MERLE D'AUBIGNÉ - Histoire de la Réformation du seizième siècle (Tome I - Livre 2 - Chapitre 1)

De Calvinisme
Aller à : navigation, rechercher

Parents de Luther - Sa naissance - Pauvreté - La maison paternelle - Sévérité Premières connaissances - L'école de Magdebourg - Misère - Isenac - La Sunamite - La maison de Cotta - Souvenir de ces temps - Ses études - Trébonuis

Tout était prêt. Dieu, qui prépare son œuvre pendant des siècles, l'accomplit, quand l'heure est venue, par les plus faibles instruments. Faire de grandes choses avec les plus petits moyens, telle est la loi de Dieu. Cette loi, qui se voit partout dans la nature, se retrouve aussi dans l'histoire. Dieu prit les réformateurs de l'Église là où il en avait pris les apôtres. Il les choisit dans cette classe pauvre, qui, sans être le bas peuple, est à peine la bourgeoisie. Tout doit manifester au monde que l'œuvre est, non de l'homme, mais de Dieu. Le réformateur Zwingle sortit de la cabane d'un berger des Alpes ; Mélanchton, le théologien de la réformation, de la boutique d'un armurier; et Luther, de la chaumière d'un pauvre mineur.

La première époque de la vie de l'homme, celle où il se forme et se développe sous la main de Dieu, est toujours importante. Elle l'est surtout dans la carrière de Luther. Toute la réformation est déjà là. Les diverses phases de cette œuvre se succédèrent dans l'âme de celui qui en fut l'instrument, avant de s'accomplir dans le monde. La connaissance de la réformation qui s'opéra dans le cœur de Luther donne seule la clef de la réformation de l'Église. Ce n'est que 'par l'étude de l'œuvre particulière qu'on peut avoir l'intelligence de l'œuvre générale. Ceux qui négligent la première ne connaîtront de la seconde que les formes et les dehors. Ils pourront savoir certains événements et certains résultats, mais ils ne connaîtront pas la nature intrinsèque de ce renouvellement, parce que le principe de vie qui en fut l'âme, leur demeurera caché. Étudions donc la réformation dans Luther, avant de l'étudier dans les faits qui changèrent la chrétienté.

Jean Luther, fils d'un paysan du village de Mora, près d'Isenac, dans le comté de Mansfeld, en Thuringe, issu d'une famille de simples bourgeois, ancienne et nombreuse ', épousa la fille d'un habitant de Neustadt, dans l'évêché de Würzbourg, Marguerite Lindemann. Les deux époux quittèrent les campagnes d'Isenac et vinrent s'établir dans la petite ville d'Eisleben en Saxe.

Seckendorff rapporte, sur le témoignage de Rebhan, surintendant à Isenac en l601, que la mère de Luther, croyant son terme encore éloigné, s'était rendue à la foire d'Eisleben, et que contre son attente elle y accoucha d'un fils. Malgré toute la confiance que Seckendorff mérite, ce récit ne paraît pas exact; en effet, aucun des plus anciens historiens de Luther n'en a fait mention; de plus, il y a près de vingt-quatre lieues de Mora à Eis- leben, et l'on ne se décide pas facilement, dans l'état où se trouvait la mère de Luther, à franchir une telle distance, pour aller à la foire ; en*- fin, le témoignage de Luther lui-même paraît tout à fait opposé à cette assertion '.

Jean Luther était un homme droit, ardent au travail, ouvert, et poussant la fermeté de caractère jusqu'à l'opiniâtreté. D'une culture d'esprit plus relevée que la plupart des hommes de sa classe, il lisait beaucoup. Les livres étaient rares alors ; mais Jean ne laissait passer aucune occasion de s'en procurer. Ils étaient ses délassements dans les intervalles de repos que lui laissait un travail rude et assidu. Marguerite possédait les vertus qui parent les femmes honnêtes et pieuses. On remarquait surtout sa pudeur, sa crainte de Dieu et son esprit de prière. Elle était regardée par les mères de famille de l'endroit comme un modèle qu'elles devaient s'appliquer à suivre 2.

On ne sait pas d'une manière précise depuis combien de temps les deux époux étaient établis à Eisleben, lorsque, le i0 novembre, une heure avant minuit, Marguerite donna le jour à un fils. Melanchton interrogea souvent la mère de son ami sur l'époque de la naissance de celui-ci : « Je « me rappelle très-bien le jour et l'heure, répon- « dait-elle; mais pour l'année je n'en suis pas cer- « taine.» Mais Jacques, frère de Luther, homme honnête et intègre, a rapporté que, selon l'opinion de toute la famille, Martin naquit l'an de Christ i483, le i0 novembre, veille de la Saint- Martin '. La première pensée des pieux parents fut de consacrer à Dieu par le saint baptême l'enfant qu'il venait de leur accorder. Dès le lendemain, qui se trouvait être un mardi, le père porta son fils avec reconnaissance et joie à l'église de Saint-Pierre ; ce fut là qu'il reçut le sceau de sa consécration au Seigneur. On l'appela Martin en mémoire de ce jour.

Le jeune Martin n'avait pas encore six mois, lorsque ses parents quittèrent Eisleben, pour se rendre à Mansfeld, qui n'en est éloigné que de cinq lieues. Les mines de Mansfeld étaient alors très-célèbres. Jean Luther, homme laborieux , sentant qu'il serait peut-être appelé à élever une famille nombreuse, espérait y gagner plus facilement son pain et celui de ses enfants. C'est dans cette ville que l'intelligence et les forces du jeune Luther reçurent leur premier développement; c'est là que son activité commença à se montrer, que son caractère se prononça dans ses paroles et dans ses actions. Les plaines de Mansfeld, les bords du Wipper, furent le théâtre de ses premiers ébats avec les enfants du voisinage.

Les commencements du séjour à Mansfeld furent pénibles pour l'honnête Jean et pour sa femme. Ils y vécurent d'abord dans une grande pauvreté. «Mes parents, dit le réformateur, ont été très- « pauvres. Mon père était un pauvre bûcheron, et « ma mère a souvent porté son bois sur le dos, « afin d'avoir de quoi nous élever, nous autres « enfants. Ils ont supporté pour nous des travaux « rudes jusqu'au sang. » L'exemple de parents qu'il respectait, les habitudes qu'ils lui inspirèrent, accoutumèrent de bonne heure Luther au travail et à la frugalité. Que de fois sans doute il accompagna sa mère dans le bois, pour y ramasser aussi son petit fagot !

Il y a des promesses faites au travail du juste, et Jean Luther en éprouva la réalité. Ayant acquis un peu plus d'aisance, il établit à Mansfeld deux fourneaux de forge. Ce fut autour de ces fourneaux que grandit le jeune Martin, et ce fut du produit de ce travail que son père pourvut plus tard à ses études. « C'était d'une famille de mineurs, dit le bon Mathesius, que devait sortir « le fondeur spirituel de la chrétienté. Image de « ce que Dieu voulait faire en nettoyant par lui « les fils de Lévi et en les épurant dans ses fourneaux, comme l'or r. » Respecté de tous pour sa droiture, sa vie sans taches et son bon sens, Jean Luther fut fait conseiller de Mansfeld, capitale du comté de ce nom. Une trop grande misère eût pu appesantir l'esprit de l'enfant; l'aisance de la maison paternelle dilata son cœur et éleva son caractère.

Jean profita de sa nouvelle situation pour rechercher la société qu'il préférait. Il faisait grand cas des hommes instruits, et il invitait souvent à sa table les ecclésiastiques et les maîtres d'école du lieu. Sa maison offrait le spectacle de ces sociétés de simples bourgeois qui honoraient l'Allemagne au commencement du seizième siècle. C'était un miroir où venaient se réfléchir les nombreuses images qui se succédaient sur la scène agitée de ce temps-là. L'enfant en profita. Sans doute, la vue de ces hommes, auxquels on témoignait tant d'égards dans la maison de son père, excita plus d'une fois dans le cœur du jeune Martin le désir ambitieux de devenir lui-même un jour maître d'école ou savant.

Dès qu'il fut en âge de recevoir quelque enseignement, ses parents cherchèrent à lui donner la connaissance de Dieu, à lui en inspirer la crainte, et à le former aux vertus chrétiennes. Ils mettaient tous leurs soins à cette première éducation domestique '. Cependant ce ne fut pas à cela que se borna leur tendre sollicitude.

Son père, désireux de lui voir acquérir les éléments des connaissances pour lesquelles il avait tant d'estime, invoqua sur lui la bénédiction de Dieu et l'envoya à l'école. Martin était encore très- petit. Son père, ou un jeune homme de Mansfeld, Nicolas Emler, le portaient souvent dans leurs bras à la maison de George Emile, et retournaient ensuite l'y chercher. Emler épousa plus tard une sœur de Luther. Cinquante ans après, le réforma, teur rappelait au vieux Nicolas cette marque touchante d'affection, reçue dans les premières années de son enfance, et la retraçait sur les premières feuilles d'un livre dont il faisait présent à cet ancien ami'.

La piété de ses parents, leur activité, leur vertu austère, donnèrent au jeune garçon une impulsion heureuse et formèrent en lui un esprit attentif et grave. Un système qui employait pour principaux mobiles les châtiments et la crainte, prévalait alors dans l'éducation. Marguerite, tout en approuvant quelquefois la conduite trop sévère de son mari, ouvrit souvent à Martin ses bras maternels, pour le consoler au milieu de ses larmes. Cependant elle-même dépassait aussi les préceptes de cette sagesse qui nous dit : Celui qui aime son fils se hâte de le châtier. Le caractère impétueux de l'enfant donnait lieu à bien des corrections et des réprimandes. « Mes parents, dit « plus tard Luther, m'ont traité durement, ce qui « m'a rendu très-craintif. Ma mère me châtia un « jour si fort pour une noisette, que le sang en « coula. Ils croyaient de tout leur cœur bien faire; « mais ils ne savaient pas discerner les esprits, ce « qui est cependant nécessaire pour savoir quand, « à qui et comment les punitions doivent être in- « fligées '. »

Le pauvre enfant endurait à l'école des traitements non moins sévères. Son maître le fustigea quinze fois de suite dans une matinée. « Il faut, disait Luther en rapportant ce fait, fouetter les « enfants, mais il faut en même temps les aimer.» Avec une telle éducation, Luther apprit de bonne heure à mépriser les agréments d'une vie sensuelle. « Ce qui doit devenir grand, doit commencer petitement , » remarque avec justesse l'un de ses plus anciens historiens ,« et si les enfants sont « élevés dès leur jeunesse avec trop de délicatesse « et de prévenances , on leur nuit par là pour toute « leur vie2. »

Martin apprit quelque chose à l'école. On lui enseigna les chapitres du catéchisme, les dix commandements, le symbole des apôtres, l'oraison dominicale, des cantiques, des formules de prières, le eionat, grammaire latine composée dans le quatrième siècle par Donatus , maître de saint Jérôme, et qui, perfectionnée dans le onzième siècle par un moine français nommé Remigius, fut longtemps en grande réputation dans toutes les écoles; il étudia de plus le Cisio-Janus, calendrier très-singulier, composé dans le dixième ou le onzième siècle ; enfin on lui apprit tout ce qu'on savait dans l'école latine de Mansfeld.

Mais l'enfant ne paraît point y avoir été conduit à Dieu. Le seul sentiment religieux qu'on pouvait alors découvrir eu lui était celui de la crainte. Chaque fois qu'il entendait parler de Jésus-Christ, il pâlissait d'épouvante ; car on ne le lui avait représenté que comme un juge irrité. Cette crainte servile, qui est si éloignée de la vraie religion, le prépara peut-être à la bonne nouvelle de l'Évangile, et à cette joie qu'il ressentit plus tard, quand il apprit à connaître celui qui était doux et humble de cœur.

Jean Luther voulait faire de son fils un savant. Le jour nouveau qui commençait partout à rayonner, pénétrait jusque dans la maison du mineur de Mansfeld, et y excitait des pensées d'ambition. Les dispositions remarquables, l'application persévérante de son fils, faisaient concevoir à Jean les plus belles espérances. Aussi, lorsque Martin eut atteint, en i^97» l'âge de quatorze ans, son père prit-il la résolution de se séparer de lui, pour l'envoyer à Magdebourg, à l'école des Franciscains. Marguerite dut y consentir, et Martin se prépara à quitter le toit paternel.

Parmi les jeunes gens qu'il rencontra à Mansfeld , était le fils d'un bon bourgeois, Jean Rei- necke. Martin et Jean, camarades d'école dans leur enfance, s'étaient liés d'une étroite amitié qui dura toute leur vie. Les deux jeunes garçons partirent ensemble pour Magdebourg. Là, éloignés de leurs familles, ils s'attachèrent encore plus l'un à l'autre.

Magdebourg fut pour Martin comme un monde nouveau. Au milieu de nombreuses privations (car il avait à peine de quoi vivre), il examinait, il écoutait. Andreas Proles, provincial de l'ordre des Augustins, prêchait alors-avec beaucoup de chaleur la nécessité de réformer la religion et l'Église. Peut-être ces discours déposèrent-ils dans l'âme du jeune homme le premier germe des idées qui s'y développèrent plus tard.

C'était pour Luther le temps d'un rude apprentissage. Lancé dans le monde à quatorze ans, sans amis et sans protecteurs, il tremblait devant ses maîtres, et, dans les heures de récréation, il cherchait péniblement sa nourriture avec des enfants aussi pauvres que lui. «Je quêtais, dit-il, « avec mes camarades quelque peu d'aliments, afin « d'avoir de quoi pourvoir à nos besoins. Un jour, « dans le temps où l'Église célèbre la fête de la « naissance de Jésus-Christ, nous parcourions en« semble les villages voisins, allant de maison en « maison et chantant à quatre voix les cantiques ordinaires sur le petit enfant Jésus, né à Bethléhem. « Nous nous arrêtâmes devant une demeure de « paysan, isolée, au bout d'un village. Le paysan , « nous entendant chanter nos hymnes de Noël, « sortit avec quelques provisions qu'il voulait nous « donner, et demanda d'une grosse voix et d'un « ton rude : Où êtes-vous, garçons ? Épouvantés à « ces paroles, nous nous sauvâmes à toutes jambes. Nous n'avions aucune raison de nous effrayer, car le paysan nous offrait de bon cœur « cette assistance ; mais nos cœurs sans doute « étaient rendus craintifs par les menaces et la tyrannie dont les maîtres accablaient alors les « écoliers, en sorte qu'un subit effroi nous avait « saisis. A la fin, cependant, le paysan nous ap- « pelant toujours, nous nous arrêtâmes, nous laissâines nos craintes, nous courûmes vers lui, et « nous reçûmes de sa main la nourriture qu'il «nous destinait. C'est ainsi, ajoute Luther, que « nous avons coutume de trembler et de nous en« fuir, quand notre conscience est coupable et « effrayée. Alors nous avons peur même d'un se- « cours qu'on nous offre, et de ceux qui sont « nos amis et qui veulent nous faire toute sorte de « bien'. »

Un an s'était à peine écoulé, lorsque Jean et Marguerite, apprenant combien leur fils trouvait de difficulté à vivre à Magdebourg, l'envoyèrent à Isenac, où se trouvait une école célèbre et où ils avaient plusieurs parents2. Ils avaient d'autres enfants; et bien que leur aisance se fût accrue, ils ne pouvaient entretenir leur fils dans une ville étrangère. Les fourneaux et les veilles de Jean Luther ne faisaient vivre que la famille de Mansfeld. Il espérait que Martin, arrivé à Isenac, y trouverait plus facilement de quoi subsister. Mais il n'y fut pas plus heureux. Ceux de ses parents qui habitaient cette ville ne se soucièrent pas de lui, ou peut-être que très-pauvres eux-mêmes, ils ne pouvaient lui être d'aucun secours.

Quand l'écolier était pressé par la faim, il devait, comme à Magdebourg, se joindre à ses camarades d'études, et chanter avec eux devant les maisons pour obtenir un morceau de pain. Cette habitude du temps de Luther s'est conservée jusqu'à nos jours dans plusieurs villes d'Allemagne ; quelquefois les voix des jeunes garçons y forment un chant plein d'harmonie. Souvent le pauvre et modeste Martin ne recevait, au lieu de pain, que de dures paroles. Alors, accablé de tristesse, il versait en secret bien des larmes, et ne pensait qu'en tremblant à l'avenir.

Un jour, entre autres, on l'avait déjà repoussé de trois maisons, et il se disposait à retourner à jeun à son gîte, lorsque, parvenu sur la place Saint-George, il s'arrêta, immobile et plongé dans de tristes réflexions, devant la maison d'un honnête bourgeois. Faudra-t-il, faute de pain, qu'il renonce aux études et qu'il aille travailler avec son père dans les mines de Mansfeld? Tout à coup une porte s'ouvre; une femme paraît sur le seuil : c'est l'épouse de Conrad Cotta, la fille du bourgmestre d'Ilefeld '. Elle s'appelait Ursule. Les chroniques d'Isenac l'appellent « la pieuse Suiiamite, » en souvenir de celle qui retint avec tant d'instances le prophète Elisée à manger du pain chez elle. La Sunamite chrétienne avait déjà remarqué plus d'une fois le jeune Martin dans les assemblées des fidèles; elle avait été touchée de la douceur de son chant et de sa dévotion '. Elle venait d'entendre les paroles dures qu'on avait adressées au pauvre écolier, et le voyant tout triste devant sa porte, elle vint à son aide, lui fit signe d'entrer, et lui servit de quoi apaiser sa faim.

Conrad approuva la bienfaisance de sa femme; il trouva même tant d'agrément dans la société du jeune Luther, que, quelques jours après, il le prit entièrement dans sa maison. Dès ce moment ses études sont assurées. Il n'est pas obligé de retourner aux mines de Mansfeld et d'enfouir le talent que Dieu lui a confié. Lorsqu'il ne savait plus que devenir, Dieu lui a ouvert le cœur et la porte d'une famille chrétienne. Cet événement disposa son âme à cette confiance en Dieu, que les plus fortes tempêtes ne purent dans la suite ébranler. .

Luther trouva dans la maison de Cotta une vie bien différente de celle qu'il avait jusqu'alors connue. Il y eut une existence douce, exempte de soucis et de besoins; son esprit devint plus serein, son caractère plus gai, son cœur plus ouvert. Tout son être se réveilla aux doux rayons de la charité, et commença à s'ébattre, de vie, de joie, de bonheur. Ses prières furent plus ardentes, sa soif de savoir plus grande; il fit de rapides progrès.

Aux lettres et aux sciences il ajouta le charme des arts ; car les arts aussi grandissaient en Allemagne. Les hommes que Dieu destine à agir sur leurs contemporains, sont d'abord eux-mêmes saisis et entraînés par toutes les tendances de leur siècle. Luther apprit à jouer de la flûte et du luth. Il accompagnait souvent de ce dernier instrument sa belle voix d'alto : il égayait ainsi son cœur dans ses moments de tristesse. Il se plaisait aussi à témoigner par ses accords sa vive reconnaissance à sa mère adoptive, qui aimait beaucoup la musique. Il a lui-même aimé cet art jusqu'à sa vieillesse, et a composé les paroles et le chant de quelques-uns des plus beaux cantiques que l'Allemagne possède. Plusieurs même ont passé dans notre langue.

Temps heureux pour le jeune homme! Luther se le rappela toujours avec émotion. Un fils de Conrad étant venu, bien des années après, étudier à Wittemberg, lorsque le pauvre écolier d'Isenac était devenu le docteur de son siècle, il le reçut avec joie à sa table et sous son toit. Il voulait rendre en partie au fils ce qu'il avait reçu du père et de la mère. C'est en se souvenant de la femme chrétienne qui lui avait donné du pain quand tout le monde le repoussait, qu'il dit cette belle parole : «Il n'y a rien sur la terre de plus « doux que le cœur d'une femme où la piété habite. )<

Jamais Luther n'eut honte des jours où, pressé par la faim, il mendiait tristement le pain nécessaire à ses études et à sa vie. Bien loin de là, il pensait avec reconnaissance à cette grande pauvreté de sa jeunesse. Il la regardait comme un des moyens dont Dieu s'était servi pour faire de lui ce qu'il devint plus tard, et il lui en rendait grâces. Les pauvres enfants qui étaient obligés de suivre la même vie, touchaient son cœur. « Ne « méprisez pas, disait-il, les garçons qui cherchent, «en chantant devant les portes, panem propter Deum, du pain pour l'amour de Dieu; moi aussi, «j'ai fait de même. Il est vrai que plus tard mon «père m'a entretenu avec beaucoup d'amour et « de bonté à l'université d'Erfurt, m'y soutenant « à la sueur de sou front ; toutefois j'ai été un « pauvre quêteur. Et maintenant, au moyen de ma «plume, je suis venu si loin, que je ne voudrais « pas changer de fortune avec le Grand-Turc lui-même. Bien plus, quand on entasserait les uns « sur les autres tous les biens de la terre, je ne « les prendrais pas en échange de ce que j'ai. Et « cependant je n'en serais pas au point où je me « trouve, si je n'avais été à l'école et si je n'avais « appris à écrire. » Ainsi le grand homme trouve dans ces premiers et humbles commencements, l'origine de sa gloire. Il ne craint pas de rappeler que cette voix, dont les accents firent tressaillir l'Empire et le monde, sollicitait naguère un morceau de pain dans les rues d'une pauvre cité. Le chrétien se complaît dans ces souvenirs, parce qu'ils lui rappellent que c'est en Dieu qu'il doit se glorifier.

La force de son intelligence, la vivacité de son imagination, l'excellence de sa mémoire, lui firent bientôt devancer tous ses compagnons d'études'. Il fit surtout de rapides progrès dans les langues anciennes, dans l'éloquence et dans la poésie. Il écrivait des discours, il faisait des vers. Gai, complaisant, ayant ce qu'on appelle un bon cœur, il était chéri de ses maîtres et de ses camarades.

Parmi ses professeurs, il s'attacha particulièrement à Jean Trébonius, homme savant, d'un débit agréable, et qui avait ces égards pour la jeunesse, qui sont si propres à l'encourager. Martin avait remarqué que lorsque Trébonius entrait dans la classe, il se découvrait la tête pour saluer les écoliers. Grande condescendance en ces temps pédantesques ! Cela avait plu au jeune homme. Il avait compris qu'il valait aussi quelque chose. Le respect du maître avait rehaussé l'élève à ses propres yeux. Les collègues de Trébonius, qui n'avaient pas la même habitude, lui ayant un jour témoigné leur étonnement de cette extrême condescendance, il leur répondit, et ceci ne frappa pas moins le jeune Luther : « Il y a parmi ces «jeunes garçons des hommes dont Dieu fera, un «jour, des bourgmestres, des chanceliers, des docteurs, des magistrats. Quand même vous ne les « voyez pas encore avec les signes de leurs dignités, il est juste pourtant que vous ayez pour « eux du respect. » Sans doute le jeune écolier écouta avec plaisir ces paroles, et peut-être se vit-il déjà alors un bonnet de docteur sur la tête.