DUBOIS Jean-Jacques - Oecuménisme et hypocrisie

De Calvinisme
Révision de 7 janvier 2009 à 13:18 par Didier (discussion | contributions) (Nouvelle page : category:Résister et constuire category:DUBOIS Jean-Jacques category:oecuménisme Que personne ne se méprenne sur la signification du titre de cet article. S'il fallait...)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Que personne ne se méprenne sur la signification du titre de cet article. S'il fallait comprendre que tous les chrétiens aspirant à l'unité sont des hypocrites, ou que tous les membres des Églises affiliées au Conseil mondial œcuménique transigent avec leur conscience, l'on se tromperait lourdement, car la base n'est pas toujours renseignée sur les tractations des leaders. Rappelons d'abord que le fondement de l'unité chrétienne est celui que Jésus Christ a défini dans la prière sacerdotale (Jean 17) et que l'apôtre Paul a confirmé dans 1 Corinthiens 12: 12-27 et Ephésiens 4: 1-16. En conclusion de son livre magistral: « La base de l'unité chrétienne )), le regretté D. Martyn Lloyd Jones, pasteur de Westminster Chapel à Londres, résumait son enseignement et classait ses conclusions de la manière suivante:

I L'unité: une conséquence

Il ne faut jamais isoler l'unité de la doctrine, ni la considérer comme quelque chose qui existe en soi et de par soi.

II Primauté de la doctrine

Il apparaît tout aussi nettement que la question de l'unité ne doit jamais avoir la priorité, Nous ne devons jamais la prendre comme point de départ, mais toujours nous rappeler l'ordre établi si clairement en Actes 2 : 42, où la communion vient après la doctrine: « Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières, » Cet ordre, comme nous l'avons vu, est précisément celui où elles figurent dans Jean 17 et dans Ephésiens 4, La tendance actuelle de rabaisser et déprécier la doctrine en faveur de l'unité, n'est rien d'autre qu'une négation et une violation des claires Instructions du Nouveau Testament.

III Primauté de la vérité sur les institutions et les traditions

Nous ne devons jamais partir de l'Église visible ou d'une institution, mais bien plutôt de la vérité qui, elle seule, crée l'unité .. , Luther refusa d'être lié par cette puissante institution qu'est l'Église catholique romaine, avec ses longs siècles d'histoire, Libéré par la vérité de la justification par la foi, il vit clairement que la vérité doit toujours venir au premier rang, Elle doit passer avant les institutions et les traditions; d'autre part, toutes choses - toute institution, y compris l'Église - doivent être jugées par la Parole de vérité, L'Église invisible a plus d'importance que l'Église visible et une attitude de loyauté envers la première peut entraîner soit l'exclusion, soit la séparation de la seconde, et la formation d'une nouvelle Église visible.

IV Régénération et foi: fondements de l'unité

Notre point de départ, lorsque nous considérons le problème de l'unité, doit toujours être la régénération et la foi en la vérité. Rien d'autre ne produit l'unité, et. comme nous l'avons clairement vu, celle-ci est Inconcevable sans les deux éléments de base.

V L'unité fondée sur d'autres principes: une fraude

Une unité apparente ou de façade, fondée sur quelque autre principe, et au détriment de ces deux-là (voir IV) ou les ignorant. est sans contredit une Imposture et un mensonge, Ils ne sont pas « un », ni en position de l'être, ceux qui diffèrent sur des points aussi fondamentaux que ceux-ci:

  • Faut-il se soumettre sans réserve à la vérité révélée ou faire confiance, en définitive, à la raison et au Jugement humain?