HOFFMANN Jean - Remarques sur les origines de la femme

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Introduction

Selon les Saintes Ecritures, l'homme a été créé directement[1] par Dieu à partir de la poussière du sol, et non par évolution à partir d'un être inférieur, animal ou préhomme. La Bible est absolument claire à ce sujet[2] . Elle n'est pas moins claire en ce qui concerne la création de la femme.

L'embarras des évolutionnistes théistes

Le sujet de l'origine de la femme embarrasse beaucoup les évolutionnistes théistes, c'est-à-dire tous ceux qui croient à une création progressive de l'homme. En effet, puisqu'ils pensent que Dieu a développé l'homme à partir d'un animal mâle, ils devraient logiquement aussi supposer que la femme fut formée à partir d'un animal femelle. Mais comment soutenir une telle hypothèse sans rejeter complètement ce que dit la Bible au sujet de la création de la femme?

Que dit l'Ecriture?

Elle dit d'abord que Dieu créa l'homme (l'être humain) à son image et qu'il le créa homme et femme [litt. «mâle et femelle" (Genèse 1: 27)). Ici, la création de l'homme et de la femme est présentée globalement dans le cadre général de l'œuvre créatrice, sans autres précisions. Dans le chapitre suivant, la formation de l'homme (Genèse 2: 7) et la formation de la femme (Genèse 2: 21-22) sont décrites séparément avec quelques précisions importantes.

Concernant en particulier la formation de la femme, quatre choses y sont clairement affirmées:

  1. Que Dieu plongea l'homme dans un profond sommeil.
  2. Que Dieu prit une côte de l'homme.
  3. Que Dieu referma la chair à l'endroit où il avait pris la côte.
  4. Que Dieu forma (litt. bâtit) une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme

Comment faut-il interpréter ces données?

Il ne saurait être question ici d'un langage imagé ou figuré susceptible d'être interprété de plusieurs manières. Il s'agit de toute évidence d'êtres en chair et en os et non de personnages mythiques ou fictifs. lorsque la femme ainsi formée par Dieu fut amenée vers l'homme, ce dernier s'exclama: .. Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair (Genèse 2: 23). C'est que jusqu'ici l'homme n'avait vu s'approcher de lui que des animaux, et il n'avait pas trouvé parmi eux un être semblable à lui (Genèse 2 :19-20). Car .. toute chair n'est pas la même chair, autre est la chair des hommes, autres celle des quadrupèdes, autres celle des oiseaux ... - (1 Corinthiens 15: 39). Enfin il voit quelqu'un qui lui est assorti (litt. .. comme son vis-à-vis-), tiré de lui-même et façonné pour lui. C'est pourquoi il est écrit: .. On l'appellera "icha" (=hommesse) parce qu'elle a été prise de l'ich (homme)- (Genèse 2:23). Le Nouveau Testament confirme formellement cette origine de la femme en déclarant: .. En effet, l'homme n'a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l'homme(1 Corinthiens 11 :8). Il faut toujours tenir compte de la façon dont les auteurs du Nouveau Testament ont compris les récits de l'Ancien Testament, car le meilleur interprète de la Bible, c'est la Bible elle-même.

Conclusion

Nous constatons que tout ce que dit la Bible au sujet de l'origine de la femme - comme aussi en ce qui concerne l'origine de l'homme - ne laisse aucune place aux hypothèses transformistes, évolutionnistes, darwiniste et théiste. Toute interprétation qui met en doute ce que dit l'Ecriture sur la création de l'homme et de la femme est donc à rejeter, Même refuser de se prononcer sur ce que dit la Bible à ce sujet, c'est déjà favoriser le doute et l'erreur. Voilà pourquoi nous avons voulu prendre clairement position pour une compréhension qui respecte les données du texte biblique dans la foi en Celui à qui rien n'est impossible.

Notes et références

  1. Si nous disons que l'homme a été créé directement à partir de la poussière du sol et que la femme a été créée directement à partir de l'homme, nous voulons simplement affirmer que, selon la Bible, Dieu ne s'est pas servi d'êtres vivants intermédiaires pour produire l'homme et la femme par de supposées évolutions ou mutations successives.
  2. Voir l'article de Stuart Olyotl

Retour à la page principale