La mission de "Résister et construire"

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Si, au XVIe siècle, on pouvait envisager de re-former une Église et une société profondément déformées, aux XXe et XXIe siècles il en va bien autrement. La destruction, dans tous les domaines, de l’ordre divin, est allée si loin que l’on ne peut plus envisager une simple re-formation (la Réforme), mais il nous faut travailler à tout re-construire sur les bases anciennes, créationnelles et bibliques.

L’attaque de la modernité, qui n’est autre que la tyrannie universelle de la science moderne déracinée de Dieu, de la Bible et du sens de l’univers, a porté sur trois fronts.

Tout d’abord, le XVIIIe siècle, inspiré par le subjectivisme cartésien et l’idéalisme kantien (tous deux esclaves de la vision borgne d’une science galiléenne sans Dieu ni raison) a attaqué les DOGMES chrétiens (la Trinité, l’Incarnation, le caractère divinement inspiré de l’Écriture, le péché, etc.).

Puis, les XIXe et le début du XXe siècles, s’en sont pris, avec le scientisme, l’évolutionnisme, l’historicisme, la dialectique hégélienne et le relativisme moral, aux fondements ETHIQUES de la vie humaine, personnelle et sociale, qu’on cherchait ainsi à mettre à terre.

Enfin, au XXe siècle avec le déconstructionnisme post-moderne, héritier de l’irrationalité de la critique perverse de la Bible, elle aussi inféodée à la nouvelle vision scientifique du monde rejetant la réalité du surnaturel, ce sont les PREMIERS PRINCIPES métaphysiques, l’ordre premier des choses, qui furent mis à mal.

La réaction de la revue Résister et Construire se doit, elle aussi, d’être triple.

Il faut premièrement réaffirmer les Dogmes chrétiens, ceux définis par les Symboles des anciens Conciles des IIIe et IVe siècles (la Trinité et l’Incarnation) et ceux définis par les Confessions de Foi réformées des XVIe et XVIIe siècles (l’Écriture comme seule norme de foi et de piété, et le salut par la grâce seule au moyen de la foi seule). Il faut cependant travailler aussi à rétablir la pensée dogmatique chrétienne sur divers nouveaux points. D’abord le rapport entre la grâce et la loi ; la doctrine de l’alliance divine comme norme de l’histoire biblique ET profane ; puis la doctrine biblique du Saint-Esprit, doivent recevoir les définitions dogmatiques dont l’Église a si grandement besoin. Enfin il faut définir dogmatiquement les rapports précis entre la création et la rédemption. Pour ce faire, il faudra revenir à une vision complète de l’ordre créé, éclairée par un retour à la Bible toute entière.

En deuxième lieu, face à l’attaque contre la morale chrétienne, il faut réaffirmer l’enseignement biblique complet des dix commandements lu à travers toute la Bible et dans son rapport avec Dieu et avec l’ordre naturel créé, et l’action providentielle de Dieu dans l’histoire.

Enfin, face à l’attaque contre la métaphysique biblique provenant d’une science purement immanente, la connaissance des premiers principes de l’ordre créé doit être restauré. Il faut réaffirmer la pérennité, malgré les effets de la chute, de l’ordre établi par Dieu dans la création et la conformité de cet ordre naturel avec la révélation des origines telle qu’elle est contenue dans les premiers chapitres de la Genèse et dans toute la Bible.

Deux tâches prioritaires s’imposent :

Premièrement : garder l’unité de la piété et de la proclamation de l’Évangile avec la vision biblique selon laquelle la rédemption est organiquement liée à la création qu’elle a pour but de rétablir, et donc que la proclamation de l’Évangile concerne tous les aspects de la réalité.

Deuxièmement : résister aux deux hérésies qui ont toujours attaqué, et qui attaquent toujours, l’Église de Dieu :

  • le légalisme judaïsant, talmudique et sioniste, qui fait fi de l’œuvre de Jésus-Christ dans le salut ;
  • la gnose de toujours, qui sépare l’œuvre de rédemption du Christ d’avec l’ordre créé qu’il est venu, au travers du salut de ses élus et de son Église, racheter et rétablir.

Voilà la vocation et la tâche de Résister et Construire.

Lausanne, le mercredi 21 janvier 2009

Jean-Marc Berthoud


Retour à la page principale