PARKER Aida - L'enfer des camps punitifs du Congrès National Africain (A.N.C.)

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Où sont les cris d’indignation ?

Depuis des années, une partie importante des médias sud-africains traite en parias les forces de sécurité de ce pays. Il n’y a rien de fortuit à cela. Depuis encore plus longtemps, l’A.N.C. et ses partenaires du parti communiste d’Afrique du Sud, infiltrent leurs gens et compagnons de route en priorité dans les principaux media. Résultat? Des cartels d’opinion de la gauche radicale se sont développés dans les media conventionnels, y compris à la télévision sud-africaine. Jamais les reportages politiques en Afrique du Sud n’ont été aussi manipulés et biaisés qu’en ce moment. Jamais il n’y eut de collusion aussi manifeste entre les journalistes “engagés” et l’A.N.C./P.C. d’Afrique du Sud.

Et nulle part ce traitement “différencié” n’a été plus évident que dans les attaques incessantes contre les forces de sécurité, en particulier contre la police d’Afrique du Sud. A part quelques rares et honorables exceptions, chacun écrit n’importe quoi. Quand des accusations, vraies ou fausses, sont lancées, rien ne peut les retenir. Les moindres fautes de la police - et il faut admettre qu’elle en commet parfois de graves - sont amplifiées et répandues sur les ondes du monde entier, aggravant ainsi démesurément le niveau déjà dangereux de l’animosité anti-police dans les villes noires.

Quant à l’A.N.C., une beaucoup plus grande circonspection prévaut à son sujet. Que ce soit par crainte, par intimidation ou à cause de liens politiques, les media font preuve d’une retenue remarquable dans la dénonciation des abus et des atrocités de l’A.N.C. qui sont nombreux. Beaucoup de journalistes, Noirs et Blancs, se conduisent en fait comme si leur premier devoir était de faire de la propagande en sa faveur, de blanchir ou de couvrir l’A.N.C. Pour d’autres, il peut s’agir d’une question de race: ils minimisent les atrocités des Noirs parce qu’elles sont commises“par des Noirs” .

Au moment où ces lignes sont écrites, les media nationaux consacrent de nouveau beaucoup d’argent, de talent et de temps au malheureux général Lothar Neetling et à ses supposées “brigades de choc” - un prodigieux coup de publicité pour l’A.N.C. - qui fait oublier au public les violations beaucoup plus graves de la démocratie et des droits de l’homme commises par l’A.N.C. On ne devrait pas permettre à l’A.N.C. de s’en tirer aussi facilement.

Il faudrait le contraindre à reconnaître et à rendre compte de sa propre histoire sauvage. Et il y a beaucoup de choses dont l’A.N.C. devrait rendre compte.

Ces quelques pages vont vous conduire dans le monde brutal des camps punitifs de l’A.N.C., camps qui ont fonctionné d’abord en Angola et en Zambie puis, plus récemment, en Tanzanie et en Ouganda. Ils ont été mentionnés sporadiquement, ici et là, mais n’ont jamais fait l’objet d’une étude systématique et complète et personne n’a tenté d’établir le nombre des prisonniers de l’A.N.C. enfermés dans ces camps; combien de détenus y sont depuis des années; l’état actuel des victimes de ces camps; combien sont morts au cours des ans par suite des coups, de la faim, de la torture, assassinés ou fusillés par l’A.N.C.

Surtout on n’a pratiquement jamais parlé de l’Imbokodo - “la meule du moulin” , appelée ainsi par analogie avec les meules utilisées pour écraser les céréales, mais dans ce cas pour écraser les gens - c’est à dire de l’organisation de l’A.N.C. chargée de ces camps.

Le très redouté Imbokodo, composé presque exclusivement de membres du parti communiste d’Afrique du Sud dont beaucoup ont été formés par le K.G.B., a une longue et sinistre histoire de brutalité vengeresse et impitoyable. Il est intéressant de noter que beaucoup de membres de l’Imbokodo sont actuellement de retour en Afrique du Sud et s’occupent des cités noires.

Depuis décembre 1990, l’équipe d’”Anna Parker Newsletter” (A.P.N.) travaille avec des anciens prisonniers de ces camps, ceci au travers du tout nouveau Comité de Coordination“retour d’exil” (R.E.C.O.C.). Les fondateurs du R.E.O.C.O.C. sont tous des survivants de ces camps punitifs de l’A.N.C., en particulier du fameux camp de Quatro - le camp 32 de l’A.N.C., connu des prisonniers sous le nom de Buchenwald - ou de Pango, un autre camp infernal du nord de l’Angola.

Après la signature des accords d’Afrique occidentale ces camps ont été transférés en Tanzanie et en Ouganda. Ceux que nous avons interviewés se sont échappés de ces camps. Tous sont des anciens membres du bras armé de l’A.N.C., Umkhoto wa sizwé (M.K.), hommes résistants et endurcis par les combats.

Ce qu’ils nous ont dit, c’est de la dynamite politique. Pendant des décennies, l’A.N.C. a cherché à donner de lui une image de défenseur de la liberté, de la dignité, de la morale, de la démocratie et de l’égalité entre les hommes, du droit de tous à la vie et à la poursuite du bonheur. Il y avait peu de ces bonnes choses dans les camps de l’enfer.

Les rapports que nous publions présentent une image très différente de celle des relations publiques de l’A.N.C.

La torture

Le R.E.C.O.C. a établi une liste de quelque 225 prisonniers qui sont morts ou dont on ne sait plus rien. Le numéro 141 le la Aida Parker Newsletter publie cette liste avec les photos qu’elle a pu retrouver pour identifier ces victimes. Malgré de grands efforts d’exactitude, des vérifications et des recoupements, il est possible que certaines des personnes mentionnées puissent avoir resurgi. Mais elles ne doivent pas être très nombreuses.

Depuis des mois le R.E.C.O.C. insiste auprès de Nelson Mandela et du Comité Exécutif de l’A.N.C. pour qu’ils établissent une commission d’enquête sur ces camps et sur les allégations de meurtre et de torture, et pour qu’ils fournissent un rapport sur le sort des prisonniers détenus depuis des années.

Ces demandes ont été refusées depuis des années par l’A.N.C. Il est clair que l’A.N.C. cherche à protéger son image de marque. Des détails sur ses camps punitifs et de ré-éducation et le meurtre par l’A.N.C. de ses propres supporters ne feraient pas une bonne impression sur le peuple et ne l’aiderait pas dans ses tentatives de recrutement.

Autre question: les journaux les plus importants d’Afrique du Sud ont consacré des milliers d’hectares de papier aux prétendus abus des forces de sécurité sud-africaines. Pourquoi l’A.N.C. et le P.C. sud-africain sont-ils immunisés contre de semblables recherches minutieuses ?

Le premier groupe de dissidents ayant échappé aux camps, tous des guérilleros entraînés de la M.K., est rentré en Afrique du Sud sain et sauf en mai 1990. Il se composait de Rodney Mwezi Twala, Luthando Nicholas Dyasop, Sisanda Breakfast et Sipho Malcolm Phungulwa. Ces hommes ont annoncé lors d’une conférence de presse leur intention de former une association de “parents de ceux qui sont morts ou qui sont encore détenus en exil” . Ils se sentaient le devoir de défendre les intérêts de ceux qu’ils avaient laissés derrière eux dans les camps du nord. Ils estimaient“necessaire d’obtenir des explications de l’A.N.C. et d’organiser leur retour.”

Un rapport assez détaillé de leurs affirmations parut le lendemain dans le quotidien parisien “Libération” . Libération écrivait que le groupe en question estimait à 500 le nombre des prisonniers encore détenus dans les camps de l’A.N.C.

Méthodes staliniennes

Le chef des services de renseignements de l’A.N.C., Jacob Zuma, a pris contact avec l’A.P.N. pour dire que le chiffre de 500 était faux et que le total correct était de 100 prisonniers. Utilisant les méthodes familières des procès staliniens de Moscou, il accusa Twala et Phungulwa d’avoir“participé à des attentats et à des actes d’espionnage”. Il écrivit dans la “New Nation” , l’hebdomadaire pro-A.N.C. financé par la Conférence des evêques sud-africains, que,

“c’était des gens qui avaient des instructions pour semer le désordre au sein de nos forces et de nos membres, pour élever des protestations au sujet de choses insignifiantes et créer un climat d’insécurité et même avec des instructions spéciales pour organiser des rassemblements.”

Qu’ils aient été écrits dans ce but ou pas, ces mots se sont révélés être une sentence de mort pour Sipho Phungulwa. Ce dernier, un ancien garde de corps de Chris Hani, chef de la M.K., s’était rendu à Umtata dans le sud-est du pays avec son ami Nicholas Dyasop pour expliquer aux membres de l’A.N.C. la situation réelle au camp punitif de Quatro en Angola et les raisons de la mutinerie qui eut lieu en 1984. Sipho a été tué par balle en plein jour à Umtata et l’A.N.C. s’est plaint que son ami Dyasop, qui était avec lui, ait échappé à une mort semblable. Tous les dissidents, sans exception, que ce soit en Afrique du Sud ou à l’extérieur, pensent que c’est la hiérarchie de la M.K. qui a ordonné ce meurtre; d’abord parce que Phungulwa en savait trop et ensuite parce qu’il avait décidé de parler.

Peu de temps après, à la suite d’une réunion de “camarades” à Evaton près de Johannesbourg où vit sa famille, M. Twala fut informé qu’”il avait perdu le droit de vivre dans cette ville” à cause de ses remarques à la conférence de presse. Ses jeunes accusateurs ont dit plus tard:“Nous avons donné l’ordre à la famille chez qui il se rendait de le chasser immédiatement.” (Weekly Mail 8.6.90)

On lit dans la publication,“Searchlight South Africa” :“la phrase “perdu le droit de vivre“ sonne comme une menace mais il semble que ce soit un lieu commun dans la jurisprudence de la ville noire.” “Searchlight” admet aussi que l’affirmation de Zuma elle-même “signifiait seulement que les anciens détenus étaient destinés à être tués soit par les mains de brutes dans les villes noires soit par celles des membres des services de sécurité de l’A.N.C. rentrés de l’étranger.”

Un mois plus tard, alors qu’il était en visite à Londres, Mandela a dû répondre, lors d’une conférence de presse, à des questions concernant le meurtre de Phungulwa et à une demande d’enquête à ce sujet. Selon le journal londonien de gauche “Guardian” du 4.7.90, Mandela a répondu cyniquement: “Je n’ai jamais connu d’homme mort capable d’identifier celui qui l’a tué.”

Les journaux britanniques, notamment le “Times” et le “Daily Telegraph” ont accordé beaucoup plus d’attention à la question des camps de torture de l’A.N.C. qu’aucun journal sud-africain. En réponse à leurs informations, Chris Hani, pratiquement No. 2 de l’Umkhoto wa sizwé (M.K.), a nié qu’il y eut des tortures. Cependant cela a été admis par Mandela, Joe Slovo et Abie Sachs, un intellectuel communiste, membre du haut commandement de l’A.N.C.

Hani a aussi refusé toute proposition d’enquête publique en disant que l’A.N.C. avait procédé à sa propre enquête et“n’avait pas le temps d’en faire une autre.” L’A.N.C., dit-il“ne permettra pas qu’on l’entraîne dans aucune commission.”

Il ne fait pourtant aucun doute que des dizaines, peut-être des centaines de dissidents de l’A.N.C. sont toujours détenus dans des camps en Tanzanie, en Ouganda et peut-être en Ethiopie. Leur nombre exacte reste un mystère puisque l’A.N.C. refuse ou est incapable de donner un chiffre. L’A.N.C. n’a certainement pas envie de rapatrier ces gens par crainte de la mauvaise publicité qu’ils feraient pour l’organisation et de l’impact sur le moral de ses membres.

Certains éléments dans les médias d’Afrique du Sud ont fait preuve d’une énergie exceptionnelle pour rechercher et dénoncer ce qu’ils appellent “les atrocités de la police”. Nous estimons que par cette partialité, leur défaut d’enquête similaire et de rapport complet sur les abus numériquement beaucoup plus importants dans les camps punitifs de l’A.N.C., ils se sont rendus eux-mêmes coupables d’atrocités politiques et journalistiques.

Bombe à retardement pour l’A.N.C.

“La détention, la torture et l’exécution de prétendus espions sud-africains par le Congrès national africain (A.N.C.) est une bombe à retardement qui tictaquait au loin depuis de années” (Richard Brown, dans l’”Independant” , de Londres.

Un événement qui a marqué l’histoire externe de l’A.N.C. fut la grande mutinerie de 1984, mâtée par les forces de la M.K. en Angola. C’est cette mutinerie qui a conduit, pour des années, nombre des meilleurs membres de la M.K. dans le fameux camp punitif de Quatro, un enfer d’où beaucoup ne devaient jamais revenir.

Le nom de cette mutinerie,“mukatskiya” en Kimbundu, indique de quoi il s’agissait:“Mon cou et mes épaules me font mal à cause du fusil que je porte jour après jour”, autrement dit: le“raz-le-bol” du joug de l’A.N.C. C’est seulement aujourd’hui, sept ans après, que font surface des détails de cette mutinerie et d’autres au sein de la M.K. alors que certains survivants rentrent en Afrique du Sud et rapportent des nouvelles de ces années d’émeutes, de mutineries, de résistance, de détention et de torture dans ces camps exécrables en Angola, en Zambie, en Tanzanie et en Ouganda.

Ces révélations sur de vastes mutineries de centaines de cadres de la M.K. mécontents, désappointés et désillusionnés font exploser une fois pour toutes le mythe d’une direction de l’A.N.C.“entraînée et éprouvée” et témoignent au contraire de l’incompétence et de l’inefficacité de la hiérarchie de l’A.N.C. Parmi les chefs les plus accablés par ces révélations, on compte Oliver Tambo, Chris Hani et Joe Modise.

Au vu de ce honteux rapport, on se demande combien de recrues aurait fait l’A.N.C. si l’on avait mieux su comment il traitait les siens, et ce que les parents fidèles à l’A.N.C. auraient dit s’ils avaient su ce que souffraient leurs fils et leurs filles dans ces camps.

Insatisfaction

Dès le début - et en particulier quand des milliers de jeunes gens fuyaient l’Afrique du Sud pour rejoindre la M.K. après les soulèvements étudiants de 1976 - l’A.N.C. avait une crainte paranoïaque d’être infiltré par des “espions” sud-africains. Pour beaucoup cette accusation d’espionnage, prouvée ou non, signifiait une sentence de mort imposée d’une manière horrible ou, peut-être pire, des années dans des camps immondes et surpeuplés, affamés et sujets à toutes les tortures et les humiliations que leurs géôliers voulaient bien leur infliger.

Le règne de la terreur a commencé il y a dix ans. L’insatisfaction était alors si grande parmi les cadres de la M.K. en Angola qu’en février 1981 le Conseil exécutif de l’A.N.C. fit une tournée des camps en Angola. On parla aux cadres “d’un réseau d’espionnage sud-africain qui aurait assiégé l’A.N.C.”

Parlant en Xhosa, Mzwandile Piliso, le chef des forces de sécurité et le plus craint des idéologues d’alors, avertit les cadres qu’il ferait”pendre par leurs testicules les agents de l’ennemi et les provocateurs.” Cependant, d’après ce qu’ont rapporté les ex-prisonniers à l’A.P.N., la plupart des tortures n’ont pas été appliquées à des espions mais à ceux qui ont osé critiquer la direction de l’A.N.C.

Propagande mensongère

A part les rapports des anciens prisonniers, l’A.P.N. utilise aussi à titre de vérification des informations parues dans certaines publications anglaises et américaines.

L’une des premières dénonciations des atrocités commises dans les camps de l’A.N.C. a paru dans le “Sunday Correspondent” de Londres au début de l’année passée. Dans un rapport daté de Nairobi, il affirme:

“Presque tous les jours des officiers pratiquaient ce qu’ils appelaient le pain quotidien: les prisonniers étaient contraints de s’étendre la face contre le sol en ciment tandis que les officiers, chaussés de lourdes bottes de l’armée soviétique, sautaient sur leurs têtes pour voir si elles craqueraient.
Les conditions étaient si mauvaises dans ces camps que la simple pensée d’une nouvelle détention était apparemment suffisante pour conduire certains anciens prisonniers au suicide.”

Quand un cadre, Léon Makadeni, vedette du film sud-africain“Waraka” , apprit qu’il allait être emprisonné à nouveau, il conduisit un tracteur au haut d’une colline abrupte et le mit en roue libre. Il fut tué au cours des culbutes de son tracteur.

Fosses communes

Le 21.4.90 Mark Colley du Times de Londres, dans un rapport daté de Nairobi raconte des détails sur la manière dont cinq guérilleros de la M.K. ont été torturés en Angola et écrit que,

“au moins cinq des responsables de ces mauvais traitements sont toujours des fonctionnaires supérieurs à la direction de l’A.N.C.” “D’autres détenus”, écrit-il,“sont encore torturés dans des camps de prisonniers en Tanzanie et en Ouganda … ceci en contradiction directe avec une déclaration de M. Mandela … selon laquelle les officiers responsables auraient été punis et démis de leurs positions d’autorité.”

Il rapporte que “deux fosses communes à la prison de Pango, en Angola, contiennent les corps de 14 cadres de l’A.N.C. qui y ont été assassinés ou qui sont morts au cours d’interrogatoires …” ceci après la mutinerie Mukatskiya. Ses informateurs étaient Luvo Mbengo, Amos Maxongo, Badile Ketelo, Zanxolo Tshona et Ronnie Masango.

Dans une lettre ouverte, ces hommes font appel à Mandela pour qu’”il enquête sur les activités de Christopher Hani, Joe Modise, Lihlonomo Moloi et Andrew Masando.” Tous ces hommes, accusent-ils, étaient “directement responsables de la torture et du meurtre d’hommes de l’A.N.C. dans les prisons de l’Angola.” (Masando, ancien commissaire national de l’A.N.C. et figure de proue dans l’administration de Quatro, est continuellement nommé dans les plaintes pour atrocités. Il a quitté depuis sa position dominante dans l’A.N.C.)

Ce groupe a affirmé que M. Mandela devrait comprendre que les mutineries de l’A.N.C. furent “non pas la cause mais le résultat des tortures et des tueries en Angola.” Il serait important que les responsables soient jugés par l’A.N.C. et expulsés de son sein.

“Il n’y a rien de plus traître que de permettre que des crimes pareils ne soient pas jugés. Nous savons combien il est difficile d’accepter ces vérités amères mais objectives et quelle est l’ampleur de la tâche pour prendre des dispositions appropriées contre ces individus … mais nous croyons aussi que l’ardent désir de justice de notre peuple ne peut être satisfait d’une manière efficace que par une direction moralement propre.”

Ces cinq hommes étaient à l’origine engagés dans des mouvements des années 70 comme C.O.S.A.S. (Confédération des étudiants d’Afrique du Sud ) et S.A.S.M. (Mouvement étudiant sud-africain ). Après les émeutes de Soweto en 1976 et la mort de Steve Biko, ils ont rejoint l’A.N.C. et ont fui l’Afrique du Sud. Après des années d’exil comprenant aussi une formation révolutionniare en Allemagne de l’Est et en URSS, ils sont devenus de plus en plus mécontents de leur existence:

“… souffrant d’une déchéance intellectuelle et, apparemment morale, M. Tshona raconta deux opérations dans lesquelles il passa en contrebande des drogues, des diamants et des voitures de luxe volées pour la M.K. Certains membres de la M.K. s’engraissent du sang et de la sueur des cadres.”

C‘est ce qu’il dit au Times de Londres le 11.4.90.

Dans un rapport de première page, le Christian Science Monitor révéla aussi des détails concernant le camp de Quatro et cite les paroles de certains dissidents de l’A.N.C.:

“Les conditions y étaient horribles. Chaque jour il y avait des coups, des cris, des hurlements. On nous disait que notre libération dépendrait de notre volonté de coopérer. Personne n’a jamais été relâché.”

Des cages chauffées comme des fours

D’autres journaux comme le Washington Post et le New York Times ont publié des listes de tortures pratiquées à Quatro , à Pango et dans d’autres camps de l’A.N.C. sur des hommes suspectés d’espionnage, de dissidence et de mutinerie. Des flagellations et des coups conduisaient souvent à la mort. Du plastique fondu était versé sur des corps nus, sur des plaies, sur les testicules. Des hommes étaient enfermés parfois pour plusieurs jours dans de vieux containeurs métalliques chauffées comme des fours par le soleil angolais.

D’autres victimes ont raconté comment elles avaient été attachées à des arbres et laissés là au soleil pendant plusieurs jours; d’autres ont été contraints de courir avec des sacs de sable sur le dos tandis que les gardiens les chassaient et les frappaient. Le manque de nourriture et d’eau était parfois si grand que des prisonniers s’évanouissaient et mouraient de faim et de soif.

Il n’y avait pas de latrines dans les cellules de détention de masse, seulement des sceaux de 5 litres en plastique qui débordaient bientôt. Avec les prisonniers eux-mêmes couverts de poux, jamais lavés, l’odeur était épouvantable. On brûlait des bâtons d’encens quand les officiers de l’A.N.C. visitaient le camp.

Il n’y avait pas de médecin et souvent pas de médicaments.“En guise de déjeuner nous n’avions souvent qu’une dizaine de coups sur les fesses.” Les cellules étaient tellement suroccupées que si un homme bougeait pendant la nuit, tous étaient réveillés. Les jeunes prisonnières étaient violées à plusieurs reprises. Aucune organisation charitable n’était autorisée à visiter ces camps. L’A.N.C. ne tenait pas à ce que le monde entier sache ce qui s’y passait. Une des victimes nous a dit:“Nous avons souvent maudit le jour où nous sommes nés.” Les gardiens appelaient les prisonniers“bandits politiques” . S’ils tombaient en exécutant un travail forcé trop pénible, ils étaient remis sur pied au fouet:“Un bandit n’est jamais fatigué! … Pour finir nous étions comme des zombies effrayés.”

Des coups au hasard

Un cadre du M.K. évadé des camps, Gordon Moshoeli, a écrit:

“Les séances de coups se font au hasard. Un gardien qui a envie de battre un prisonnier le fait, à n’importe quel moment. Ils utilisent des matraques, des cables électriques ou des bâtons. Ils frappaient souvent sous les pieds pour que les gens ne puissent plus marcher. Le pire c’est qu’il n’y avait pas de tribunaux et pas de condamnations.”

Les premiers prisonniers à rentrer en Afrique du Sud et à rendre publique leur expérience des camps de torture de l’A.N.C. furent Rodney Mwezi Twala, Sipho Malcolm Phungulwa, Robert Shange, Luthendo Nicholas Dyasop, Sisanda Breakfast, Dilizi Adednego Mthembu et M. Makhubeda. Tous avaient participé à la mutinerie Mukataskiya et tous ont passé plusieurs années à Quatro. Nous avons passé plusieurs heures avec la plupart de ces hommes qui ont tous confirmé ce qui a été écrit précédemment.

M. Twala, un homme sans prétention, sérieux et d’une vive intelligence, était un guérillero de l’A.N.C. Né dans une famille soutenant depuis longtemps l’A.N.C. il avait pendant bien des années été un activiste en Afrique du Sud. Il rejoignit la M.K. au Swaziland en 1975 puis suivit un entraînement militaire dans les services de renseignements en URSS. A son retour en Afrique il fut envoyé en Angola pour aider à la formation des nouveaux arrivants de la “génération de Soweto 1976”. Pour finir, il passa cinq ans à Quatro. Pour quel crime?

Une demande de conférence

Rien de plus que d’avoir demandé à ce que l’A.N.C. appelle une conférence consultative comme il était tenu de le faire selon ses propres statuts. D’autres chefs de la M.K. et lui-même auraient aimé que les dirigeants de l’A.N.C. se retrouvent pour discuter franchement et ouvertement de l’effondrement général des pratiques démocratiques au sein de l’A.N.C. et pour parler sérieusement d’un grand nombre de plaintes et de griefs de plus en plus fréquents parmi les hommes du rang. de la M.K.

Le mécontentement couvait depuis longtemps. Le nombre des désertions s’était accru en 1982/1983 ainsi que celui des suicides parmi les cadres. Ce mécontentement atteignit un point critique en 1983 quand les cadres de l’A.N.C., sur l’ordre de Tambo, furent incorporés dans une brigade pour combattre l’U.N.I.T.A. anti-communiste de Joseph Savimbi dans la province de Malange aux côtés de la F.A.P.L.A. (Armée de libération du peuple angolais). Alors que la M.K. avait remporté quelques premiers succès, le moral s’effondra quand l’unité du 16 juin, qui venait de rentrer d’un entraînement en Allemagne de l’Est, fut massacrée dans une embuscade de l’U.N.I.T.A.

Les forces de l’Umkhoto wa sizwe commencèrent à mettre en question la valeur de ces opérations en Angola:“Nous avons commencé à nous demander si de nous battre contre l’U.N.I.T.A. pouvait nous rapprocher de la libération de l’Afrique du Sud.” A la fin de 1983 il y eut un refus général de retourner au front. Cette révolte au sein de l’armée menaçait de s’étendre à toutes les forces de la M.K. en Angola.

Problèmes désespérés

Les demandes de convocation d’une conférence des chefs de l’A.N.C. se firent insistantes. La dernière conférence avait eu lieu 15 ans en arrière, en Tanzanie. Cette conférence-là avait aussi été imposée aux chefs par un mécontentement général qui menaçait de faire exploser l’A.N.C. sous la pression de la base.

Les cadres de l’A.N.C. ne manquaient pas de griefs et de questions:

  • Ils étaient fatigués de se battre dans des guerres qui ne les concernaient pas et demandaient le transfert immédiat des hommes de la M.K. sur le théâtre des opérations en Afrique du Sud.
  • Ils se plaignaient de l’incompétence des commandants. En particulier, ils voulaient que Joe Modise soit déposé. Piliso était accusé de promouvoir des “laquais impopulaires” dans l’appareil de la M.K. tandis qu’il supprimait ceux qu’il n’aimait pas, les accusant d’être des “agents de l’ennemi” qui allaient“mourir dans les camps d’Angola.”
  • D’autres membres dirigeants de l’A.N.C. étaient accusés d’éliminer les membres désillusionnés de la M.K. en les accusant d’être des“agents de l’Afrique du Sud”. Les cadres le la M.K. demandaient que les chefs de l’A.N.C. cessent d’enfermer et d’assassiner les dissidents et supprime immédiatementt l’appareil brutal de sécurité de l’A.N.C. Ils demandaient aussi une enquête immédiate à l’intérieur de l’appareil de sécurité de l’A.N.C. et sur les conditions à Quatro, Pango et autres camps punitifs.“L’Angola devrait être un refuge pour les révolutionnaires et non pas un immense camp de concentration.”
  • Il y avait aussi de nombreuses allégations de corruption à la tête de l’A.N.C., de luttes d’influence, de commerce de drogues et de contrebande de diamants parmi les autorités supérieures de l’A.N.C.
  • Un grief particulier concernait le“bon temps” dont jouissait la hiérarchie de l’A.N.C./M.K. par rapport aux conditions des hommes du rang:“capitalisme pour les chefs, socialisme pour les masses”. Un document disait:“Il était courant que les hauts commandants risquent la vie des cadres en les envoyant acheter des objets de luxe à Germiston ou à Johannesbourg. D’autres étaient envoyés dans le pays (l’Afrique du Sud) pour voler des voitures modernes comme des BMW ou des Mercedes.”
  • Que Tambo vienne lui-même pour parler aux cadres des solutions à leurs nombreux problèmes.

A peu près 60 cadres de la M.K. dirigeaient cette protestation et les 90% de la M.K. en Angola soutenaient leurs demandes. Afin de montrer leur volonté d’être pris au sérieux, les cadres ont commencé de tirer en l’air avec leurs fusils. Après quelques jours de ce charivari, Chris Hani et les officiers supérieurs Joe Nhlanhla et Lehlonono Moloi arrivèrent avec l’ordre de faire cesser la fusillade. La direction de l’A.N.C. réalisa qu’elle se trouvait devant une situation explosive. Le 12 janvier 1984 Tambo s’adressa non pas aux cadres protestataires de la M.K. mais à un autre groupe à Caculama. Joe Modiso parla d’un groupe de soldats qui pensaient pouvoir contraindre la direction de l’A.N.C. à tenir une conférence “à la pointe du fusil”. Les demandes d’une conférence consultative furent traitées de mouvement “orchestrée par l’ennemi”, de “jeunes ambitieux” qui voulaient renverser la direction de Tambo.

Tanks angolais

Un mot d’ordre arriva disant que tout le personnel M.K. devait quitter Malange pour Luanda. Là, les mutins furent conduits à un camp d’attente de l’A.N.C., à Viana, juste à côté de la ville. Ils s’y rendirent de leur propre grè, croyant les assurances de Chris Hani qu’ils allaient enfin obtenir leur conférence. Arrivés à Viana, on leur demanda de rendre leurs armes. Ils refusèrent et c’est alors que la mutinerie commença pour de bon. Elle fut mâtée, à la demande de Hani, avec des tanks de l’armée angolaise. Dans la mêlée Twala fut atteint d’une balle dans le dos en présence de Modise et de Hani, pendant l’encerclement des mutins. La balle lui perfora les poumons et sortit par devant. Les forces de sécurité de l’A.N.C. entrèrent alors en action. Sept de leurs hommes avaient été tués par les mutins. En représailles, sept meneurs des mutins furent fusillés par un commando, d’autres furent tués secrètement et certains seraient toujours en détention en Tanzanie et en Ouganda, en violation des conventions internationales.

Ceux qui furent envoyés à Quatro ont souffert de la faim, beaucoup sont morts du scorbut ou d’anémie. Twala, sorti de force de l’hôpital, fut envoyé avec d’autres à la prison de sécurité maximum de Luanda où ils furent détenus dans des conditions barbares. De retour à Quatro , ils eurent la visite pour la première fois en prison de Hani, John Motsabi et John Redi en 1985. Ils défièrent Hani de faire un procès public aux mutins. Il promit qu’ils auraient droit à un procès honnête. Il n’a jamais eu lieu.

Promesse de secret

En novembre 1988, les survivants de la mutinerie, 25 en tout, ont été appelés ensemble et on leur demanda de signer des documents les obligeant à garder le secret sur les crimes de Quatro . On comprend que l’A.N.C. ne souhaitait pas que des faits semblables transpirent au dehors. Entre temps l’A.N.C. avait gagné un grand prestige politique sur le plan international en tant que présumé futur gouvernement de l’Afrique du Sud. Après que les derniers mutins eurent quitté Quatro , le personnel de l’A.N.C. bombarda le site afin de détruire les preuves.

Les ex-mutins furent conduits d’abord à Luanda pour se “remplumer” et, après 15 jours, conduits par avion en Tanzanie dans un “centre de développement de l’A.N.C.” à Dakawa, près de Morogoro. Là on leur permit de prendre part à la vie normale des exilés. Ayant trouvé ce camp et ses structures politiques et culturelles en pleine apathie et déliquescence, ils se mirent au travail pour rendre vie à ces structures moribondes.

En décembre 1989, ils eurent la visite de Hani.

“Nous lui avons demandé devant qui il devrait répondre de la mort violente de nos camarades. Il nous a répondu qu’il était responsable vis-à-vis du peuple d’Afrique du Sud , et pas des exilés.”

Le 16 septembre 1989, MM. Twala et Omry Makgoale, ancien commandant du district de Luanda, furent élus à des postes importants du corps le plus représentatifs des milliers d’exilés de l’A.N.C. en Tanzanie, le Comité politique régional. Ce qui prouve le grand respect dont jouissaient ces ex-.prisonniers de Quatro qui s’étaient battus pour défendre la démocratie.

Un reproche pour l’A.N.C.

Cette nomination constituait une étonnante rebuffade pour la direction de l’A.N.C. Quelques jours plus tard, le Conseil exécutif national de l’A.N.C. se mit en devoir de renverser ce résultat embarrassant et lança finalement un“ukaze” exigeant la dissolution du Comité politique régional. Twala et un groupe de huit hommes s’échappèrent plus tard de Dakawa et arrivèrent en Afrique du Sud en mai de l’année dernière.

A leur arrivée ils trouvèrent pour le moins ironique que les gens qui, avec tant de despotisme bureaucratique, avaient dissout leur organisation démocratiquement élue en Tanzanie soient maintenant en train de négocier pour “une nouvelle démocratie” en Afrique du Sud. A ce sujet ils disent:

“Nous estimons que l’A.N.C. n’a aucun mandat pour représenter notre peuple dans aucune négociation mais devrait plutôt rendre compte des crimes commis en son nom.”

Et avec une grande simplicité, ces victimes du soi-disant mouvement de “libération” ajoutent:

“Révéler l’histoire de Quatro, c’est révéler les forces cachées qui opèrent à l’intérieur de l’A.N.C.”