais nous n'aurons ferme foi à la doctrine [de l'autorité des Écritures saintes], jusqu'à ce qu'il nous soit persuadé sans aucun doute que Dieu en est l'auteur. C'est pourquoi la souveraine preuve de l'Écriture se tire communément de la personne de Dieu qui parle en elle. Les Prophètes et les Apôtres ne se vantent point de leur subtilité et haut savoir, et tout ce qui acquiert crédit aux hommes, et n'insistent point aux raisons naturelles; mais, pour assujettir tous les hommes et les rendre dociles, ils mettent en avant le nom sacré de Dieu. [...]
Ceux qui veulent et s'efforcent de maintenir la foi de l'Écriture par disputes, pervertissent l'ordre. Il est vrai qu'il y aura toujours assez de quoi rembarrer les ennemis; et de moi, bien que je ne sois pas doué de grâce ou faconde si exquise qu'on pourrait demander, toutefois si j'avais à démêler cette querelle avec les plus fins contempteurs de Dieu qu'on pourrait trouver, et qui désirent être vus bons discutailleurs et fort plaisanteurs en renversant l'Écriture, j'espère qu'il ne me serait pas difficile de rabattre tout leur caquet; et si c'était un labeur utile de réfuter toutes les faussetés et malices, je n'aurais pas grand'peine à montrer que toutes leurs vanteries qu'ils amènent en cachette ne sont que fumée.
Mais encore que nous ayons maintenu la Parole sacrée de Dieu contre toutes détractions et murmures des méchants, ce n'est pas à dire que par cela nous imprimions au coeur une certitude de foi telle que la piété requiert : parce que les gens profanes pensent que la religion consiste en opinion seulement, afin de ne rien croire follement et à la légère, ils veulent et demandent qu'on leur prouve par raison que Moïse et les Prophètes ont été inspirés de Dieu à parler. A quoi je réponds que le témoignage du Saint-Esprit est plus excellent que toute raison : car bien que Dieu seul soit témoin suffisant de soi en sa Parole, toutefois cette Parole n'obtiendra point foi aux coeurs des hommes si elle n'y est scellée par le témoignage intérieur de l'Esprit[1].

Bien que ce texte ne s'applique qu'à une question précise, celle du fondement de l'autorité de la Bible, il nous semble que l'approche de Calvin soit extensible au domaine de l'apologétique en général.

En effet, ce texte touche à la question fondamentale propre à toute démarche apologétique : qu'est-ce qui fait autorité sur notre vie et notre pensée ? Tout homme, consciemment ou non, volontairement ou pas, construit sa pensée et sa vie sur un principe d'autorité, sur une série de postulats, des a priori (ou présupposés). La science, une expérience existentielle et le matérialisme historique sont des exemples parmi beaucoup d'autres[2]. La question est donc de savoir quelle est la bonne source d'autorité.

Calvin affirme clairement que cette autorité, cette norme, doit être la Parole sacrée de Dieu. Mais comme l'autorité de cette dernière peut elle-même être remise en cause, le Réformateur va plus loin et affirme qu'elle repose sur la personne de Dieu, par le moyen du témoignage du Saint-Esprit.

Cet élément est capital : l'autorité de la Parole de Dieu ne repose ni sur la raison humaine, ni sur la science, ni même sur l'Église, mais sur la personne de Dieu. Par là, nous voyons que la question qui se pose à l'homme créé à l'image de Dieu, celle de l'autorité, n'est pas avant tout d'ordre rationnelle mais religieuse. Ainsi, Calvin relève que lorsqu'il s'agit de convaincre les incroyants de l'autorité de la Parole divine, les Prophètes et les Apôtres [...] n'insistent point aux raisons naturelles [...], ils mettent en avant le nom sacré de Dieu.

Le problème de l'homme n'est pas d'abord intellectuel (portant sur une connaissance conceptuelle de Dieu), mais spirituel et moral (l'homme, révolté contre Dieu, ne veut pas se soumettre au Seigneur de toute chose). Notre apologétique ne devra donc pas être fondée sur une démarche rationaliste (qui accorde la première place à la raison, elle même déchue !), mais sur un appel engageant le pécheur dans tout son être à changer de vie, ce en invoquant le nom sacré de Dieu. Ne pas procéder de la sorte revient, selon Calvin, à pervertir l'ordre. Les présuppositionnalistes insistent sur ce point, nous ne pouvons qu'être d'accord.

Il est cependant important de constater que Calvin n'affirme pas que seul un discours mettant en avant le nom et l'autorité de Dieu soit possible dans la démarche apologétique. Il affirme en effet avec une grande assurance qu'il y aura toujours assez de quoi rembarrer les ennemis de la foi chrétienne par des arguments rationnels. Autrement dit, bien que le problème fondamental de l'homme soit de nature religieuse et que la raison humaine soit corrompue, la grâce générale de Dieu (manifestée dans l'ordre stable de la création) est telle qu'elle permet d'apporter des preuves historiques et scientifiques certaines de la véracité de la foi chrétienne. Cette perspective, à laquelle nous adhérons sans hésiter, exclut toute pensée apologétique abstraite, faisant fi de la réalité créée.

Ainsi, nous n'adhérons pas à une apologétique évidentialiste à cause de sa méconnaissance du problème fondamental de l'homme. Mais nous ne pouvons également suivre un présuppositionnalisme extrême, se désintéressant totalement de la révélation générale (science et histoire) pour ne se pencher que sur la révélation particulière (la Bible).

S'il est clair que le problème de l'homme est avant tout d'ordre religieux, il l'est tout autant qu'il ne l'est pas exclusivement et que Dieu peut utiliser des vérités rationnelles pour amener à lui des incroyants. La personne humaine est d'une grande richesse. Sa nature est fondamentalement religieuse (créée à l'image de Dieu), mais Dieu a souvent recours à des éléments seconds (intelligence, sentiments, etc.) pour attirer le pécheur à lui.

Nous sommes donc tenants d'un présuppositionnalisme modéré (tenant compte de toute la réalité créée, pas seulement d'un schéma de pensée abstrait) et tenons l'apologétique évidentialiste pour mal fondée. Elle peut cependant s'avérer utile et doit être prise en considération.

Pour ce qui est de l'apologétique offensive, ou constructive, elle devrait être le pain quotidien de tout chrétien. Elle vise en effet au développement d'une façon chrétienne de voir tous les domaines de la réalité créée.

Nous n'avons pu aborder frontalement cette question, puisque chaque domaine de la réalité doit faire l'objet d'un développement particulier.

Aux personnes intéressées et soucieuses de développer le sujet de ce numéro, nous ne pouvons que recommander la bibliographie. Elle contient de nombreuses perles que nous n'avons pu qu'à peine esquisser. La Rédaction se tient également à disposition des lecteurs souhaitant prolonger la réflexion.
  1. J. Calvin, L'institution chrétienne (I, vii, 4), Aix-en-Provence, Kerygma, 1978.
  2. R. J. Rushdoony, Infallibility : An Inescapable Concept, Vallecito, Ross House Books, 1978, 70 p.