GOGUEL Frédéric - Chrétiens en terre d'islam (I)

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Les musulmans, et d'une façon générale les apologistes de l'islam, ne cessent d'affirmer qu'il s'agit là d'une religion de tolérance, de fraternité, de paix et de respect des droits de l'homme. Effectivement, de nombreux versets du Coran proclament ces valeurs évangéliques, mais, dans leurs rapports avec les «infidèles», les musulmans n:en tiennent guère compte, et ils s'attachent en fait surtout à des valeurs d'inspiration humaine, ce qui conduit l'observateur à conclure que l'islam est, à cet égard, une religion d'intolérance, de fanatisme, de violence et de mépris des non-musulmans.

Tout cela ressort, tant de l'histoire de l'islam et des pays musulmans que du comportement présent de nombreux musulmans, de plus en plus soumis à l'influence de l'esprit conquérant islamique. Il est donc absolument nécessaire d'éclairer à ce sujet les chrétiens d'Europe, non pas en nous lançant dans une controverse dogmatique (ce dont nous serions bien incapables !), mais en nous référant à des faits historiques réels et à la situation actuelle des chrétiens en terre d'islam. Tout cela, et nous tenons à le souligner, sans aucune animosité ni hostilité à l'égard des musulmans, où qu'ils vivent.

Dans cet article et dans le suivant, nous considérerons cette « terre d'islam» située au Moyen-Orient (terme d'ailleurs assez flou), qui s'étend de la Libye à l'Iran et de la Turquie à l'Arabie séoudite, et dans laquelle vivent de 12 à 15 millions de chrétiens de tous rites et confessions (dont 8 à 10 millions en Egypte). Mais il n'est pas inutile de nous référer auparavant à certaines déclarations instructives faites récemment par des représentants de la communauté musulmane vivant en France, car elles illustrent bien l'esprit conquérant de l'islam. Tout d'abord cette déclaration arrogante faite à un enseignant du Collège de Noyon (Oise): "VOUS vous croyez en France, vous n'êtes que sur la terre d'Allah ! Nous sommes ici pour coraniser la région."« [1] D'ailleurs, l'imam de la mosquée d'Ivry (Val-de-Marne) semble considérer que cette "coranisation" est en bonne voie, car le vendredi 24 novembre 1989, il affirmait lors d'une prière rituelle: « L'islam a débuté vainqueur et il finira vainqueur. La victoire viendra peut-être d'Europe pour l'islam, et non pas des pays musulmans. La victoire viendra d'Europe. »[2] Mais il y a plus: dans un ouvrage rédigé en 1985, le cheikh Si Hamza Boubakeur, ancien recteur de l'Institut islamique de Paris, invitait tout simplement tous les chrétiens à la conversion: « Il reste aux chrétiens une étape: la reconnaissance de la mission surnaturelle de Muhammad comme prophète de Dieu, envoyé à tous les hommes, porteur d'un message, le Coran ... Il est si facile aux chrétiens de reconnaître le charisme d'Ismaël et de conclure à la mission divine de Muhammad."[3]

Un peu d'histoire

Ces quelques déclarations faites par des musulmans isolés, vivant en minoritaires dans un pays étranger, trouvent en fait leur inspiration et leur justification dans l'État créé autour de Médine par le prophète Mohammed, devenu le maître de la communauté islamique, chef de guerre et chef d'État.

Au moment de l'apparition de l'islam en 622, de nombreuses tribus arabes étaient chrétiennes, notamment au nord de l'Arabie et au Yémen, pays où il existait à Najrân une forte communauté chrétienne, avec laquelle le Prophète avait de bons contacts, et dont il reconnut les privilèges religieux par traité en 631 ... moyennant un tribut annuel.

Plusieurs passages du Coran montrent qu'il avait alors une bonne opinion des chrétiens, qu'il leur témoignait de l'estime et qu'il exhortait les musulmans à avoir à leur égard des sentiments d'amitié. En particulier le verset 85 de la sourate 5: «Ceux qui sont les plus disposés par l'amitié à l'égard des croyants musulmans sont ceux qui disent: nous sommes chrétiens.» Mais par la suite, Mohammed commença à appeler les chrétiens à se convertir à l'islam, qui représentait pour lui la vraie religion, la seule valable devant Dieu, et il s'éleva contre certains aspects de la doctrine chrétienne considérés par lui comme des «erreurs» (notamment la trinité et la divinité du Christ). Mais les chrétiens restèrent sourds à ses appels, et ils demeurèrent fidèles à la foi chrétienne. Aussi Mohammed changea-t-il de ton, et il proclama, notamment dans la sourate 9:

« Faites la guerre aux gens du Livre qui ne pratiquent pas la vraie religion, jusqu'à ce qu'ils paient le tribut et qu'ils soient humiliés.» (verset 29) « Les chrétiens disent que le Christ est le Fils de Dieu. En le disant, ils ressemblent aux infidèles d'autrefois, que Dieu les combatte! » (verset 30) Ces textes et d'autres ont dès lors déterminé l'attitude des musulmans envers les chrétiens. La tolérance initiale s'est peu à peu restreinte, puis transformée en hostilité et mépris. Semblable à une forte marée, l'islam déferla au Vile siècle sur tout le monde chrétien oriental qu'il submergea,

n'en laissant subsister qu'un archipel d'Îlots, dans lesquels les chrétiens ont été soumis et humiliés, considérés comme des citoyens d'ordre inférieur. Ils ont subi au cours des siècles des vexations, des mauvais traitements, des persécutions. Les chefs musulmans ne leur accordèrent qu'une tolérance dédaigneuse et méprisante, et dans ces pays, les rapports entre musulmans et chrétiens furent en fait ceux de croyants à « infidèles », de vainqueurs à vaincus, de maîtres à serviteurs humiliés.

les "DHIMMI"

Dès le début, les chrétiens des pays occupés par les musulmans furent considérés comme des « protégés)) soumis à une double imposition (guère différente du racket moderne) : une capitation exigée des adultes mâles et un impôt foncier sur la terre, qu'ils pouvaient certes cultiver, mais qui était devenue propriété indivise de la communauté musulmane. Dès 635, le «contrat d'Omar» imposa aux chrétiens de Syrie trois sortes de conditions: respect dû à l'Islam, sécurité des musulmans et concours à leur apporter, exercice du culte. Mais ce système se « perfectionna» au cours des siècles suivants, et au Ixe siècle fut édicté un véritable statut d'humiliation, la DHIMMA, qui a régi les chrétiens d'Orient jusqu'au Xlxe siècle et qui au fond continue d'inspirer la mentalité populaire des masses musulmanes d'aujourd'hui dans les pays en question. Cette «dhimma» (protection), qui faisait des chrétiens des « DHIMMI» (protégés), était censée résulter d'un contrat (absolument fictif) selon lequel les chrétiens achetaient la sauvegarde de leur vie et de leurs biens en se soumettant aux stipulations du statut en question. En plus des deux impôts mentionnés plus haut, ce statut comportait d'abord six obligations nécessaires (dont la violation pouvait entraîner la mort du délinquant) qui concernaient notamment l'attitude des chrétiens envers l'islam et les musulmans: par exemple, ne pas toucher à une femme musulmane, ne pas tenter de détourner un musulman de sa foi, etc. Il y avait également six obligations "désirables" (sanctionnées par une amende), dont le but était d'humilier les chrétiens:

  • porter un vêtement distinctif de couleur bleue,
  • ne pas bâtir des maisons plus hautes que celles des musulmans,
  • ne pas sonner les cloches, ni lire la Bible à haute voix,
  • ne pas boire de vin en public, ni exhiber des croix et des pourceaux (noter le rapprochement 1),
  • ensevelir les morts en silence,
  • ne pas monter de chevaux, mais

seulement des mulets ou des ânes. Au cours des siècles, la situation des chrétiens se détériora encore, car les autorités centrales ou locales prirent l'habitude d'exercer à leur égard brimades et vexations. Tolérés mais méprisés, ils étaient soumis à l'arbitraire et considérés comme des citoyens de seconde zone qu'il convient d'humilier en application du verset 29 (sourate 9) cité plus haut.

XIXe et XXe siècles

L'affaiblissement de l'Empire turc et l'intervention des puissances européennes amenèrent une lente amélioration du sort des chrétiens d'Orient. Dans la première moitié du Xlxe siècle, l'émancipation civique et sociale leur fut en effet accordée, d'abord en Egypte par Méhémet-Ali, puis dans l'Empire ottoman, et le statut de «dhimmi» disparut. Mais dans la seconde moitié de ce même siècle, on assista à un violent retour en arrière et à des persécutions, voire à des massacres de chrétiens, organisés par le gouvernement ottoman à partir de 1860.

En cette année-là, les Turcs entreprirent de liquider les maronites du Mont-Liban (30000 chrétiens exterminés) tandis que des milliers d'autres chrétiens étaient massacrés à Damas. Plus tard, à la fin du siècle, les Arméniens et les chrétiens de Syrie furent victimes de massacres organisés. C'est ainsi que 150000 Arméniens périrent de 1884 à 1896. En ce qui concerne la Syrie, le Père de Foucauld, qui était alors trappiste à CHEIKLÉ (Syrie), écrivait une lettre émouvante, dans laquelle il mentionnait: « Par ordre du sultan, on a massacré près de 140000 ch rétiens en quelques mois. »

Et le xxe siècle devait hélas revoir la répétition des massacres de chrétiens. Tout d'abord le génocide bien connu des Arméniens de Turquie (1915-16), qui fit périr plus de la moitié des 2100ÙOO Arméniens de ce pays. Mais il y eut un autre génocide, certes moins important et d'ailleurs peu connu: celui des chrétiens assyro-chaldéens de Turquie et d'Irak. En 1915 furent massacrés des milliers d'entre eux, qui vivaient dans le sudest de la Turquie. Et en 1933, ce fut le tour des Assyro-Chaldéens du nord de l'Irak: plusieurs centaines de femmes, d'enfants, de vieillards et d'hommes désarmés furent égorgés par les troupes irakiennes, dont les «exploits» furent célébrés officiellement par toutes sortes de festivités dans les villes, et par des récompenses aux « héros ». Où est, dans tout cela, l'islam "religion de tolérance, de fraternité, de paix", etc.?

Le défi de l'islam aujourd'hui

Par suite de l'évolution mentionnée plus haut (affaiblissement de l'empire turc, intervention des puissances européennes), les chrétiens du MoyenOrient (arabes sous le joug turc, coptes en Egypte) prirent confiance en eux-mêmes. Dès le XIXe siècle, leurs élites furent à l'origine de la renaissance des lettres arabes, elles participèrent à la naissance du journalisme arabe (notamment en Egypte) et elles se trouvèrent à l'avant-garde du mouvement national arabe qui a secoué le joug ottoman au début du xxe siècle. Dès lors, ces chrétiens se considéraient comme de vrais citoyens de leurs pays, et après la Première Guerre mondiale, ils demandèrent à être traités comme tels par les musulmans; ils attendaient notamment la création d'Etats laïcs, ce qui n'a pas eu lieu, car les structures d'Etat restèrent musulmanes (le cas du Liban mis à part) et les chrétiens ne pouvaient donc être traités comme des égaux. Après la Seconde Guerre mondiale, la situation des chrétiens s'est même dégradée un peu partout, car le nationalisme arabe devint en général anti occidental, et il se mit à utiliser l'islam comme facteur de m'obilisation des masses contre l'Occident; il prit même un caractère de plus en plus islamisant, évolution dont les chrétiens de ces pays devaient faire les frais. Il faut néanmoins reconnaître qu'il existe dans ces pays une élite musulmane prête à reconnaître les chrétiens comme des égaux, mais le cas est tout différent en ce qui concerne les masses musulmanes, qui n'ont pas évolué au point de reconnaître les droits des chrétiens. Elles sont en générai demeurées ignorantes et fanatiques, facilement manipulées par les intégristes (ou fondamentalistes), et l'ensemble exerce à son tour une influence sur l'action (ou l'inaction) des gouvernements, comme on le verra en étudiant la situation dans les divers pays d'islam.

Un témoignage capital est fourni à ce sujet dans un article publié en 1987 par une personnalité libanaise de grande valeur, le Père Paul Naaman, religieux maronite et universitaire: « Malheureusement, tous les exemples de musulmans modérés sont ceux de personnes tirées de leur contexte islamique. D'une façon ou d'une autre, mentalement, spirituellement, politiquement, ils se trouvent sous influence européenne. Une fois que la population musulmane est excitée et qu'elle crie: «Allah akbar 1», alors ni Hassan Il (Ndlr: roi du Maroc), ni aucun intellectuel ne pourront résister au courant ... En ce moment, il se forme une grande vague d'intégrisme, en face de laquelle les discussions théologiques sont vaines ... Les manifestations de faiblesse et, plus encore, d'impuissance, si déguisées soient-elles du nom de dialogue, ou de colloques, etc ... n'aboutissent qu'à faire entrevoir à ce totalitarisme rampant sa prochaine victoire."[4]

Positions extrémistes

Le caractère conquérant de l'islam chiite de Téhéran, qui hélas illustre parfaitement les propos du Père Naaman, est suffisamment connu. Par contre il convient d'attirer l'attention sur le danger représenté par l'islam sunnite du Moyen-Orient et du Maghreb, qui est tout aussi intolérant, hégémonique et conquérant, comme le prouvent certains textes mal connus dont nous allons parler, et dont les auteurs visent tout simplement à liquider la chrétienté du Moyen-Orient" (en commençant par le Liban) et à instaurer la "charia" (loi musulmane) dans tous les pays qui se réclament du sunnisme.

1. Nous citerons d'abord la déclaration faite par une haute personnalité islamique libanaise, qui illustre bien la volonté conquérante de l'islam et atteste la responsabilité des musulmans dans le drame libanais. Il s'agit du Cheikh Hussein Kouatly, directeur du « Dar al-Fatwa », principale institution islamique au Liban, lequel a déclaré en septembre 1975: « Le musulman ne peut admettre de demi-solutions à l'égard du pouvoir.

Ou bien le dirigeant et le pouvoir sont islamiques, et le musulman est satisfait ... ou bien le dirigeant et le pouvoir sont non islamiques, et alors il le rejette, s'oppose à lui et s'emploie à le supprimer par la souplesse ou la force, ouvertement ou secrètement.

Toute concession politique signifie forcément une concession à la doctrine. Le musulman libanais ne peut être qu'engagé dans la création de l'Etat islamique."[5]

2. Vient ensuite cette grave décision de la "Conférence islamique" réunie en 1980 à Lahore (Pakistan), décision qui a pour but d'éliminer les chrétiens du Proche-Orient:

  • Article 6: «Les pays islamiques doivent prendre les mesures nécessaires pour écraser les peuples chrétiens du Proche Orient ... et les convertir à l'islam avant la fin du siècle."
  • Article 7: cc Les mesures pour la liquidation de la chrétienté au ProcheOrient devront débuter au Liban ... La Syrie et l'OLP devront y employer le terrorisme contre les chrétiens. » [6]

3. C'est dans cet esprit que le colonel libyen Khadafi ne cesse d'exiger que tous les chrétiens des pays arabes se convertissent à l'islam: ccii serait anormal qu'un Arabe ne soit pas musulman ... Tous les Arabes chrétiens doivent se convertir à l'islam.» (1985) Exigence renouvelée notamment en 1989: « Un Arabe ne devrait pas être chrétien, et la lutte doit s'opérer pour que les chrétiens arabes embrassent l'islam. »[7] Et, plus récemment: " L'expansion globale de l'islam est entrée dans une nouvelle phase, qui se distingue en qualité et quantité des efforts du passé.» [8]

4. Au Soudan, des groupes islamiques ont tenu à Khartoum en 1989 une conférence secrète au cours de laquelle ils ont décidé d'un plan ccd'islamisation profonde" du pays, afin que le Soudan soit totalement musulman en l'an 2000. Ces groupes disposent de fonds considérables mis à leur disposition dans ce but par des Etats musulmans.

5. En Egypte, les intégristes musulmans ne cessent de déclarer aux chrétiens (coptes) qu'ils devront tous être convertis à l'islam en l'an 2000, au besoin par la force ...

La « charia »

Autre menace pour les chrétiens des pays musulmans: en février 1988, les responsables du droit musulman de tous les pays islamiques se sont réunis au Maroc, à Rabat, afin d'essayer d'adopter une législation commune à tous ces pays, du moins à ceux qui se réclament du sunnisme. Et leurs travaux ont abouti à un projet entièrement inspiré de la cccharia", cette loi musulmane qui prévoit des peines corporelles d'un autre âge (fouet, mutilations) et la mort pour l'apostasie (conversion d'un musulman à une autre religion). Cette "charia" est actuellement appliquée en Arabie séoudite et en Iran, tandis qu'elle l'est par éclipses au Soudan et qu'en Egypte, les intégristes musulmans s'efforcent d'obtenir sa mise en vigueur.

Signalons enfin qu'en novembre de cette même année 1988 a eu lieu un entretien entre des représentants de la «Fédération des musulmans de France» et la Commission protestante «église-islam». Si ces représentants musulmans ont daigné reconnaître qu'il n'était pas possible de suivre parfaitement la «charia» en France, ils pensent cependant que «dans tous les pays islamiques, cette loi doit être appliquée dans toute sa rigueur, et qu'en particulier ceux qui renient l'islam doivent être punis de mort ... ". Dans ces conditions, on est en droit de se demander comment de tels musulmans pourront être «intégrés» (mot à la mode) dans la société française!

Et les Droits de l'homme?

Comme on le verra dans l'article suivant, où nous examinerons la situation dans divers pays musulmans du Moyen-Orient, les chrétiens de ces pays n'ont pas droit à, l'égalité pleine et entière. Des discriminations légales ou coutumières existent pratiquement partout (même dans les pays où la «charia» n'est pas appliquée), tandis que les intégristes musulmans d'Egypte et du Soudan se livrent à de violentes et parfois sanglantes attaques contre les chrétiens.

Toutes ces pratiques et exactions sont bien entendu en contradiction flagrante avec divers principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, notamment avec l'article premier ("égalité en dignité et en droits»), et avec l'article 18, qui pose le droit à la liberté religieuse et celui de changer de religion. Notons à ce sujet que l'Arabie séoudite et le Yémen ont refusé de voter cette déclaration, précisément à cause de cet article 18.

Il existe par ailleurs une «Déclaration universelle des droits de l'homme en islam", proclamée le 19 décembre 1981 au Palais de l'Unesco à Paris, qui reconnaît dans son article 13 «la liberté de croyance et de pratiquer le culte conformément à sa croyance»[9] . Mais, comme on le verra, cet article est violé d'une manière aussi éclatante qu'officielle en Arabie séoudite. Signalons par ailleurs que le représentant de l'Iran aux Nations Unies a déclaré en 1985 à la tribune de l'Assemblée «qu'il n'y avait pas de place pour le concept des droits de l'homme dans une perspective islamique».

Mais cette conceptidn n'est pas seulement celle des chiites, car en fait, elle anime également les sunnites, et en particulier leurs intégristes, de plus en plus agissants. Formulée en dehors de l'islam, la Déclaration universelle de 1948 n'a aucun impact sur les partisans de la «charia», qui est considérée comme bien supérieure à toute législation humaine, car pour les musulmans, elle représente la loi voulue par Dieu de toute éternité. Pour eux, le Coran et la «charia» sont la perfection même; l'univers entier doit absolument s'y soumettre, car l'islam est la vraie religion, devant laquelle toutes les autres religions doivent disparaître. (à suivre)


Principales sources

  1. Publications du Centre Evangélique de Témoignage fondé et animé par le pasteur Georges Tartar, 49, rue du Bois-l'Evêque, 77380 Combs-la-Ville. Et notamment ses «Bulletins Evangile-Islam ».
  2. Chrétiens du Moyen-Orient, par Didier Rance (1990), publié par l'œuvre catholique «Aide à l'Eglise en détresse», BP 1,78750 Mareil-Marly.

Notes et références

  1. Le Figaro Il du 25.11.89.
  2. Emission TV de Canal Plus, citée par « Présent» du 9.12.89.
  3. "Traité moderne de théologie islamique", Paris, 1985.
  4. Article de la revue « Catolica Il de décembre 1987, cité dans «Chrétiens du Moyen-Orient» (p. 185).
  5. Cité dans le livre « Une Croix sur le Liban» (p.1 9), de Péroncel-Hugoz, Edition Lieu Commun, Paris, 1984. Article publié dans le journal «al Safifll, de Beyrouth, le 18 septembre 1975.
  6. « Le Figaro» du 5.01.84.
  7. Cité par « L'Orient-Le Jour Il du 5.9.89.
  8. « Le Christianisme au XX· siècle Il du 20.01.90.
  9. La Déclaration des «droits de l'homme en islam Il est beaucoup plus restrictive que celle de 1948, car elle ne reconnaît pas tous les droits, notamment celui de changer de religion.