GOGUEL Frédéric - Chrétiens en terre d'Islam - Deuxième partie - L'Egypte

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Après avoir exposé l’attitude générale de l’Islam envers les chrétiens des pays musulmans (1), nous allons examiner, en commençant par l’Egypte, la situation actuelle de ces chrétiens. Et cela en ayant présent à l’esprit le fait qu’en cette fin du XXème siècle, tout comme au début du califat, ceux-ci n’ont toujours pas droit à l’égalité avec les musulmans, même si leur statut de “dhimmi” a été officiellement abrogé partout.

EGYPTE

Selon les statistiques officielles, il y aurait dans ce pays trois millions de chrétiens, sur une population totale de cinquante millions, mais en réalité ils seraient au nombre d’au moins six à sept millions. Les Egyptiens de religion chrétienne, qui sont les descendants des premiers habitants du pays, portent le nom de COPTES, terme par lequel les conquérants arabes (en 1640) désignèrent la population autochtone. Les Eglises coptes d’Egypte se répartissent en coptes orthodoxes (85%), coptes catholiques (minorité unie à Rome) au nombre d’environ 250.000 et coptes protestants (pour la plupart évangéliques presbytériens) au nombre de 200.000 environ. Il existe également, en très petit nombre, des chrétiens non coptes (orthodoxes, catholiques latins ou maronites, ...) qui sont d’origine étrangère.

La situation de tous ces chrétiens est difficile, parfois dramatique, car ils ont contre eux:

- d’une part le gouvernement, qui pratique une discrimination aggravée parfois par de vraies persécutions

- d’autre part les intégristes musulmans, dont l’intolérance et le fanatisme se traduisent par de multiples violences, agressions et exactions contre les chrétiens. Leur programme est de faire disparaître toute présence chrétienne, et malheureusement le gouvernement recule devant ces fanatiques, par crainte de ne pas paraître assez musulman.

Discriminations: L’existence de discriminations légales ou coutumières est prouvée par divers documents. Tout d’abord l’ordre juridique égyptien est de caractère confessionnel, et sous la pression des intégristes, le pouvoir a abandonné l’élaboration pourtant promise d’un ordre juridique non confessionnel. D’ailleurs en 1971, le Tribunal Constitutionnel Suprême a décrété “qu’une loi non conforme à la loi islamique est nulle”.

En ce qui concerne le statut des personnes, de nombreuses lois dérogent au principe d’égalité entre musulmans et non-musulmans: statut des héritiers, validation des actes personnels entre non-musulmans, conflits entre chrétiens de confessions différentes, etc... . La loi interdit le mariage d’une musulmane avec un chrétien, elle interdit également à un chrétien de témoigner en justice contre un musulman dans un procès de statut personnel. L’abandon de l’Islam pour la foi chrétienne est interdit, et les renégats sont mis en prison (voir plus loin).

Bien que l’article 3 de la Constitution proclame l’égalité devant la loi, l’égalité des droits culturels et politiques sans aucune distinction de race, langue ou religion, la réalité est bien différente. Et la discrimination à l’égard des Coptes est telle que selon une thèse soutenue devant l’Université du Caire, il existe une liste de 150 fonctions publiques qui leur sont interdites !

Par ailleurs la radio et la télévision favorisent les émissions islamiques et elles programment de nombreuses émissions anti-chrétiennes. Mêmes inégalités dans la presse et l’édition: un décret de 1970 soumet à la censure les livres et brochures religieuses traitant du christianisme, et il précise qu’il faut favoriser, notamment financièrement, la distribution de livres et brochures islamiques dans les écoles et universités. Et tout de réponse est dénié aux chrétiens lorsque ces publication les attaquent.

Dans le domaine scolaire, notons qu’un chrétien ne peut être professeur de lettres, et que les autres cours, suivis également par des étudiants coptes, sont imprégnés de l’Islam et de prises de position antichrétiennes. Enfin, pour les examens, les étudiants chrétiens doivent apprendre par coeur, tout comme les musulmans, des passages entiers du Coran.

Par suite des diverses discriminations dont ils sont victimes en ce qui concerne l’emploi, la situation matérielle de bien des Coptes est actuellement des plus critiques, au point que “l’Association copte américaine et canadienne” a dû lancer récemment aux Eglises et organisations chrétiennes du monde entier un appel pour les inciter à venir en aide financièrement et matériellement. Cet appel précise notamment que ces chrétiens ne peuvent trouver d’emploi dans les entreprises, les institutions commerciales et les banques musulmanes d’Egypte. La seule façon d’obtenir un de ces emplois est de se convertir à l’Islam (2).

Les bâtiments du culte : Une lutte sournoise est menée contre les constructions (ou restaurations) d’églises. En théorie celles-ci sont possibles, mais seulement après approbation du dossier par le Chef de l’Etat, et les conditions à remplir sont extrêmement contraignantes. Il faut en effet qu’il n’existe aucune mosquée à proximité, que les musulmans voisins donnent leur accord, de même que les directeurs des institutions publiques proches, ainsi que les boutiquiers et cafetiers du quartier ! En outre le dossier n’est pas accepté s’il existe déjà une église dans le village. Enfin le gouvernement refuse tout permis dans les villes (ou quartiers) nouvellement construites, ceci afin d’y créer des sociétés purement islamiques. Actuellement 200 demandes de bâtir des églises sont en souffrance car, depuis son arrivée au pouvoir (1981), le Président MOUBARAK n’a accordé aucune autorisation.

Malgré tout, les coptes ont construit un certain nombre d’églises sans permis, mais au cours des deux dernières années, une dizaine d’entre elles ont été fermées.

Persécutions : Un exemple caractéristique est fourni par le cas du Pape CHENOUDA III, Patriarche de l’Eglise Copte Orthodoxe qui, à la suite de troubles graves provoqués dans un quartier du Caire par des intégristes islamistes (voir plus loin) fut destitué le 5 septembre 1981 par le Président SADATE, puis maintenu en résidence surveillée dans un couvent du désert jusqu’en 1985. En même temps on arrêta huit évêques et treize prêtres, qui furent détenus moins longtemps.

Mais il faut surtout attirer l’attention de l’opinion internationale sur l’intolérance et la cruauté dont font preuve les autorités égyptiennes à l’égard des musulmans convertis à la foi chrétienne, et également à l’égard des chrétiens coptes qui annoncent l’Evangile aux musulmans.

C’est ainsi que dix chrétiens venus de l’Islam en 1978 ont été arrêtés en 1986 à la suite d’une dénonciation, mais fort heureusement ils ont été libérés en novembre de la même année, après diverses protestations venues de l’étranger, dont celles du Pasteur français G. TARTAR (4).

En octobre 1986 fut arrêté, à cause de sa conversion au christianisme, le Dr. ABDUL-GHAFFAR. Il n’a fait l’objet d’aucune inculpation officielle, mais, tout comme aux dix chrétiens précédents, on lui reprochait de “diviser l’unité nationale et de menacer la paix sociale”. En mars 1989, l’Association Copte Américaine, qui, depuis les USA, observe la situation des chrétiens en Egypte, faisait savoir que depuis décembre 1987, elle était sans nouvelles de ce coreligionnaire, que l’ ambassadeur américain au Caire n’avait pu retrouver ni en prison, ni parmi la communauté copte en Egypte.

Dans le courant de l’été 1989, les autorités ont frappé (à tous les sens de terme) parmi les enseignants de l’Ecole Supérieure de jeunes filles de HELMET AL ZATOUN, dont la directrice, Mme METWALI, avait embrassé la foi chrétienne en juillet. Son témoignage avait été enregistré sur cassette et largement diffusé en Egypte, à la suite de quoi sept personnes converties grâce à cette cassette ont été torturées et emprisonnées en automne 1989. On est sans nouvelles de Mme METWALI, contrainte à se cacher car des musulmans ont essayé d’attenter à sa vie.

Un des sept prisonniers, le Dr RAMZY, professeur de sciences dans cette école, qui était accusé d’avoir dirigé une conspiration pour convertir au christianisme les musulmans de l’école, a été fouetté devant une foule de fanatiques, au point qu’il a dû être soigné à l’hôpital italien de Caire pendant deux mois, avant de rejoindre la prison.

Six de ces sept prisonniers ont été libérés dans le courant de l’été 1990, dans le cadre d’une amnistie à l’occasion de la fin du ramadan.

Le 7 novembre 1989, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (Paris) a fait état d’informations provenant de l’Association Copte Américaine et relatives à l’emprisonnement au Caire de deux laïcs chrétiens poursuivis pour avoir renoncé à l’Islam et de deux prêtres incarcérés pour avoir baptisé des musulmans. Les deux laïcs sont: le Dr IBRAHIM EL SAYEH (arrêté le 8 juillet 1982) et ABDUL HAMID BACHARI ABDEL MOHSEN (converti en 1986, arrêté le 8 août 1989, torturé). Tous les deux distribuaient des Bibles et de la littérature chrétienne et faisaient de l’évangélisation. Les deux prêtres ayant baptisé des musulmans sont le P. ZAKARIAS BOUTROS de l’Eglise copte orthodoxe, et le Pasteur SAID AWAD de “l’Eglise de la Foi Apostolique”.

En avril 1990, le chrétien évangélique AYAD ANWAR BASHKAROUN a payé de sa vie l’abandon de l’Islam. Il avait été arrêté une première fois en juin 1989, détenu trois mois et torturé, puis encore arrêté à quatre reprises et torturé chaque fois; il souffrait d’hémorragies internes, mais on lui refusa tout soin médical aussi longtemps qu’il ne renoncerait pas à sa foi chrétienne.

Enfin on signale (septembre 1990) le cas de l’ex-musulman Johannes BESHOY (56 ans), détenu au Caire depuis octobre 1989 et qui est diabétique mais ne reçoit pas de médicaments.

Les intégristes islamistes à l’oeuvre: Discriminés et parfois persécutés par le pouvoir, les chrétiens d’Egypte sont également victimes de fanatisme et de la haine viscérale des intégristes islamistes, qui constituent de nombreux groupes agissant par eux-mêmes ou bien lançant contre les chrétiens des foules déchaînées. Malheureusement, bien des fonctionnaires locaux (y compris dans la police) affichent leur sympathie pour ces intégristes, dont les violences et exactions antichrétiennes sont en général tolérées, à condition que ces gens n’attaquent pas le gouvernement égyptien.

Cette fièvre antichrétienne a connu depuis vingt ans diverses poussées violentes: un premier cycle de violences au début des années 70, puis une période plus sanglante de 1979 à 1981, et enfin une nouvelle flambée de violences depuis quelques années.

Si en 1977 on a pu enregistrer près de 2000 cas “d’incidents religieux”, ceux-ci se multiplièrent à partir de 1979: attentats contre les églises, incendies, assassinats, etc... . Mais les événements les plus graves eurent en 1981. Après une nouvelle série d’attentats et d’assassinats de chrétiens, des groupes de jeunes intégristes vinrent mettre à feu et à sang le 17 juin vers minuit le quartier ZAWYA EL HAMRA au Caire: des enfants furent jetés par les fenêtres; des églises, boutiques et maisons furent saccagées, détruites ou incendiées. Il y aurait eu plus de vingt morts et plus d’une centaine de blessés. La police et les pompiers n’intervinrent que le 19 au soir, quand tout était fini.

Les violences et exactions sont particulièrement nombreuses en Haute-Egypte, notamment à ASSIOUT. Un copte originaire de cette ville et réfugié aux Pays-Bas a ainsi révélé le martyre de sa famille: son frère a été assassiné en 1982, une de ses soeurs a été battue au point de devenir sourde, une autre a été enlevée et violée en octobre 1987, puis détenue par son tortionnaire dans le désert du Sinaï et contrainte de se convertir à l’Islam. Une troisième soeur a dû se réfugier en Grèce, après avoir échappé à une tentative d’enlèvement et d’assassinat.

Selon deux articles parus en octobre 1987 dans l’hebdomadaire “AL AHALI” les chrétiens d’ASSIOUT sont pratiquement sans défense contre les groupes d’intégristes locaux, qui s’érigent en tribunaux islamiques (non officiels) et dont les milices contrôlent en grande partie la ville. L’auteur de ces articles a rencontré un chrétien hospitalisé pour fractures multiples après avoir été battu avec des chaînes de vélo par des musulmans; un pasteur s’est plaint d’attaques menées contre son église et de la destruction de sa bibliothèque; une librairie chrétienne de cette ville a été fortement endommagée par une quinzaine de musulmans qui avaient tenté de l’incendier avec du kérozène.

En février 1987, trois églises de SOHAG (Haute-Egypte) ont été attaquées par des extrémistes musulmans (deux d’entre elles furent sérieusement endommagées), ainsi qu’une autre à BENI SOUEF (Sud du Caire). Le 19 septembre de la même année, quinze extrémistes ont attaqué un centre paroissial copte à ASSOUAN et saccagé la bibliothèque (équipements, Bibles et livres chrétiens, cassettes religieuses).

Nous devons demander au lecteur de faire preuve de patience, car nous ne pouvons éviter de relater encore de nombreuses autres violences et exactions. En effet la revue américaine “THE COPTS” a signalé en janvier 1989 que la flambée de violences antichrétiennes n’avait pas cessé. Citant l’hebdomadaire “AL AHADI” du 16 novembre 1988, elle rapporte que des intégristes musulmans ont fait irruption dans l’église copte Ste Marie à MINIEH et y ont attaqué les fidèles au sabre et au couteau, au point que de nombreux blessés ont dû être hospitalisés au Caire;jj dans le district de SHARBIA d’autres énergumènes ont enlevé un copte, Emad SAOURIS, et l’ont contraint à adopter l’Islam; dans ce même district, une chrétienne, Aïda SAAD, fut enlevée et violée, après quoi ses tortionnaires lui imposèrent un mariage forcé avec un musulman. Et la police menaça sa famille au cas où elle porterait plainte ou tenterait de libérer la malheureuse.

Le quotidien AL AHRAM du 2 novembre 1988 a d’autre part relaté qu’un médecin chrétien, le Dr IZIZ RIZK AWAD avait été étranglé dans le village d’ALLAM (dans le FAYOUM, Sud du Caire). De tels assassinats de chrétiens professionnellement qualifiés sont hélas une pratique courante chez les intégristes, pour lesquels il est impensable qu’un copte exerce une profession pouvant le mettre dans une situation d’autorité vis à vis de musulmans.

Le 26 novembre 1988 les intégristes ont abattu le P. ROWIS FAKHER, desservant de l’église copte d’ABO TAEG (Haute-Egypte) parce qu’il prêchait pendant la semaine et refusait de cesser. Et la revue “The Copts” ajoute que de son côté l’administration s’efforce de limiter les prédications chrétiennes: c’est ainsi que la police secrète a interdit au P. MAKARY YOUNAN, de la cathédrale St Marc au Caire, de prêcher le Vendredi soir; même interdiction au P. ZAKARIA MARKOUS, de l’église Ste Marie d’Hétropolis au Caire.

Et la situation n’a cessé de s’aggraver en 1990, c’est ce que signalent l’Association Copte Américaine et l’Organisation Egyptienne pour les Droits de l’Homme. C’est ainsi que le 2 mars des intégristes se sont livrés à toute une série d’exactions à ABOU QURQAS (Haute-Egypte), où ils ont mis à sac les deux églises coptes orthodoxes, l’église copte catholique, une organisation copte laïque et le bâtiment de la YMCA. Ils ont par ailleurs entièrement détruit par le feu des pharmacies et des magasins appartenant à des chrétiens. Quinze chrétiens gravement blessés ont dû être hospitalisés, et cinq d’entre eux sont morts de leurs blessures. Les autorités locales et la police ont refusé d’intervenir. De son côté la BBC a signalé que deux autres églises ont été entièrement ravagées par des incendies criminels le 12 mars.

Les violences et exactions de mars sont la conséquence de “sentences” prononcées le 2 mars dans les mosquées de AL MINYA et ABOU QURQAS (deux villes voisines) par les imams qui, après la prière du vendredi, ont exhorté les gens à “exécuter” les chrétiens de leurs propres mains ! Au cours de ce mois-là cinq églises et des magasins chrétiens ont été détruits dans plusieurs villes de cette province d’AL MINYA, et des prêtres qui ont tenté de réparer leurs églises ont été mis en prison.

Au mois d’avril 1990, c’est dans la province d’AL FAYOUM que les intégristes musulmans se sont déchaînés. En particulier le 15 avril, des jeunes musulmans ont assailli et incendié à SINNOURIS une dizaine des pharmacies et magasins appartenant à des coptes, tandis que le 20 avril trois inconnus ont lancé contre une église de cette ville des engins dont l’explosion a d’ailleurs tué un policier et blessé deux autres.

Le 11 mai furent assassinés à ALEXANDRIE à la sortie d’un service religieux un prêtre copte de l’église Ste Marie et trois fidèles; le lendemain, après les funérailles, des coptes ont manifesté pour protester contre ce crime et contre la destruction d’établissements appartenant à des chrétiens; la police arrêta 25 de ces manifestants, qui fin juin étaient toujours en prison; et par peur de représailles de la part des intégristes, les avocats contactés par les familles des détenus refusaient d’assurer leur défense.

Le 25 avril, l’évêque d’AL FAYOUM a déclaré au journal “AL AHALY” que le clergé et les fidèles coptes étaient l’objet d’humiliations de la part de groupes islamiques. Il a précisé que les élèves chrétiens de son diocèse ont été mis en demeure de se convertir à l’Islam, sous peine de faire l’objet d’une “guerre sainte” de la part des étudiants et enseignants musulmans. Et il a accusé aussi les mass media (contrôlés par l’Etat) d’attirer la haine contre les chrétiens égyptiens.

Signalons pour terminer que de son côté l’Organisation Egyptienne pour les Droits de l’Homme a publié le 3 avril 1990 un document de sept pages faisant le point sur les violations de la liberté religieuse en Egypte. Elle y dénonce notamment le laxisme des autorités, qui craignent avant tout, selon elle, une confrontation directe avec les intégristes musulmans.

Où est, dans tout cela, l’Islam, “religion de tolérance, de fraternité, de paix,... ?