ROTH Ariel - Le quatrième jour

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher
Une discussion est en cours au sujet des événements de la création de la Genèse. Nous reproduisons cette exposé d'Ariel Roth pour vous donner une idée du genre de débat qui anime actuellement la communauté des savants créationnistes. Vu le caractère problématique des hypothèses avancées ainsi que de l'exégèse des textes bibliques qui leur servent d'appui, nous accompagnons ce texte suggestif de divers commentaires formulés pour notre Association par J.-M. Berthoud. Ils seront imprimés sous le texte en caractères gras. Ce débat reste cependant ouvert.

En[1] 1925, le fameux "procès du singe"[2] se déroulait dans la ville paisible de Dayton, au Tennessee. Le litige tournait autour de la question de savoir si John T. Scopes avait violé une nouvelle loi en vigueur dans cet Etat, loi interdisant l'enseignement de l'évolution. Mais le plus important était sans doute de savoir si la théorie de l'évolution était vraie. Le procès, qui eut un retentissement mondial, se déroula dans une atmosphère surchauffée, proche du carnavalesque et agrémenté par la présence de chimpanzés. Les principaux opposants du débat étaient, comme protagoniste de la création, William Jennings Bryan, trois fois candidat à la présidence des Etats-Unis et comme défenseur de l'évolution, Clarence Darrow, un avocat réputé.

L'un des épisodes les plus poignants du procès fut la question que posa Darrow à Bryan au sujet du récit biblique de la création. Comment pouvait-il y avoir un soir et un matin lors des quatre premiers jours de la création, alors que le soleil lui-même ne fut créé que le quatrième jour? Bryan répondit à la question en suggérant que les jours de la création aurait pu correspondre à de longues périodes. Son argument ne répondait évidemment pas à la question de savoir comment soirs et matins avaient pu exister avant la création du soleil.

Le procès reconnu Scopes coupable, mais le jugement fut par la suite cassé pour vice de forme. Chaque camp s'estima vainqueur. Mais bien des questions demeurèrent sans réponse[3]. Le procès eut des répercussions sensibles, en ce sens qu'i1 réduisit pendant des décennies la place consacrée au traitement de l'évolution dans les manuels scolaires.

En fait il semble, à priori, tout-à-fait incongru qu'il y ait pu avoir un soir et un matin avant la création d'un soleil, ainsi que le rapporte la Genèse. Ceci soulève un certain nombre d'autres questions en rapport avec le Jour 4 de la semaine de création, et avec l'ensemble du récit de la création. Certains ont argué de ce problème qu'il fallait classer ce récit au rang "d'histoire primitive"[4] n'ayant aucune signification 4uant aux faits. La Bible ne présente pas les choses de celle façon. Afin de mieux comprendre la discussion 'lui suit, nous conseillons au lecteur de lire d'abord le récit complet (Ge 1.1 à 2.15).

Parmi les questions que nous aborderons sont les suivantes: que s'est-il passé au quatrième jour? Cela implique-t-il la création des corps célestes, de la lune et du soleil seulement, ou existe-t-il une autre interprétation? Quelle fut la source de la lumière créé au Jour 1? Les deux premiers versets de la Genèse suggèrent-ils que la matière de la terre et des corps célestes étaient déjà en place lorsque la semaine de création débuta? Quand les étoiles furent-elles créées?

Modèles

De nombreux modèles de la création ont été proposés. Ils posent surtout le problème de l'époque à laquelle les différentes parties de l'univers furent créées et de la source de la lumière durant les trois premiers jours de la création. Afin de simplifier la discussion, nous nous contenterons de résumer seulement trois modèles principaux. De nombreux autres peuvent être élaborés à partir de ceux-ci, comportant différentes variantes.

MODÈLE 1. Tout fut crée pendant la semaine de création.

La matière de la terre est créé au Jour 1. La vie est créée aux Jours 3, 5 et 6. Le soleil, la lune, et le reste de l'univers sont créés au Jour 4. La lumière des trois premiers jours est créée de manière non révélée par Dieu, et ensuite relayée par le soleil. L'univers entier ne date que de quelques milliers d'années.

MODÈLE 2. Le système solaire fut crée durant la semaine de création, le reste de l'univers est très vieux.

Les étoiles, les galaxies, etc ... furent créées par Dieu il y a des millions d'années. La matière terrestre fut créée au Jour Premier, la vie les Jours 3, 5 et 6. Le soleil, la lune et les planètes furent créées au Jour 4. La lumière des trois premiers jours fut créée de manière particulière par Dieu, et à partir du Jour 4, est issue du soleil.

MODÈLE 3. Tout l'univers, y compris le système solaire, fut crée il y a longtemps, la vie fut créé récemment durant la semaine de création.

Il y a longtemps que l'univers a été créé, y compris le soleil et une Terre vide et sombre. La Terre fut préparée pour la vie, et la vie fut créée sur elle il y a quelques milliers d'années, durant la semaine de création. Durant la semaine de création, la lumière provenait du soleil, qui existait déjà. Le nuage de poussière dense qui entourait la Terre fut partiellement éclairci au Jour 1 de la semaine de création, mais le soleil, la lune et les étoiles, bien 'lue présents, n'étaient pas visibles de la Terre. La luminosité était celle d'un jour couvert; la disparition complète du nuage au Jour 4 rendit le soleil, la lune et les étoiles complètement visibles de la surface de la Terre.[5]

Discussion

Une lecture directe du récit de la Genèse montre clairement que chaque jour de la semaine de création est un jour lilléral d'une durée approximative de 24 heures. L'interprétation de Bryan, très populaire, des jours-périodes, n'est pas soutenue par le texte lui-même. Pour chacun des jours de la création, l'auteur avance sans ambigullé 'lu 'il y eut un soir et un matin.[6]

La question de la source de la lumière durant les trois premiers jours est plus ouverte, puisque le soleil n'est pas mentionné avant le Jour 4. Le défi que pose à notre intelligence le soir et le matin des premiers jours de la création, tel que Darrow l'avait lancé à Bryan pendant le procès, n'est pas aussi important qu'on l'imaginait alors. Le texte de la Genèse rapporte la production de lumière tant au Jour 1 qu'au Jour 4 de la semaine de création (Ge 1.3, 15). Bien qu'aucun détail sur la source de la lumière au Jour 1 n'est donné, il n'est pas hors de la portée d'un Dieu qui peut créer l'univers sidéral, de fournir la lumière des jours 1 à 3. S'il s'agissait d'une source localisée de lumière, et si la Terre se trouvait déjà en rotation, nous aurions là un soir ct un matin de manière c1assique.[7] Il a été suggéré que Dieu en personne était la source de la lumière, puisque il est décrit ailleurs dans la Bible comme une lumière éclatante[8] et qu'il sera lui-même la source de lumière de la nouvelle Terre, lorsqu'il n'y aura plus soleil, ni lune.[9]

En rapport avec cela, l'une des questions fréquemment posée en rapport avec la semaine de création concerne le temps nécéssité par la lumière pour velllr des étoiles distantes. Par nuit claire, il est possible de. voir à l'oeil nu la fine nébuleuse d'Andromède dont la lumière met plus de deux millions d'années pour nous atteindre. Admettre que les étoiles ont été créées bien avant la semaine de création est une manière de résoudre ce problème.[10]

Certains avancent que Dieu aurait pu créer les étoiles récemment, de manière complète, avec leur énergie radiante en route, alleignant la Terre. De plus, puisque Dieu a créé Adam déjà adulle et des arhres ponant des fruits mûrs, pourquoi n'aurait-il pas créé un univers de toutes pièces, comprenant des flux lumineux? Ceci est certainement possible, quoique plus forcé. Il existe de honnes raisons pour penser que Dieu créa un homme déjà mûr (les bébés sont sans ressources) ou des arbres mûrs (les jeunes arbres ne produisent pas les fruits nécessaires), mais penser que Dieu aurait fait apparaître de la lumière comme si elle avait voyagé pendant des milliards d'années, sans que cela soit réel, pourrait paraître aller à l'encontre de son intégrité. Le Dieu décrit dans la Bible est digne de foi et ne prononce jamais de mensonge (Es 46.19; Ti 1.2; He 6.19). Certains sont plus à l'aise avec l'idée que les étoiles, au moins, furent créées il y a très, très longtemps, donnant à la lumière le temps d'atteindre la Terre.[11]

Une autre interprétation assez courante en rapport avec ce concept est que la référence aux étoiles dans la description du Jour 4 ("11 fit aussi les étoiles"), serait une parenthèse distincte des autres activités du même Jour étant seulement une indication que les étoiles seraient la création de la même divinité. D'autre part, il est parfois suggéré que parce que les mots "il fit" furent insérés en traduction et ne font pas partie des manuscrits hébreux, les étoiles furent aussi créées au Jour 4, en même temps que le soleil et la lune. Cette conclusion peut ne pas avoir été l'intention de l'auteur originel, puisque plus haut (Ge 1.16a et 1.14), il est seulement fait mention des deux grands luminaires. Sur cette base, la phrase: "et les étoiles aussi" apparaît comme une parenthèse.[12]

Parfois, on insiste fortement sur le sens original des termes héhreux des manuscrits originaux. "Créer" (bara) est utilisé afin de décrire certains des actes créateurs divins, tandis que "faire" (asah) est utilisé pour le soleil, la lune et les étoiles, etc ... Cela impliquerait qu'il s'agit d'une catégorie différente d'actes créateurs. Cependant, puisque bara et asah sont tous deux utilisés plus loin dans le texte de la création de l'homme (cf. Ge 1.26-27) au Jour 6, cette distinction ne paraît pas valable.

De la même manière, la langue hébraïque ne possède pas de passé simple "il fit" et ce temps ne peut être distingué du plus-que-parfait "il avait fait" (Ge 1.16 première partie). Ainsi, en se basant sur la syntaxe, l'original n'indique aucune préférence pour les modèles 1 ou 2 (système solaire jeune) en comparaison avec le modèle 3 (système solaire très ancien), ou vice-versa.[13]

L'une des grandes questions non résolues concernant le récit de la création dans la Genèse est l'interprétation des deux premiers versets de la Bible qui déclarent que Dieu créa le ciel et la Terre, et poursuit, avec une terre obscure et vide et recouverte d'eau. Cette description s'applique-t-elle à une Terre préexistante pendant une période étendue avant la semaine de la création, ou bien se réfère-t-elle à une Terre formée au Jour 1 ? La plupart des traductions utilisent une phrase ambiguë, car l'hébreu est susceptible de plus d'une interprétation. Quelques traductions favorisent la rédaction: "Lorsque Dieu entreprit de créer le ciel et la terre, le monde étant alors dans un état désertique informe, avec des ténèbres au-dessus de la mer, et seul un vent terrible soufflait au-dessus des eaux. Dieu dit "qu'il y ait de la lumière"[14]. De tels traductions impliquent catégoriquement l'existence d'une planète Terre avant la création décrite dans les versets suivants. Se rapportant aux manuscrits hébreux, il apparaît qu'il existe ici la possibilité d'un choix.[15]

La description d'une Terre originellement sombre et vidé, couverte d'eau (Ge 1.2), peut impliquer que la terre existait dans cet état assel longtemps pour mériter une description. Cet argument est renforcé par des descriptions similaires dans d'autres passages bibliques. Job 38.9 (KJV, NIV) parle d'une Terre primordiale enveloppée d'une nuée comme d'un vêtement dans des ténèbres épaisses, et la plupart des traductions de II Pi 3.5 parlent d'une Terre "tirée de l'eau" lors de sa création. Cela implique simplement que quelque chose était déjà en existence avant la semaine de création. Ces trois passages pourraient suggérer une Terre primordiale couverte d'eau et plongée dans les ténèbres, qui aurait pu exister depuis fort longtemps.[16]

Le livre de Job semble aussi décrire les étoiles présentes à l'épo(jue de la création de la Terre, puisqu'il proclame "alors que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse, Et (jue tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie?" (Job 38.7). Les étoiles de ce passage poétique on été interprétées par divers commentateurs bibliques comme des anges[17] ou comme des étoiles réelles[18]. La seconde interprétation implique un univers préexistant à la semaine de création.[19]

Puisque le 4e commandement (Ex. 20.11) affirme que Dieu créa "Ies cieux ct la terre" en six jours, on a également avancé que tout doit avoir été créé a cc moment. Cet argument est équivoque, puisque le terme hébreu utilisé (shamayim) est utilisé de plusieurs manières ct ne comprend pas tout l'univers. Il est appliqué au firmament (Ge 1.8), la source de pluie (Ge 8.2, De 11.11), la place des étoiles (Ge 1.17; De 10.22), et pour les oiseaux (Ge 1.20; Ps 104.12).[20]

Des données scientifiques, en plus de la question de la lumière en provenance des étoiles, mentionnée auparavant, peuvent être accumulées comme arguments ou preuves d'un âge ancien pour la matière dont seraient à la fois formés la Terre et l'univers[21]. Bien que toutes les données ne soient pas cohérentes[22] , des informations fournies par la nature aident à répondre aux questions laissées en suspens par l'Ecriture et donnent des détails que la Bible ne fournit pas directement. Ces données ne devraient pas être ignorées.[23]

Conclusions

A l'évidence, lc bref récit de la (ienèse laisse subsister de nombreuses questions sans réponse, ct plusieurs interprétations sont possibles. Il n'y a guère de place pour des affirmations par trop dogmatiques ici.[24]

L'assertion de la création de la lumière par Dieu au Jour 1 de la semaine de création répond à l'objection d'une lumière présente avant l'apparition du soleil au Jour 4. Elle peut aussi répondre à l'objection de l'absence de soir et de matin, si il s'agissait d'une source directionnelle de lumière dirigée vers une Terre en rotation. D'autre part, si le soleil était déjà présent avant la semaine de création, la question de la lumière peut être résolue en accord avec le scénario proposé pour le modèle 3. Le problème de la semaine de création résulte plus d'un man(jue d'information (jue de contradictions.[25]

Le modèle 1 propose (jue tout fut créé durant la semaine de création. Il correspond bien avec une partie du récit de la création (Ge 1.3-2.3). Mais il doit fournir des réponses aux suggestions (qui ne sont pas des affirmations) de la Bible d'une Terre et d'étoiles avant la semaine de création (Ge 1.1-2; Job 31).7,9; Il Pi 3.5). Il doit aussi répondre à l'objection de la durée mise par la lumière pour alleindre la Terre depuis des étoiles situées à des milliards d'années-lumières, ainsi qu'à d'autres indications, de même qu'à d'autres preuves d'un univers ancien.[26]

Le modèle 2 propose un univers ancien et un système solaire récent. Cela résout le problème de la lumière provenant d'étoiles très distantes. Il cadre bien avec le récit spécifique de la semaine de création (Ge 1.3 - 2.3), mais n'est pas en accord avec les suggestions bibliques d'une Terre présente avant la semaine de création. Il ne permet pas d'inclure les interprétations scientifiques qui suggèrent un âge ancien pour la matière dont la Terre est constituée. Cependant, on peut songer à une Terre ancienne ct vide durant une longue période précédant la semaine de création, ct sans système solaire associé à sa présence, mais cela paraît assez étrange .

Le modèle 3 propose qu'une Terre vide et tout le reste de l'univers étaient présents avant la semaine de création. Cela résout plus directement la question de la lumière, du soir et matin avant l'apparition du soleil au Jour 4. La lumière préexistante et les luminaires devinrent visibles aux Jours 1 et 4 respectivement par l'enlèvement par étapes d'une couverture nuageuse dense. Cependant, cc processus en deux étapes paraît artificiel. Dans ce modèle, le soleil et la lune ne sont pas créés au Jour 4 comme semble l'impliquer le texte biblique, mais ne font qu'apparaître en ce jour. Cela correspond bien avec bon nombre de données suggérant un univers ancien, incluant la matière de la Terre, et aussi les références bibliques d'une Terre existant avant la semaine de création. Lorsque l'on prend en compte à la fois le texte biblique et les données scientifiques, le modèle 3 répond à bien des questions, mais nos informations sur le passé sont tellement limitées, qu'aucune conclusion définitive ne peut être garantie.[27]

Notes et références

  1. M Ariel Roth est rattaché au Geoscience Research Institute
  2. Procès du singe Monkey Trial
  3. Pour plus de détails au sUjet du Jugement, voir Ray Ginger "Six Days or Forever?" Tennessee vs John Thomas Scopes, Beacon Press, Boston (1958). Leslie H Allen (ed) Bryan and Darrow at Daytoll. Russel & Russel, New York (1925, 1967)
  4. Cf. John Skinner International Critical Commentary Vol 1 T & T Clark, Edmburgh, p 1 (1930), (Howard J. Van Till "The fourth Day" Wm B Eerdmans Publishing Company, Grand Rapids, Michigan, p 80 (1986)
  5. Pour plus de détails, voir: Reu E Hoen. The Creator and His Workshop, Pacific Press Publishing Association, Mountain View, California, pp. 17-21 (1951)
  6. Ceci nous montre que, dans l'ordre de la création, la réalité du jour, la durée (un soir, un matin), a PRÉCÉDÉ celle de la réalité qui aujourd'hui en fixe la durée pour nous, le soleil. nieu a ainsi créé le temps, et les jours qui le ponctuent, AVANT les astres dont il se sert maintenant pour le mesurer. C'est à dire qu'il créa le jour AVANT de créer le soleil et les étoiles qui le mesurent pour nous aujourd'hui, Au cercle polaire, malgré l'absence du ~oleil en hiver, on peut toujours continuer à mesurer la durée des jours, des semaines el des mois
  7. Il n'est pas impossible que que ait créé la lumière INDÉPENDAMMENT de toute source précise. Ces sources observables il les créa le quatrième jour. Il est évident alors que le jour et la nuit, la lumière et les ténèbres sont venus à l'existence AVANT la source actuelle de lumière, le soleil, la lune et les étoiles.
  8. Ez 1:27-28, Da 7:9-10;1. Ti 1:16
  9. Ap 21:23 et 22:5
  10. Est-ce ceci que nous dit le récit biblique lorsqu'il affirme clairement que les étoiles furent créées le quatrième jour ? La mesure des distances qui nous séparent des étoiles et des galaxies est une construction scientifique, à prendre avec prudence.
  11. Pour l'auteur, ne pas se soumettre à ce qui paraît réel ou vraisemblable à l'homme porterait atteinte à l'intégrité de Dieu tandis que le fait de contredire directement et explicitement une affirmation des plus claires de sa Parole ne le ferait pas mentir ! Pensons au miracle de Cana. Le vin fait instantanément par Jésus était-il réel? Pourtant il avait bel et bien l'apparence d'être vieux. Il est curieux que pour l'auteur les spéculations humaines sont plus RÉELLES que les affirmations les plus claires de Dieu. Il ne s'agit pas de mettre en danger l'intégrité de Dieu, car la Bible ne nous dit pas comment réconcilier nos observations et hypothèses astronomiques, qu'il convient de manipuler avec prudence, avec ses affirmations explicites, entièrement dignes de t'oi et infaillibles. Si les étoiles ont été créées il y a très longtemps (et pas le quatrième jour, comme nous le dit la Bible), il se peut que nous soyons plus à l'aise scientifiquement, mais il est incontestable que nous aurons t'ait Dieu menteur.
  12. Pour parvenir à des interprétations aussi emberlificotées et éloi~nées du texte il t'aut changer le sens simple des mots pour les accommoder à tout prix aux hypothèses t'ragiles de nos spéculations scientifiques sur les origines de l'univers. Nous devons nous rendre compte que les réalités scientifiques et astronomiques observables aujourd'hui n'ont AUCUNE COMMUNE MESURE AVEC LA PUISSANCE SURNATURELLE que Dieu déploya lors de la création de toutes choses. On ne peut ainsi passer, comme on le t'ait ici, du connu à l'inconnu. Il n'y a pas de commune mesure!
  13. Tout dépendra alors, si l'on ne pt'ut se fier aux temps des verbes hébreux, de l'ordre dans lequel l'oeuvre créatrice s'est effectuée. Le texte nous dit (lue soleil, lune et astres furent créés le quatrième jour.
  14. E A Speiser: The Anchor Bible Genesis Doubleday & Company, Inc Garden City, New York, p.3 (1964) Une affirmation similaire est faite dans J M POWIS Smith (ed) The Old Testament The Bible An Amencan Translation University of Chicago Press. Chicago, p.1 (1935)
  15. Le choix semble ici n'exister que dans l'esprit de l'auteur. Une telle traduction est très rare et elle est rejetée par la plupart des traducteurs, tant hébraïques que chrétiens. Elle n'a en fait été adoptée que par quelques spécialistes aux tendances modernistes (anciennes et modernes). Il est dangereux de fonder une interprétation de la Bible sur des bases aussi fragiles.
  16. Il n'est pas fait spécifiquement mention de la création de l'cau dans la Bible, mais sa création est implicite dans Jn 1.3 et Col 1.16.L'interprétation la plus simple du "Au commencement Dieu créa ... " est que cette phrase se réfère au commencement de la semaine de création et que le contenu des premiers trois versets se rapporte au premier jour.
  17. Cf Adam Clarke The Holy Bible Old Testament Vol III Job to Salomon Rev Ed Ablngdon, Cokesbury Press, New-York & Nashville
  18. Cf Samuel R Driver and George Buchanan Gray A Critical and Exegetical Commentary on the Book of Job, The International Critical Commentary, Vol. 10 Ed. by S R River, A P1ummer, and C A Bridges, T & T Clark, Edinburgh.
  19. Un des principes fondamentaux de l'exégèse est celui qui exige que l'on explique les passages obscurs à la lumière de ceux qui sont clairs. Ici Gen. 1.16 exclut cette interprétation de Job 38.7.
  20. L'expression "cieux ET terre" a très généralement, dans la 8ible toute entière, le sens de "toutes choses", le sens en fait exprimé par les versets que cite notre auteur, Jean 1.3 et Col. 1.16. L'utilisation d'une bonne concordance le démontre aisément.
  21. R H Brown Geo and Cosmic Chronlogy Origins 8:20-45 (1981)
  22. A A Roth Some Questions About Geochronology Origins 13:64-85 (1986)
  23. Certes. Mais ces données étant de nature scielltifique ne peuvent être prises comme normatives pour l'interprétation du texte biblique.
  24. L'auteur met-il ici en doute la doctrine de la perspicuité de l'f:criture, de sa clarté ? Selon Dt. 29.211 les choses révélées sont pour les hommes, tandis que les choses cachées sont pour Dieu seul. Le problème n'est pas que le texte biblique soit obscur ou ambigu, mais qu'il ne nous fournit qu'un nombre limité d'informations. Avec des informations fragmentaires il est impossible de construire une synthèse complète. Seul Dieu peut faire ceci. Ici toute spéculation est dangereuse. Restons sobres dans nos interprétations et sachons dire bien modestement et aussi souvent qu'il le faut, Je ne sais pas.
  25. Limitons nous aux informations bibliques disponibles !
  26. Il peut aussi confesser son ignorance devant des choses que Dieu n'a pas révélé et refuser de faire d'une scicnce faite d'hypothèses et de tâtonnements le mètre par lequel mesurer la Bible, Parole même de Dieu.
  27. Le principe directeur de toute saine éxégèse, celui de l'analogie de la foi, affirme que la Bible s'explique par la Bible et non que la Bible est expliquée par la science. Cette dernière prétention est à la racine de toute l'éxégèse libérale et moderniste qui impose une lecture prétendument scientifique de l'Ecriture pour réduire la Parole de Dieu aux dimensions fragiles et imparfaites des sciences développées par l'homme. Ce débat méthodologique reste ouvert.

Retour à la page principale