BOUKOVSKY Vladimir - L'Union Européenne s'écroulera comme l'Union Soviétique

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Boukovsky, ex dissident soviétique, trouve de nombreuses parallèles entre les structures de l’Union Européenne et celles de feu l’Union Soviétique. Cependant Boukovsky est optimiste : l’Union Européenne s’écroulera parce qu’elle ne tient pas compte de la nature humaine. Il appelle les peuples des nations membres de l’Union Européenne, ainsi que ceux des autres États européens, à suivre l'exemple des dissidents soviétiques et de commencer à lui préparer une alternative : c’est-à-dire d’agir comme des citoyens vraiment libres et responsables et d’établir un véritable mouvement de droits humains, un mouvement de citoyens.

Current Concerns : Vous avez vécu en Grande Bretagne depuis votre départ de l’Union Soviétique en 1976. Dans votre expérience quel est le point de vue du public britannique sur l’intégration européenne ?

Vladimir Boukovsky : J’ai rencontré un chauffeur de taxi à Londres qui arborait le signe suivant sur sa voiture : Les anglais ne font pas encore partie de la zone monétaire de l'Euro, et cependant mon chauffeur de taxi faisait une déclaration préalable d'opposition à ce système monétaire. Ceci montre à quel point les anglais réagissent de manière passionnée à ces questions. J’ai immédiatement compris la valeur hautement symbolique du signe affiché et j'en ai parlé au chauffeur. Puis, dans la conversation il me demanda à cause de mon accent, d’où je venais . Je lui réponds : . Il répliqua :

Une remarque étonnement simple mais parfaitement exacte.

Ceci nous montre que nous ne devrions pas avoir peur de l’opinion des gens du peuple . Les gens simples comprennent ces choses mieux que les intellectuels. Les intellectuels compliquent trop les choses qui, en fait, sont assez simples. Quatre-vingt dix-neuf fois sur cent les gens simples voient les choses telles qu'elles sont. On rend les choses, en fait assez simples, délibérément confuses. Lorsqu’on les exprime simplement elles deviennent évidentes.

La manipulation de masse

Current Concerns : Vous êtes connus comme quelqu’un qui n’a pas peur de nager à contre-courant et qui ose dire tout haut ce qui pour vous ne semble pas aller. Il semble également que vous avez une tendance à voir les choses plus rapidement que la plupart des gens.

Vladimir Boukovsky : Je vous avais averti, il y a assez longtemps, vous autres Suisses de faire bien attention à ce qui se passait dans l’Union Européenne ; qu’il s’y faisait des choses mauvaises. C'était à une époque où l’Union Européenne ne vous posait même pas de problème. Pourquoi est-ce que je vois si régulièrement les choses différemment de la majorité des gens ? Je pense sans doute que qu'il s'agit chez moi d'un mélange de caractère et d’éducation. Peut-être que c'est aussi dû au fait que j'ai grandi sous le Stalinisme. A cette époque, c'est-à-dire après la Deuxième Guerre mondiale, à la mort de Staline nous étions des enfants qui vivaient dans la rue. Après la guerre nos parents étaient trop pris pour s'occuper de nous et nous passions tout notre temps dans la rue. Staline reposait alors en pompe dans la Salle des Colonnes du Kremlin. Des centaines de milliers de personnes sont venues à Moscou pour voir sa dépouille. Moscou était bourré de monde – l'on peut rappeler que quelque 5'000 personnes moururent écrasés, ce qui fut sans doute une hécatombe appropriée pour célébrer Staline, tyran qui, au cours de sa vie, fut responsable de la mort d'un nombre innombrable de ses concitoyens.
Gamins, vifs comme l'argent que nous l'étions, nous nous sommes servis des toits – et tout particulièrement celui de l’Hôtel National – d’où nous pouvions bien observer la foule qui se trouvait à nos pieds. Je pouvais voir une véritable mer de têtes qui se déplaçait sur la Place Rouge comme des vagues, s’écrasant les uns contre les autres. Des camions et des bus furent utilisés par la police pour bloquer les rue latérales afin d’empêcher d’autres personnes de surgir sur la place. Depuis le toit nous avons pu voir un bus être renversé et couché sur son côté, comme un énorme éléphant, simplement par l’effet de la pression des corps. A l’époque j’avais environ onze ans et j’étais emporté par des sentiments très violents. Il ne s’agissait pas encore de pensées bien formulées car, à cet âge je n’arrivait pas à exprimer ce que je ressentais par des paroles, mais je savais que je contemplais quelque chose que jamais je ne devais oublier.
La première chose, c’est qu’on m’avait toujours dit que Staline était un dieu. Mais voilà que le dieu venait de mourir ce qui me paraissait une contradiction pure et simple. Ou bien Staline n’était pas un dieu, ou bien ce dieu était mort. Dans mon esprit ceci voulait dire qu’il n’existait aucune autorité ultime et que, du moins en ce qui me concernait, il n’y en aurait plus jamais.
La deuxième chose c’est que toutes ces personnes sous mes pieds se trompaient et qu’elles avaient été abusées. Je me rendais ainsi compte que la majorité pouvait avoir tort.
Tout ceci n’était évidemment pas clairement formulé dans mon esprit. Mais c’est é cet instant que débuta ma méfiance complète à l’égard de la génération qui me devançait. La vie n’a fait plus tard que confirmer amplement mes sentiments d'alors. Depuis lors je me suis méfié de la majorité et j’ai toujours analysé les chose à partir de cette perspective. Je n’accepte jamais l’opinion de la majorité. Mes réactions sont toujours contraires à celles de la majorité.
Une fois que j’ai compris qu’il n’y avait plus d’autorité je me suis rendu compte qu’étant libre, j'étais seul entièrement responsable de ce que je faisais. Le dieu était mort, donc c’était moi qui était responsable. Comme il n’y a pas d’autorité finale qui vous empêche d'agir, il y a donc toujours un moyen ou un autre pour s’en sortir.
Quand vous lancez un mouvement, ne craignez pas le fait de n'être qu’une poignée de personnes au début. Ne vous tracassez pas pour cela. La plupart des gens ressentent les choses exactement comme vous, mais ils se contentent de bouder dans leur coin. Mais dès qu’ils se rendront compte qu’il existe des gens qui osent dire : on commencera à les voir se joindre à vous.
Le fait de fumer en public est un exemple de ce que j'essaye de dire. Aux États-Unis il est interdit de fumer dans tous les lieux publics, par exemple dans les aéroports. Cette interdiction est acceptée de manière si générale qu’elle n’est même pas affichée. Ainsi, lorsque je me trouve à l'aéroport dans ce pays je cherche un coin tranquille pour y allumer une cigarette. Et dès que je le fais je me trouve tout de suite entouré par des dizaines de personnes qui commencent, eux aussi, à fumer. C’est ça la mentalité de foule. Pourquoi il ne le font pas d’eux-mêmes, mais attendent plutôt que quelqu’un d’autre s’y mette, me dépasse. Mais je pense que si vous vous sentez réellement libres vous ferez ce qu’il vous paraît juste de faire et vous n’attendrez pas que quelqu’un d’autre le fasse avant vous. Lorsque vous vous sentez libres vous aurez aussi un sentiment de responsabilité et ceci vous donnera une autorité véritable. Cet esprit moutonnier provient peut-être du fait que les gens ont peur de prendre eux-mêmes des décisions et souhaitent que d’autres les prennent à leur place.
Un autre exemple est le suivant. L’endoctrinement politique par des cours de marxisme était obligatoire dans les camps de concentrations en Union Soviétique. Lorsque je me trouvais en prison j’ai catégoriquement refusé d’assister à ces cours et j’ai dit à mes camarades de détention : C’est comme si un non croyant allant à l’Église. Je refusais donc d’y assister et fut puni de quinze jours de cellule solitaire. Mais à ma sortie du cachot j’ai trouvé que 50% des prisonniers n’assistaient plus à ces cours. A la fin, ils durent tout simplement être annulés.

Current Concerns :Vous nous donnez là un exemple très important parce qu’il montre comment, si chaque individu comprend sa responsabilité personnelle de ne plus en faire partie, il devient possible de sortir de l’Union Européenne.

Vladimir Boukovsky : Vous venez de résumer toute la stratégie que j'envisage. Vous êtes entrés dans l’Union Européenne de manière collective, nationale, et vous devez en sortir individuellement. En sortir est un processus douloureux. Toute cette question de l'adhésion à l'Union Européenne est fondée sur une tactique fort malhonnête. J’ai pitié des États qui faisaient jadis partie du bloc de l’Est et qui veulent s’éloigner toujours plus de la Russie. Ils se trouvent dans un situation de vive inquiétude. Ils feront n’importe quoi pour se rapprocher de l’Europe qui, pour eux, a toujours représenté un phare éclairant leurs ténèbres. C'est évident qu’ils cherchent à se joindre à l’Union Européenne. Mais aujourd’hui l’Europe n'est plus la même. Le Ministre britannique des Affaires étrangères était récemment à Moscou où il parla des États baltes disant qu’ils ne devraient pas se comporter comme des fascistes à l'égard des russes qui sont chez eux. Nous avons ici un cas concret qui montre comment l’Union Européenne et Moscou travaillent de concert.
Ceci a été planifié dans le passé – un plan de convergence entre l’Est et l’Ouest qui alors n’avait pas marché – mais maintenant cela marche très bien.
Et maintenant Clinton veut que la Russie fasse partie de l’Union Européenne ! C’est un mystère pour moi de comprendre pourquoi ce serait Clinton qui recommanderait qui devrait faire partie (ou ne pas faire partie) de l’Union Européenne.

Current Concerns : Vous avez récemment comparé l’Union Soviétique à l’Union Européenne. Pouvez-vous nous expliquer précisément ce que vous entendez par cela ?

Il y a des ressemblances dans les structures de base et dans l’administration du pouvoir.
L’Union Soviétique s’appelait l’Union des Républiques Socialistes. Et qu’est donc l’Union Européenne ? L’Union Européenne est une Union de Républiques Socialistes – tous les membres de l’Union Européenne ont des gouvernements socialistes à l’exception le l’Espagne et de l’Autriche. Et regardez ce qui est arrivé à l’Autriche qui ne voulait pas d’un gouvernement socialiste. Ceci peut être comparé à la doctrine brejnevienne qui prévalait jadis en Union Soviétique. La même chose est arrivée à la Tchécoslovaquie lorsqu’elle dévia de la ligne officielle soviétique. Quand vous déviez, alors Bang ! C’est ce qui arriva à la Serbie – et ils furent bombardés. C’est typique du comportement soviétique.
Et qui donc gouvernait alors la Russie ? Quinze individus non élus, le Politburo. Et qu'en est-il de l’Union Européenne ? Elle est gouvernée par douze commissaires eux aussi non élus mais simplement nommés par leurs gouvernements nationaux. C’est la même structure.
Et quelle est la politique officielle des deux ? En Union Soviétique il n’y avait pas de nations., seulement des citoyens soviétiques. Et dans l’Union Européenne ? L’Union Européenne ne veut tolérer que de prétendus Européens, le fameux citoyen européen. Il n’y aura alors plus d’allemands, de français, etc.

Current Concerns : Dans le traité de Maastricht on trouve une clause qui dit que chaque personne dans l'Union Européenne est un citoyen de l’Europe.

Vladimir Boukovsky : Exactement.

Corruption

La corruption est partout en Europe. Cependant en Union Soviétique la corruption était institutionnalisée à partir du sommet de l’État. Exactement la même chose se produit dans l’Union Européenne : la corruption est administrée par les structures gouvernementales de l’Union Européenne.
L’Union Soviétique était une dictature de l’idéologie. L’Union Européenne est dirigée par cette idéologie de gauche, qu’on appelle . Elle est propagée par un nouveau genre de socialiste, ce qu'on appelle , type politique caractérisé par une profonde malhonnêteté, par un reniement du véritable passé socialiste. Un bon exemple de ce type de hypocrite est Tony Blair et son New Labour. Il y a une blague qui court que le New Labour ne prononce plus le mot (en français M****) mais que la pratique reste la même.
Cependant la gauche a tiré une leçon importante de l’écroulement du communisme : ça ne paie pas de lutter contre la propriété privée – lutte qui est au coeur même du socialisme ! La propriété privée était toujours considéré comme l’ennemi à abattre. George Bernard Shaw, qui était même considéré comme un socialiste modéré, écrivit un article pour l’Encyclopédie Britannica sur ce qu’était le socialisme et il n’y était question que du rejet de la propriété privée. C'était la pierre angulaire de toute l’idéologie socialiste, tare dont on s’est aujourd’hui débarrassé. Dans cette perspective le socialisme est quelque chose de bien. Le communisme soviétique était une chose horrible, mais le socialisme c’est aujourd’hui tout autre chose.

Current Concerns : Quand est que Gorbatchev changea d’avis sur la propriété privée ?

Vladimir Boukovsky : Jamais ! Il ne parla de coopératives que tout à la fin, ainsi que du travail individuel, mais jamais de propriété privée.
Le socialisme européen a jeté dehors ce qui fait l’essence même de son idéologie. Cependant, pourquoi la famille reste-t-elle encore une si mauvaise chose ? Parce qu’il s'agit coeur à partir duquel la propriété privée peut se constituer. La Nouvelle Gauche accepte à présent la propriété privée. Elle vous permet de produire des richesses, mais c’est à elle de se charger de les redistribuer.

Current Concerns : Où se trouve alors la différence essentielle entre la Nouvelle Gauche et le Communisme Soviétique ?

Vladimir Boukovsky : En Angleterre, par exemple, le New Labour ramenait toujours sur le tapis la question de la Clause 4 de la Charte Travailliste [clause qui s’oppose au maintien de la propriété privée]. Et pour des années on s’est battu sur ce point dans les Congrès du parti. Les vieux travaillistes ont résisté en disant qu’il n’était pas possible de se débarrasser ainsi de l’essence même de la politique du parti. Néanmoins pour être élu Tony Blair jeta dehors le bébé avec l’eau du bain.
Un autre aspect de la Nouvelle Gauche – en Angleterre le New Labour – est son caractère parfaitement cynique. Par exemple le Dr Bonnici, l’ancien Premier Ministre socialiste de Malte – est un homme honnête qui défend les principes du vieux travaillisme, principes auxquels il est profondément attaché. En contraste la Nouvelle Gauche n’est plus animée par aucun principe : tout ce qu’il cherchent c’est le pouvoir politique et la domination absolue.
Pour prendre un exemple. Ken Livingstone (aujourd’hui Maire de Londres) a dit il y a quelques années : Tony Blair nous demandait de danser nus devant le Parlement pour être élus nous le ferons sans hésiter. Ken Livingstone utilisa son influence pour obtenir l'appui des vieux travaillistes pour Tony Blair.
Et Tony Blair persuada la Gauche d’accepter cette nouvelle politique. Maintenant ce mariage de pur intérêt tombe en morceaux. Le Vieux Labour, qui connaît encore une certaine intégrité morale, s’oppose ouvertement à Tony Blair.
Puis il y a un mélange entre le vieux socialisme et de nouvelles tendances idéologiques – héritage qui est largement d'origine américaine. Un exemple en est la campagne en faveur de l’environnement. Les écologistes ne sont pas intéressés par la croissance de l’économie, car alors les nouvelles richesses devraient être redistribuées. C’est simple. Il ne s’intéressent pas vraiment à l’environnement mais à une idéologie écologique.
Le féminisme constitue, lui aussi, un mélange idéologique peu clair. Dans la lutte engagée par le féminisme il s’agît avant tout de détruire les structures de l’ancienne société. Tous ces féministes – qu'il s’agisse des femmes prêtres ou d'autre chose – cherchent à détruire le rôle de l’homme comme chef. C’est une stratégie marxiste : galvaniser une minorité pour qu’elle prenne le pouvoir, même si le problème prétendument minoritaire n’existe tout simplement pas.
Les féministes voient les femmes comme une minorité opprimée. Ils en prennent la défense et déclarent qu’il s’agit de l'oppression d’un groupe social spécifique. Par ce moyen ils font la guerre à la société pour en saisir les structures de commandement.
Les droits des animaux sont un autre cas très semblable. Ici les animalistes s'approprient la défense des droits d’une minorité muette, minorité qui ne peut même pas parler pour sa défense, ou qui est même incapable de s’opposer à ses prétendus défenseurs ! Et au moyen de la défense des droits des animaux, nos animalistes [des à la mode de Gramsci (réd.)] essayent de changer le monde et de détruire l’ancien ordre des choses.
Tous ces mouvements ont ceci de commun : ils ne croient pas que les institutions humaines soient d’ordre naturel, qu'elles soient [des formes substantielles (réd.)] inséparables de la vie humaine elle-même. D’un côté ils reconnaissent le droit à la propriété, mais, de l’autre, ils refusent l'exercice de tous les autres droits : ceux de la famille, qui n’est pas pour eux une institution naturelle ; ceux de la religion ou ceux de l’État ne sont pas fondés sur des institutions de droit naturel. Mais ces réalités sociales ne se sont pas développées de manière fortuite au cours de l’histoire humaine. Elles sont indispensables à l’existence même des hommes. La Nouvelle Gauche cherche à détruire tout cela. [C'est-à-dire, à détruire toutes les institutions fondées sur l'ordre de la création et dont le fonctionnement est ordonné par la Loi de Dieu (réd.)].
Le but ultime de l’utopie est de changer la nature humaine, de créer un nouvel homme, un homuncule. Marx, par exemple, voulait détruire la propriété privée afin de permettre à un nouvel homme de voir le jour. La Nouvelle Gauche a appris une leçon, le respect de la propriété privée, mais continue son œuvre de destruction dans les domaines mentionnés ci-dessus. Je n’aurai pas d’objection s'ils voulaient que se changer eux-mêmes. Ils peuvent faire cela s’ils le désirent. Mais là où j’ai les plus grandes objections c’est lorsqu’ils cherchent à nous changer nous. Pour ce qui concerne la propriété privée, les adeptes de la Nouvelle Gauche aiment la propriété pour les jouissances qu'elle leur procure. Ils sont brillants, élégants et investissent leur argent en Suisse ou à domicile. C’est manifestement une nouvelle variété de socialistes.
La vieille Gauche se préoccupait des classes laborieuses. La Nouvelle Gauche ne se préoccupe que du pouvoir.
Une autre ressemblance entre l’Union Européenne et l'Union Soviétique concerne le Goulag. Beaucoup de gens lorsqu’il s’opposent à l’analogie entre l’Union Européenne et le Communisme de l'Union Soviétique disent qu’en Europe il n’y a pas de Goulag, et que la dictature idéologique est toujours fondée sur la persécution et que dans l’Union Européenne il n’y a ni persécution, ni Goulag . Ma réponse est que la Nouvelle Gauche représente une variante molle de l'idéologie, que les mesures peuvent paraître douces, mais que l’effet reste le même. Aujourd’hui nous avons à faire à un Goulag à proprement parler, intellectuel, sans Sibérie. Mais ceux qui, dans l'Union Européenne, se trouvent en opposition à l'idéologie en place se trouvent complètement isolés et sont marqués comme s'ils étaient des parias sociaux. On les réduits au silence, on les empêche de publier ce qu’ils écrivent, et s'ils publient on passe leurs publications sous le silence le plus total, etc. C’est leur manière de régler leur compte aux dissidents. Il s’agit d’un Goulag intellectuel. L’analogie est tout à fait légitime car les résultats obtenus sont semblables.
Cependant il faut reconnaître que les idéologies produisent toujours le contraire même de ce qu’ils proclament vouloir atteindre car elles ignorent la nature humaine. Ils s'imaginent pouvoir changer la nature humaine. A la fin tout ce qui est construit sur la base de cette idéologie s’écroulera comme le fit la Tour de Babel.
La nature humaine est la plus forte et survivra toujours.
La même chose s’est passé en Union Soviétique. Au lieu d’être cette famille heureuse de nations qu’elle prétendait être, l’Union Soviétique s’est désintégrée. L'édifice de son Empire est en ruine et des conflits ethniques se sont déclarés partout. C’est parce que septante années d’oppression n'ont fait que renforcer les ethnies. Les Ukrainiens, par exemple, font aujourd'hui revivre leur langue.
Il en va de même manière pour l'Union Européenne, à la place de la paix vous aurez des conflits. De vieilles blessures se rouvriront. L'Europe n'a jamais été un continent en paix, sauf pour ce qui concerne les cinquante dernières années, du fait que les Européens devaient faire face à un ennemi commun. Le résultat de l'expérience actuelle sera le renforcement des tendances séparatistes au sein de l'Union Européenne. L'Union Européenne est maintenue unie uniquement par la force, comme s'était jadis le cas pour l'Union Soviétique. Des nations, ou des parties de nations, commenceront à réclamer leur indépendance ce qui est parfaitement logique, car quel bénéfice peuvent-elles retirer de la croissance de la bureaucratie de Bruxelles ? Nous le voyons déjà avec le Pays de Galles, la Corse, l'Écosse qui tous, d'une manière ou d'une autre, réclament le droit à se gouverner eux-mêmes. Ils résisteront à la croissance de la bureaucratie. La Belgique se cassera en deux et l'Italie est toute proche d'une rupture entre le nord et le sud. Les effets secondaires pervers de cette Union Européenne forcée accroîtront immanquablement ces tendances à la séparation. Tout ce projet d'unification ira à fin contraire. […] Le résultat de cette unification forcée sera une croissance des conflits ethniques. Des groupes de plus en plus obscurs commenceront à réclamer leur indépendance.

Current Concerns : C'est exactement le contraire de ce qu'affirment nos politiciens. Ils disent :

Vladimir Boukovsky : Il se produira exactement le contraire. Vous n'aurez ni une Union Européenne forte, ni une économie puissante capable de concurrencer les États-Unis. L'Union Européenne sera faible et dilapidée.
Pour prendre un exemple. L'Union Européenne cherche à harmoniser la taxation de ses pays membres. L'harmonisation est une expression orwellienne. Elle prendra le pire des exemples comme norme et tous les citoyens européens finiront par être taxés au niveau d'imposition des suédois.

L'Union Soviétique ne fut pas créée de manière volontaire, son unification s'est imposée par la force. C'est la même chose avec l'Union Européenne ; ce n'est pas une union volontaire mais une union forcée. Elle oblige tous à se tenir ensemble par des méthodes d'intimidation : ceux qui cherchent à s'y soustraire sont punis comme l'a été l'Autriche. Ce sont là des méthodes bolcheviques.

L'union Européenne promet plus d'égalité, plus d'équité, plus de justice. Ce sont des promesses bolcheviques. En URSS (où les promesses étaient pareilles) il existait une classe dominante – la nomenklatura [en Occident l'Establishment (réd.)]. La disparité entre les revenus était plus grande qu'aux États-Unis. Cette différence sociale ne se mesure pas uniquement de manière pécuniaire, car elle comporte par exemple la possibilité de voyager, de changer de domicile, etc.

On y trouvait la corruption et un marché noir était florissant – choses que l'on trouve aussi dans l'Union Européenne. Les taxes exorbitantes sur les cigarettes, par exemple, ont créées un marché parallèle très florissant. On peut même en fait y acheter des cigarettes par l'Internet et elles sont livrées à votre porte.

L'ingénuité humaine prévaudra toujours. Les hommes chercheront toujours à battre le système. C'est ce que nous faisions en prison. Nous y faisions entrer des livres étrangers – denrées interdite – de manière frauduleuse.

Le professeur Jean-Paul Bled de Paris compare l'Union Européenne à une prison. L'Union Soviétique était la . C'était la même expression qu'utilisait Lénine pour décrire l'Empire russe. Nous l'avons à notre tour utilisée pour décrire l'Union Soviétique.

Vous aurez davantage l'inégalités qu'aujourd'hui. La révolution russe avait eu comme but de favoriser les plus pauvres ; la conséquence – ils durent devenir plus pauvres encore ! La révolution créa elle-même ce prolétariat qu'elle prétendait vouloir éliminer et au nom duquel elle prétendait agir. Il en résulta la paupérisation absolue : la création d'une classe qui ne possédait absolument rien.

Il en sera de même pour l'Union Européenne. Dans l'Union Européenne vous allez voir un problème auquel il faudra prêter la plus grande attention. Ce problème concerne la migration d'ouvriers provenant des nations du Tiers Monde, prétendument en vue de satisfaire à la demande croissante de techniciens. Ce n'est la qu'une stratégie qu'utilisent les politiciens pour rester au pouvoir. Dans ces ouvriers migratoires ils disposeront d'une clientèle, d'un électorat docile qu'ils maintiendront tel par une politique d'assistance sociale. Ils ne s'intégreront pas dans la population et ne dépendront pas de l'économie distributive.

Le International Herald Tribune a émis une prédiction économique affirmant que dans une vingtaine d'années l'Europe manquera de ce genre de main-d'oeuvre et sera obligée de l'importer du Tiers Monde. Ceci est tout simplement faux. Dans un marché libre il n'y a pas de pénurie. Le capital ira toujours aux pays dont la main d'oeuvre est le meilleur marché. En fait il ne s'agira pas d'importer des ouvriers , mais de faire venir en Europe des hommes qui pourront être maintenus dans une relation de dépendance envers le système. Le pronostic est des plus bizarre. La pénurie de main d'oeuvre n'est en fait pas un problème. Et si pénurie il y a, pourquoi ne pas faire venir des ouvriers d'Europe de l'Est et pas du Tiers Monde ? Parce que cette main d'oeuvre là est trop intelligente, trop instruite, trop peu docile. La Nouvelle Gauche cherche des victimes faciles.
Qu'allons-nous faire ?
La question est celle-ci : . Lénine à écrit un livre intitulé :
Vous devriez faire ce que nous avons fait en Union Soviétique. Établissez un véritable mouvement des Droits de l'homme, un mouvement réel, pas factice ; fondé sur les droits véritables des hommes [fondée sur une connaissance exacte – c'est-à-dire à la fois biblique et métaphysique – de leur nature stable (réd.)] qui dissipera les rêves de l'utopie, ce paradis dans lequel nous devons être libérés de quelque chose qui serait à l'extérieur de nous-mêmes.

Current Concerns : Ceci exige que chaque individu devienne actif dans ce mouvement en exerçant sa liberté personnelle.

Vladimir Boukovsky : Eh bien, la réaction viendra comme une réponse directe à la situation. Dans chaque pays un mouvement de résistance partira de la base. Il ne s'agira certainement pas d'une majorité des citoyens. Mais ce sera une minorité de gens motivés. Dans les années soixante nous n'étions qu'un poignée de personnes en Union Soviétique à résister à l'idéologie. Mais malgré cela, et le fait que tout semblait être parfaitement contrôlé, et en plus que personne ne nous donnait la moindre chance de réussir, trente années plus tard c'est le monstre de l'État totalitaire qui s'est désintégré. Tout cela avait pour cause l'action individuelle.
Vous êtes dans une situation moins difficile. L'Union Européenne est moins bien organisée que ne le fut l'Union Soviétique et son gouvernement est plus stupide. Les dirigeants de la Nouvelle Gauche ne sont pas des idéologues fanatiques. Il s'agit de gens égoïstes et corrompus. L'Union Européenne est déjà pourrie et ne pourra durer très longtemps. La détruire sera bien plus facile et sans doute assez amusant. J'ai eu du plaisir à faire ce travail de sape en Union Soviétique, même si c'était dur. Mais j'ai eu la force de faire face aux problèmes que cela me posait, les cellules solitaires et tout le reste.
Ce qui arrivera c’est que le nombre de les personnes mis au ban de la société augmentera ; ils se regrouperont ; et qu’ils constitueront des groupes qui feront croître la possibilité de présenter une alternative humaine au Socialisme bureaucratique de l’Union Européenne.
Mais en fait, la fin de l’Union Européenne se trouve déjà programmée dans ses propres structures.
A la fin de son règne Staline avait mis 18 millions de personnes en prison. Même Krouchtchev savait qu’une telle chose ne pouvait continuer – il y aurait partout des révoltes et des grèves. C’est pour cela qu’il les relâcha. Quelque soit la sévérité de l’oppression, la résistance ne peut que grandir. Un dirigeant prudent dispose toujours de vannes de secours lui permettant, lorsque cela devient absolument nécessaire, de réduire la pression. Autrement la situation devient pour lui, intenable le et bien trop dangereuse.
L’Union Européenne est une organisation bureaucratique stupide. Mais il s’y trouve d'avantages de vannes de sécurité et le contrôle n’y est pas aussi total qu’il ne l’était en Union Soviétique. L’opposition peut en conséquence y grandir beaucoup plus rapidement.
L’attaque contre l’Autriche, par exemple, fut une grosse erreur. Et les bureaucrates de l’Union Européenne commettent chaque jour d’innombrables erreurs. Ils ne sont pas intelligents. Il ne s'agit que d’une bureaucratie bornée. Les perspectives sont excellentes de voire paraître une résistance qui renverserait toute cette machine bureaucratique.
L’Union Européenne détruira par ses propres directives son économie.
C’est même assez amusant d’observer comment cela se passe. Pour satisfaire aux exigences du Traité de Maastricht la France se senti obligée de réduire ses prestations sociales. Résultat ? Un conflit avec les Socialistes français sur la question.
Il se passa la même chose en Allemagne avec les assurances de santé. Même au départ ils ne parviennent pas à atteindre les buts qu’ils fixent eux-mêmes.
La Suisse se trouve dans une position idéale. C’est une véritable forteresse. Même Hitler ne fut pas capable de la prendre. Ce pays est comme une île, à la fois obstinée et traditionnelle. C’est sans doute le meilleur endroit à partir duquel commencer à construire un mouvement de résistance.
Ce qu’il faut d’abord faire c’est de concentrer ses efforts sur les nouveaux pays, ceux qui demandant leur admission à l’Union Européenne. L’Union Européenne est comme une pyramide financière qui ne vit que des apports de sa nouvelle clientèle. Elle s’écroulera sans faute quand de nouvelles nations cesseront de chercher à s’y joindre. Il faut parler aux habitants de Malte, aux Hongrois et à d’autres !
Il faut également construire une résistance à l’intérieur de l’Union Européenne. Il faut fortifier l’Autriche. Si l’Autriche quittait l’Union Européenne ce serait magnifique.

Current Concerns : Une résistance commence à s’organiser en Allemagne ainsi qu’en France.

Vladimir Boukovsky : Il y a une différence entre la France et l’Allemagne. L’idée des français c’est que les allemands vont tout payer et qu’ils sacrifieront tout ce qu’ils possèdent pour la bonne raison que la France ne peut tout simplement pas payer. C’est pourquoi la France a besoin de l’Allemagne à la tête de l’Union Européenne. La Norvège avec son pétrole ne fait pas partie de la zone Euro et l’Angleterre non plus. Si cela était le cas cela aiderait à payer le coût de la superstructure bureaucratique.

Current Concerns : A la fin l’Allemagne devra aussi payer moralement.

Vladimir Boukovsky : Oui, l’Allemagne est déjà responsable pour deux désastres : le Marxisme et le Nazisme. Maintenant elle sera aussi responsable pour la nouvelle utopie européenne.
Kohl a grandi dans la société d’après-guerre. Il n’était pas très intelligent, mais c’était un bon allemand, foncièrement honnête. Mais il ne comprend pas grand chose aux affaires étrangères. Son action fut conduite par ses bons sentiments. L’économie allemande est un instrument amplement suffisant pour assurer l’hégémonie de l’Allemagne sur l’Europe. L’Allemagne n’a aucun besoin de cette superstructure bureaucratique de l'Union Européenne pour assurer sa domination.
Il faut ajouter que l’esprit de crainte que produit l’Union Européenne existe à l’intérieur même de cette Union.. Prenons l’exemple de ce chauffeur de taxi qui craignait d’être taxé de raciste s’il exprimait son opinion sur la guerre du Kosovo. En Union Soviétique nous avions développé une technique dans nos conversations avec des inconnus qui nous permettait de savoir ce qu’il pensaient réellement. J’ai utilisé cette technique avec mon chauffeur parce que les gens ont aujourd’hui peur de dire vraiment ce qu’ils pensent. Sa première réaction fut de regarder autour de lui pour voir si quelqu’un l’écoutait et il commença ses remarques en disant : C’était une réaction typiquement soviétique. C’est un très mauvais signe et un symptôme encore pire. La leçon qu’il faut en tirer ? Tous les sondages d’opinion sont faux parce que les gens ont peur de dire ce qu’ils pensent.

  • Entretien traduit de l’anglais à partir d’un article publié par la revue mensuelle suisse, Current Concerns, du mois d’août 2000. (P.O. Box 927, CH - 8044 Zurich, Suisse). Spécimen envoyé sur simple demande.