COURTHIAL Pierre - Editorial - Hommage à R.J. Rushdoony

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Nous sommes heureux de publier comme éditorial l'article du Doyen honoraire de la Faculté de Théologie réformée d'Aix-en-Provence, le pasteur Pierre Courthial, consacré à ce chef d'œuvre de théologie biblique que constitue les deux volumes de la Systematic Theology du théologien calviniste américain d'origine arménienne, Rousas J. Rushdoony. Nous associons ainsi de tout cœur Résister et Construire à l'hommage si justement rendu pour les 80 ans du Dr Rushdoony, l'un des plus grands serviteurs de l'Église de notre siècle, par un de ses pairs.

I

Le théologien réformé américain Rousas John Rushdoony, né en 1916, vient enfin (1994) de publier sa Sytematic Theology achevée en fait depuis une dizaine d’années (1984), après avoir été testée et rodée peu à peu en des groupes d’études divers, et destinée à tous. Cet ouvrage en deux volumes (1227 pages, sans compter la table détaillée des matières, celle des principaux textes bibliques cités et / ou analysés, et l’index des auteurs et sujets abordés) est fondamental pour notre temps déboussolé. Tous ceux qui lisent l’anglais (l’américain !) et ne sont pas paresseux devraient se le procurer, le lire et le méditer, Bible en main. Et, ce qui ne gâte rien, il est passionnant d’un bout à l’autre!

Je “fréquente” – sans l’avoir jamais vu – R.J. Rushdoony depuis 1958, date à laquelle je lus, dans la revue Torch and Trumpet à laquelle j’étais alors abonné, trois articles de lui sur l’inspiration et l’autorité de la sainte Écriture. Je pense avoir lu ensuite presque tous les livres de R.J. Rushdoony, mettant en avant By What Standard ? (“Par quelle règle ?”) 1959 – qui vient d’être réédité (1995) – ; The Foundations of Social Order (“Les fondements de l’ordre social” : études sur les confessions de foi et les conciles de l’Église des premiers siècles), 1968 ; Thy Kingdom Come (“Que Ton règne vienne” : études sur le livre de Daniel et l’Apocalypse) et The One and the Many (“L’Un et le Multiple”), 1971 ; The Institutes of Biblical Law (“L’Institution de la Loi – du Droit – biblique”), 1973 ; The Biblical Philosophy of History (“La philosophie biblique de l’histoire”), 1979 ; et Law and Society (“La Loi – le Droit – et la société”), 1982.

Par ailleurs, R.J. Rushdoony a fondé et conduit la revue mensuelle Chalcedon Report (“Le Bulletin de Chalcédoine”) : Chalcedon (Chalcédoine) désigne tout ensemble un mouvement réformé international de reconstruction chrétienne, en pleine expansion, et le grand Concile de Chalcédoine (431), qui a fermement confessé, sur le fondement infaillible de l’Écriture-Parole de Dieu, que notre Seigneur Jésus-Christ, le Fils unique du Père, est à la fois vraiment Dieu et vraiment homme. Cette confession, en rejetant toute prétention divine de tel ou tel homme, ou telle ou telle société humaine (État, Église, etc.), affirme que le Christ seul est l’unique Médiateur entre le ciel et la terre, Lui à qui tout pouvoir, en Haut et ici-bas, appartient (Matthieu 28 : 18). Par là-même ont été définitivement reconnues et soulignées les limites et la dépendance de toute autorité humaine légitime, individuelle ou sociale ; Jésus-Christ, et Lui seul, étant source et garant de toute vraie liberté (Galates 5 : 1).

Depuis 320 (à savoir 16 siècles !), il y a toujours eu un "prêtre" ou "pasteur" en chaque génération de la famille arménienne Rushdoony. D'abord écrivain, R.J. Rushdoony, obéissant à cette vocation, a exercé son premier ministère auprès d'une "réserve" d'Indiens ; puis il est devenu un théologien (non-académique!) et animateur indépendant du mouvement de reconstruction chrétienne, souvent mal vu des "établissements", peu ou pas compris, attaqué tout en étant parfois plagié par ses critiques; depuis les années soixante et surtout maintenant, il est écouté et suivi par un nombre sans cesse croissant de chrétiens, aux États-Unis et un peu partout dans le monde.

Face à l'humanisme (le culte de l'homme), à l'anthropocentrisme (l'homme-dieu, mesure de toute chose ; la civilisation coupée de Dieu sous prétexte de neutralité), R.J. Rushdoony nous appelle à reconnaître, pour en vivre, les droits royaux de Jésus-Christ sur tous les aspects et sur toutes les parties de l'existence humaine ici-bas. Il nous appelle à travailler humblement mais obstinément, à notre place à chacun et selon les dons particuliers que nous avons reçus, à la reconstruction du règne du Seigneur, à la reconstruction de la chrétienté, dans notre cœur "d'où jaillissent toutes les sources de la vie" d'abord, dans le mariage et la famille, dans l'Église, dans la cité terrestre, dans notre métier, dans la philosophie et les sciences, comme dans les arts ; sachant que le Dieu Créateur et Seigneur est tout-puissant et que "l'histoire n'a jamais été conduite par les majorités mais seulement par des minorités militantes attachées inconditionnellement à leur foi".

Avec le mouvement de reconstruction chrétienne qu'est Chalcedon, c'est un renouveau doctrinal et des entreprises chrétiennes multiples qui se développent dans le monde entier : de l'Amérique aux Philippines et au Japon, de l'Espagne à la Roumanie, de la Grande-Bretagne à l'Afrique du Sud : enseignement à tous niveaux, œuvres médicales et chirurgicales, orphelinats et maisons de retraite, production cinématographique, utilisation des medias de toutes sortes.

Selon Rushdoony en cette fin du XXe siècle, comme selon Calvin au XVIe siècle, la royauté universelle de Jésus-Christ doit s'étendre partout, dans la pensée et la pratique, jusqu'au jour où elle couvrira l'univers. Et pour cela, la Sainte Écriture – Loi de Dieu, Loi du Christ – doit retrouver son autorité souveraine en tous domaines, car elle ne nous révèle pas seulement ce que doivent être la vie "spirituelle" des Églises et des chrétiens, mais quels sont les ordres de marche du Seigneur pour notre vie temporelle sur la terre. Ici et maintenant.

La Théologie systématique de R.J. Rushdoony, qui compte XIX chapitres, s'inscrit moins dans la ligne (disons : académique) des dogmatiques réformées classiques (du XVIIe au XXe siècle) que dans celle de l'Institution chrétienne de Jean Calvin ou de l'Instruction chrétienne de Pierre Viret (au XVIe siècle). Autrement dit, elle prend à bras-le-corps, dans un langage accessible aux hommes contemporains, les questions telles qu'elles se posent ou sont posées maintenant, aussi bien lorsqu'il s'agit de la création et de la providence (ch. III), de la sainte Trinité divine (ch. IV, V et VI), de l'Alliance (ch. VII), du péché (ch. VIII), du salut (ch. IX, X et XI), de l'Église (ch. XII), de l'eschatologie (ch. XIII), de la prière (ch. XIX), ou lorsqu'il s'agit de la Terre (ch. XV), du Travail (ch. XVI), du Temps (ch. XVII) et de l'Autorité (ch. XVIII).

L'ouvrage magistral de R.J. Rushdoony vise en effet –répétons-le– à la Réformation, à la Reconstruction chrétienne, non seulement dans l'Église, mais en tous domaines, à laquelle le Seigneur de l'Alliance appelle tous les siens aujourd'hui : d'où, l'approche actuelle, concrète et temporelle de cette théologie, quel que soit le "point" dont elle traite. Car la vraie, la bonne théologie, pour R.J.Rushdoony comme pour les meilleurs théologiens réformés contemporains, n'est rien d'autre et rien moins que l'application actuelle de la Parole de Dieu aux hommes de ce temps ; certes en nous laissant aider, guider par nos frères et nos Pères en la Foi, et en tenant compte, avec attention, de l'histoire progressive de l'Église et de la théologie pour autant qu'elles ont été fidèles à la Sainte Écriture – Parole de Dieu. La Théologie systématique de R.J. Rushdoony, comme l'Institution chrétienne de Calvin, se réfère, pour y trouver le meilleur, aux Pères de l'Église ancienne, aux grands Docteurs du Moyen Age et aux Réformateurs, comme aux Réformateurs fidèles (il y en a eu et il y en a encore) des temps dits modernes.

II

Les chapitres I et II de la Théologie systématique en constituent une introduction indispensable à laquelle il convient de prendre tout le temps nécessaire et de prêter la plus grande attention : la compréhension de l'ouvrage de Rushdoony en dépend. Le chapitre I a pour titre Infaillibilité, le chapitre II La nécessité de la théologie systématique.

J'avais été tellement frappé, en 1978, par la lecture d'Infaillibility, publiée alors en une vigoureuse brochure de 69 pages, que je l'ai toujours soigneusement conservée - même éditeur : Ross House Books. (Je note en passant que la brochure de 1978 intitule justement le paragraphe 9 de ce chapitre The Infaillible Moment, alors que l'ouvrage de 1994, dit à deux reprises, par erreur, The Infaillible Movement – pages 1 et 23.)

Dans la ligne des philosophes réformés du XXe siècle, Herman Dooyeweerd (1891-1977) et surtout Cornelius Van Til (1895-1987), R.J. Rushdoony souligne que tout homme qui réfléchit se réfère, qu'il en ait conscience ou non, à l'infaillibilité attachée à sa présupposition fondamentale. L'homme ne se détourne de la souveraineté de Dieu et de l'infaillibilité de Sa Parole que pour "infaillibiliser" autre chose. Autrement dit, l'infaillibilité est un concept auquel nul ne peut échapper. Quand l'infaillibilité de la Parole de Dieu est niée ou / et rejetée, l'infaillibilité est immanquablement attribuée à quelque "autre" :

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), tant à la mode après la Seconde Guerre mondiale, n'a pas hésité à parler de l'infaillibilité de l'Évolution (in Le phénomène humain).

Il y a bien longtemps que l'idole Démocratie, mère des totalitarismes modernes soviétique et nazis (ce qui ne veut pas dire tous les démocrates !), a exalté la devise vox populi, vox déi.

Le philosophe italien Benedetto Croce (1866-1952) a infaillibilisé l'expérience esthétique dans son Bréviaire d'esthétique.

L'infaillibilité est à la base du dogme marxiste, qu'il s'agisse de la lutte des classes, de la dictature du prolétariat, de l'enseignement du Parti ou de la fin de l'Histoire.

L'Église romaine, depuis Vatican I (1870), reçoit comme dogme l'infaillibilité du Pape lorsqu'il parle ex cathedra.

L'existentialiste Jean-Paul Sartre, dans L'être et le néant, enseigne qu'être homme c'est désirer être Dieu infailliblement.

Les individus et les sociétés déchus d'ici-bas ne peuvent évidemment qu'infaillibiliser des réalités faillibles et n'aboutir, tôt ou tard, qu'au doute, au désespoir et à la mort (Dieu l'a dit : «Celui qui M'offense fait tort à son âme ; tous ceux qui Me haïssent aiment la mort», Proverbes 8 : 36.)

A l'inverse, la vraie foi en Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, qui Se révèle en Son infaillible Parole, donne au chrétien assurance, paix et joie. La sainte Écriture l'assure de la proximité du Seigneur qui parle aux Siens. Seule la Parole de Dieu est une Parole indépendante, souveraine et infaillible. Seule la Parole du Dieu Un et Multiple (Trinité) fait consister l'univers un et multiple qui est sa création jamais laissée à elle-même, parce que cette Parole est Loi ayant autorité souveraine pour lier toutes choses et tous existants, et les conjoindre en Alliance. Au tentateur, à l'Adversaire, au Diviseur, Jésus a répondu un jour par cette parole de Dieu, par cette parole de la Torah, de la Loi de l'Écriture sainte : «L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu» (Deutéronome 8 : 3 ; Matthieu 4 : 4). Et à toutes les paroles de Dieu, à toutes les paroles de la sainte Écriture, tout homme doit accorder écoute, foi et obéissance.

A la question fondamentale de la Parole ultime et nécessaire – comment savons-nous ? quelle est la source de l'autorité ? bref : que dit la parole infaillible qui relie tout ? - il peut être apporté trois réponses :

  • seul l'homme peut dire la réponse ;
  • Dieu et l'homme peuvent ensemble dire la parole créative et dernière ;
  • Dieu seul parle créativement, infailliblement, avec pleine autorité.

Avec la première réponse, l'homme-dieu, dans sa prétention insensée à dire la parole infaillible, alors qu'il est ignorant de l'origine de toutes choses, n'a rien à dire : sa connaissance, qui devrait être exhaustive, est impossible. Il est comme une île dans une mer sans rivage ; il n'entend d'autre voix que la sienne.

Avec la seconde réponse, la Parole de Dieu qu'est l'Écriture sainte n'est plus qu'une parole subjective dans laquelle, au nom et en place de Dieu, l'homme construit sa propre parole et se trouve abandonné dans un vide.

C'est avec la troisième réponse : Dieu parlant avec pleine autorité et créativement, l'homme parlant analogiquement et dans l'obéissance, que la Parole de Dieu établit infailliblement la validité et le sens des paroles humaines.

La Parole exprimant aux hommes la seigneurie de Dieu est alors le point ultime de référence qui détermine et règle l'interprétation des faits et le caractère moral de toutes choses face à tous nos mensonges, utopies et idoles.

Au bout du compte, il s'agit de savoir ce qui, pour nous, va prévaloir : la Parole de Dieu ou la parole de l'homme ? Qui est infaillible ?

Le deuxième chapitre de la Théologie systématique sur La nécessité d'une théologie systématique est aussi capital que le premier.

Le chapitre I souligne que le fondement et la norme de la théologie est la Parole infaillible du Dieu créateur et sauveur : la sainte Écriture. SOLA SCRIPTURA.

Le chapitre II souligne que la théologie ne peut être développée que selon l'ensemble (système = ensemble), selon le tout, de la sainte Écriture. TOTA SCRIPTURA.

De même que le Dieu Un et Multiple (Trinité = UN et TRINE) a créé et soutient toutes choses par Sa Parole-Loi et que le monde créé est un univers (un et divers, un et multiple), de même le Livre qu'Il a inspiré et dont Il est l'Auteur souverain est un ensemble, un système un et divers, un et multiple.

Certes il est des difficultés – dont plusieurs actuellement insurmontables – que nous rencontrons en lisant la Bible et sur lesquelles nous butons (comme il est aussi des difficultés – dont beaucoup insurmontables – que rencontrent les plus savants, et sur lesquelles ils butent, en lisant l'univers). Mais l'Écriture sainte de Dieu (comme l'univers de Dieu) se présente dans une cohérence qu'elle tient (qu'il tient) du Seigneur et que nous avons, peu à peu, au long des générations, à découvrir.« La gloire de Dieu, c'est de celer les choses ; la gloire des rois, c'est de les sonder», Proverbes 25 : 2.

Si la théologie, en soumission au Dieu cohérent qui a créé l'univers et inspiré l'Écriture dans leur cohérence, doit se vouloir elle-même cohérente, cette cohérence (ce caractère systématique) de la théologie ne peut cependant être recherchée que dans la reconnaissance des limites à observer.

La théologie ne doit en effet jamais, si elle veut être fidèle, devenir gnostique ou/et spéculative en sortant des données bibliques. Le Seigneur a déclaré une fois pour toutes : «Mes pensées ne sont pas vos pensées et mes voies ne sont pas vos voies», Ésaïe 55 : 8.

Rushdoony donne, comme exemple de passage au-delà des limites, les positions quasi blasphématoires des théologiens qui, spéculant au sujet de la divine élection, se sont disputés entre supralapsaires et infralapsaires comme s'il était permis et possible de lire dans la pensée de Dieu en projetant en celle-ci les procédés de la pensée humaine ; ou encore les disputes au sujet de l'âme, entre les tenants de la préexistence de l'âme au corps et les tenants de sa création en même temps que celle du corps. La théologie doit lire et méditer avec attention puis appliquer la Parole de Dieu, et se refuser à faire de la gnose ou de la spéculation en se lançant au-delà de ce que révèle cette Parole.

Reconnaître fidèlement, selon l'Écriture sainte, la souveraineté et la prédestination divine tout en refusant de se livrer aux gnoses et aux spéculations sortant des limites établies par Dieu dans Sa révélation, c'est rejeter du même coup toute abstraction conduisant à exclure de la portée et de l'autorité de l'Écriture quelque domaine que ce soit, en justifiant ainsi l'autonomie ou la neutralité prétendues de ce domaine. Serait alors abandonné à l'Adversaire une partie ou un aspect de la création de Dieu, qu'il s'agisse de la nature, de l'histoire, des sciences, de la politique, de la philosophie, des arts, etc. Le Seigneur a dit : «Tu ne te prosterneras point devant un autre, parce que le Seigneur se nomme le Jaloux ; c'est le Fort qui est jaloux» (Exode 34 : 14). «Voulons-nous inciter le Seigneur à la jalousie ? Sommes-nous plus forts que Lui ?» (I Corinthiens 10 : 22).

Certains théologiens n'ont pas hésité à présenter un monde de possibilités hors de la Révélation divine et à poser des questions sur ce qui serait arrivé si… Toutes ces questions hypothétiques sont elles aussi blasphématoires puisqu'elles mettent en cause le décret souverain de la prédestination divine qui s'étend, selon notre Seigneur Jésus-Christ, jusqu'au nombre des cheveux de notre tête (Matthieu 10 : 30) ! Rien ne doit être livré à la divinité Chance. Affirmer une quelconque possibilité hors du décret divin, c'est vouloir se placer prétendument au milieu des faits et d'événements sans plus aucune signification, c'est s'immerger dans un monde insensé d'abstractions incohérentes dans lequel la liberté ne veut plus rien dire. Affirmer une quelconque autonomie par rapport à Dieu (par exemple, le prétendu libre-arbitre affirmé par Erasme contre Luther), c'est rejeter la vraie liberté-responsabilité qui n'a de place, de sens et d'existence que dans un univers et pour des hommes soumis au Seigneur qui a créé toutes Ses créatures et règne souverainement sur elles. Pour exister réellement, notre liberté-responsabilité ne peut qu'être ordonnée et établie par le Seigneur tout-puissant dont toutes les créatures dépendent dans leur contexte, dans l'ensemble co-ordonné de causes, d'influences, de conditions et de forces dont nous ne connaissons, nous, que peu de choses par rapport à la connaissance fondatrice, créatrice et exhaustive de Celui qui, seul, fonde la réalité de nos connaissances relatives et secondes.

Il n'y a pas de liberté réelle et effective hors du décret souverain de Dieu. Il n'y a de vraie liberté que dans (et par) ce décret. Une liberté hors du décret de Dieu (le libre-arbitre à la Erasme !) n'est qu'une liberté imaginaire dont l'homme déchu tient à se vanter alors qu'elle n'est que la prétention blasphématoire d'une volonté suicidaire : «Celui qui M'offense fait du tort à son âme ; tous ceux qui Me haïssent aiment la mort» (Proverbes 8 : 36). «La colère de Dieu se révèle pleinement du ciel sur toute impiété et injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, parce que ce qui peut se connaître de Dieu est manifesté en eux, car Dieu le leur a manifesté. Car les choses invisibles de Dieu, tant sa puissance éternelle que sa divinité, se voient comme à l'œil par la création du monde, étant considérées dans ses ouvrages ; de sorte qu'ils sont inexcusables…» (lire Romains 1 : 18-32).

Les idolâtres de la Modernité qui ont substitué l'anthropocentrisme au théocentrisme, le décret et les droits des hommes au Décret et au Droit de Dieu, ne cessent, depuis trois siècles sinon six, de chercher à sauver les hommes par des politiques aux plans insensés. Les hommes, détournés de Dieu et de Sa Patrole-Loi, prétendent refaire le monde selon leur libre-arbitre autonome. Leur Dieu, leur Idée, c'est l'État moderne avec sa prédestination, son décret, son infaillibilité prétendus. La Théologie systématique de Rushdoony vise à délivrer les hommes d'aujourd'hui – et d'abord les chrétiens – de cette Idole, de cette Babylone moderne.

C'est en revenant à la Loi, au Droit, révélé et inscrit dans la Bible, c'est en retrouvant le respect adorant (la crainte, au sens biblique) du Seigneur et de Sa Parole, que les hommes connaîtront une vraie libération.

L'Écriture sainte – elle seule, et tout entière – se présente comme Parole de Dieu. Elle doit être justement interprétée et appliquée ; mais son interprétation et application ne dépend pas principalement de la critique (= du jugement) opérée par la raison prétendument autonome de l'homme – ce serait substituer celle-ci comme autorité infaillible à l'autorité infaillible de Dieu –, mais de l'interprétation (divine!) qu'apporte l'ensemble de l'Écriture à chacune de ses parties. Autrement dit : l'Écriture s'interprète principalement elle-même, de même qu'elle interprète toutes choses afin qu'en Christ toutes choses deviennent nouvelles pour nous en tous domaines de l'existence. Étant donné le fait incontournable qu'elle est la Parole du Créateur de toutes choses, l'Écriture ne cesse de nous appeler à la foi et à l'obéissance, ce nous couvrant tous lecteurs depuis les plus savants jusqu'aux plus simples.

Ainsi, la théologie, quand elle est systématique – au sens défini par R.J. Rushdoony –, contribue-t-elle à nous guider dans le concret éthique de nos existences en termes de connaissance, d'obéissance et de crainte (i.e. de respect adorant) de Dieu. Puisque Celui-ci est notre Seigneur-Sauveur, nous demeurons par grâce, sous le gouvernement de Sa Parole-Loi qui enveloppe le tout de nos vies dans le tout de la création. Tant qu'il reste non-converti (i.e. non-retourné, non-réorienté), l'homme reste dominé par le péché qui est, fondamentalement, séparation d'avec Dieu, révolte contre Dieu, et n'a d'autre vision du monde et de son existence (dont il entend rester l'interprète et le planificateur souverain) qu'anthropocentrique. Dieu, s'Il existe, n'est alors qu'un auxiliaire possible ; dans une telle perspective, la religion n'est rien d'autre que magie.

Seule une religion systématique fidèle à toute l'Écriture et établie, vivante, dans le cœur, dans le centre, dans le moi de l'homme, redonne à celui-ci une religion (de re-ligare = relier), une relation à Dieu, dans la vraie perspective : théocentrique. Dieu seul est Dieu. «Le but de tout le discours entendu, c'est : Crains Dieu et observe Ses commandements ; car c'est là le tout de l'homme parce que Dieu amènera toute œuvre en jugement, touchant ce qui est caché, soit bien, soit mal" (Ecclésiaste 12 : 13-14). «La parole de la croix est folie pour ceux qui périssent, elle est force de Dieu pour nous qui obtenons le salut. Aussi est-il écrit : J'abolirai la sagesse des sages et J'anéantirai l'intelligence des intelligents. Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le contestataire de ce siècle ? Dieu n'a-t-Il pas mis à jour la folie de la sagesse de ce monde ?… Dieu a choisi les choses folles de ce monde pour rendre confuses les sages ; et Dieu a choisi les choses viles de ce monde, et les méprisées, et même celles qui ne sont rien pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Lui» (I Corinthiens 1 : 17 - 20 et 27 - 29).

III

Après avoir résumé la belle introduction à la Théologie systématique de Rushdoony que constituent les deux premiers chapitres de celle-ci, il m'est impossible, bien sûr, de prendre un par un les dix-sept chapitres qui la suivent et qui confrontent, avec une force singulière, le lecteur avec la Parole de vérité et de vie qu'est la sainte Écriture de Jésus-Christ, la sainte Écriture du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Je dirai seulement, pour conclure, que l'ouvrage de R.J. Rushdoony démontre que la théologie n'est aucunement le domaine, la chasse réservée et gardée, des seuls spécialistes (trop souvent bien mauvais théologiens, hélas!) mais le champ immense de la connaissance et de la communication, de la méditation et de l'application, de la seule Parole de Dieu, et d'elle toute. Ce champ, ouvert à tous, couvre, pour les régir complètement, tous les aspects, toutes les parties, de nos existences humaines, dans le contexte de l'univers créé, maintenu et conduit par le Seigneur.

Vous verrez, si vous lisez ce magnifique ouvrage, qu'il y est question, conformément à la sainte Écriture, de la foi, de la prière, de la piété, de l'Église, du culte, des sacrements, de l'évangélisation et de la mission, certes ! mais, aussi bien, de l'homme et de la femme, de la terre, des nations, de la politique, de l'État, du travail, du repos, des loisirs, du temps et de l'histoire, du présent et de l'avenir, de la philosophie, de l'art et des sciences, de la justice et des châtiments, des anges et des démons. Et surtout, il y est toujours question de Dieu, du Christ, de l'Esprit Saint et de leurs œuvres de création, de providence et de salut, de l'Alliance de grâce, des origines jusqu'à la résurrection générale et au rétablissement universel. «Tous les peuples, battez des mains ! Acclamez Dieu par vos cris de joie !… Dieu est le Roi de la terre ! Que vos musiques l'annoncent ! Il règne, Dieu, sur les nations ! » (Psaume 47) AMEN ! ALLELUIA !

  • Pierre Courthial - Doyen honoraire de la Faculté libre de Théologie réformée d'Aix-en-Provence,Docteur honoris causa du Westminster Theological Seminary à Philadelphie.