MERLE D'AUBIGNÉ - Histoire de la Réformation du seizième siècle (Tome V - Livre 18 - Chapitre 2)

De Calvinisme
Révision de 19 février 2009 à 11:03 par Didier (discussion | contributions) (Nouvelle page : === Le Testament et les prêtres - Un jeune docteur de Cambridge - Ses angoisses - Il ouvre le Nouveau Testament - La Réformation commence - Une vallée de la Severn - William Tynda...)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Le Testament et les prêtres - Un jeune docteur de Cambridge - Ses angoisses - Il ouvre le Nouveau Testament - La Réformation commence - Une vallée de la Severn - William Tyndale - Évangélisation à Oxford - Bilney enseigne à Cambridge - Jean Fryth - Sa conversion - La vraie consécration - Jésus-Christ vient

Tandis que ce vent impétueux passait sur l'Angleterre et sifflait dans les longs corridors des couvents, le doux son de la Parole pénétrait dans les demeures paisibles des hommes de prière et sous les voûtes antiques de Cambridge et d'Oxford. Dans les chambres, dans les salles d'étude et dans les réfectoires, on rencontrait des étudiants, et même des maîtres, lisant le Testament grec et latin. Des groupes animés discutaient le principe de la Réformation. Christ, en venant sur la terre, disaient quelques-uns, a donné la Parole, et en montant au ciel, il a donné l'Esprit. Ce sont ces deux forces qui ont créé l'Église, et ce sont elles qui doivent la régénérer. —Non, répondaient les partisans de Rome, ce fut l'enseignement des apôtres au commencement, et c'est l'enseignement des prêtres maintenant. — Les apôtres ! répliquaient les amis du Testament d'Érasme, oui, il est vrai, les apôtres ont été, pendant leur ministère, des Écritures vivantes; mais leurs enseignements oraux se seraient infailliblement altérés en passant de bouche en bouche. Dieu a donc voulu que ces précieuses leçons nous fussent conservées dans leurs écrits, et devinssent ainsi la source toujours pure de la vérité et du salut. — Mettre en avant les Écritures, comme font vos prétendus réformateurs, reprenaient les scolastiques de Cambridge et d'Oxford, c'est répandre partout l'hérésie ! — Et que font les réformateurs, répliquaient les amis du Testament grec, si ce n'est ce que Jésus a fait? La parole des prophètes n'existait du temps de Jésus que comme Écriture, et ce fut à cette Parole écrite que le Seigneur en appela quand il voulut fonder son royaume. De même, maintenant, la Parole des apôtres n'existe que comme Écriture, et c'est à cette Parole écrite que nous en appelons pour rétablir en son état primitif le règne du Seigneur. La nuit est passée, le jour s'approche; tout commence à se mouvoir, dans les hautes salles des collèges, dans les palais des grands et dans les humbles demeures du peuple. Devrait-on, pour dissiper les ténèbres, allumer la mèche desséchée de quelque lampe vieillie ! Ne faut-il pas plutôt ouvrir les portes, les volets, et faire entrer de toutes parts dans la maison la grande lumière que Dieu a placée dans le ciel?

Il y avait dans le collège de la Trinité, à Cambridge, un jeune docteur fort adonné à l'étude du droit canon, d'une âme sérieuse, d'un naturel timide, et dont la conscience délicate s'efforçait, mais inutilement, d'accomplir les commandements de Dieu. Inquiet de son salut, Thomas Bilney s'adressa aux prêtres, qu'il regardait comme les médecins de l'âme. A genoux sur le prie-dieu du confessionnal, la tête penchée vers l'oreille du confesseur, le regard humble et le visage défait, il lui disait tous ses péchés et même ceux dont il doutait. Le prêtre lui prescrivait tantôt des jeûnes, tantôt des veilles prolongées, tantôt des messes qui coûtaient cher, des indulgences enfin; le pauvre fellow accomplissait ces pratiques avec une grande dévotion, mais n'y trouvait aucun soulagement. Petit et faible, il maigrissait à vue d'œil; son intelligence s'alanguissait, son imagination s'éteignait, et sa bourse s'aplatissait, o Hélas! disait-il avec angoisse, ma dernière condition est « pire que la première! » — De temps en temps une idée traversait son esprit : « Les prêtres, pensait-il, ne chercheraient-ils pas leur intérêt particulier, et non le salut « de mon âme ? » Mais rejetant aussitôt ce doute téméraire, il retombait sous la main de fer du clergé.

Un jour, Bilney entendit parler d'un livre nouveau; c'était le Testament grec, imprimé avec une traduction latine, dont on vantait fort l'élégance. Attiré par la beauté du latin plus que par la divinité de la Parole, il avança la main, mais-nu moment où il allait prendre le livre, la crainte le saisit et il la retira précipitamment. En effet, les confesseurs défendaient sévèrement les livres hébreux et grecs, « sources de toutes les hérésies, » et le Testament d'Érasme était surtout interdit. Bilney cependant regrettait un si grand sacrifice; n'était-ce pas le Testament d« Jésus-Christ? Dieu n'y aurait-il pas mis une parole qui peut-être guérirait son âme? Il avançait, il reculait... A la fin il prit courage. Poussé, dit-il, par la main de Dieu, il sortit du collège, se glissa en un lieu où l'on vendait en secret le volume grec, l'acheta en tremblant, et courut s'enfermer dans sa chambre.

Il l'ouvre, et ses regards s'arrêtent sur ces paroles : Certus sermo, et dignits quem modis omnibus amplecta- mur, quod Christus Jesus venit in mundum, ut peccatores saluas faccret, quorum primus ego sum. II pose le livre; il pense à cette étonnante déclaration. «Quoi! dit-il, « Paul le premier des pécheurs, et Paul est pourtant «certain d'être sauvé!...» Il lit et relit. « 0 sentence a de Paul, que tu es douce à mon âme ! » s'écria- t-il. Cette déclaration le suit partout, et Dieu l'instruit ainsi dans le secret de son cœur . Il ne sait ce qui lui arrive ; il lui semble comme si un vent rafraîchissant soufflait sur son âme, ou comme si un riche trésor était mis dans sa main; le Saint-Esprit prend ce qui est à Christ et le lui annonce!... « Moi aussi, s'écrie-t-il tout ému, je suis comme Paul, plus que «Paul, le plus grand des pêcheurs!... Mais Christ sauve le pécheur. Enfin j'ai entendu parler de Jésus! »

Il n'a plus de doute; il est sauvé.,. Alors s'opère en lui une admirable transformation; une joie inconnue l'inonde; sa conscience, jusqu'alors meurtrie des blessures du péché, se guérit; au lieu du désespoir, il éprouve une paix intérieure qui surpasse toute intelligence. «Jésus-Christ, « s'écrie-t-il, oui, Jésus-Christ sauve!... » Voilà le caractère de la Réformation; c'est Jésus-Christ qui sauve et non l'Église. «Je le vois, disait Bilney, mes veilles, mes « jeûnes, mes pèlerinages, mes achats de messes et d'indulgences me perdaient, au lieu de me sauver. Tous « ces efforts n'étaient, comme dit saint Augustin, qu'une « marche précipitée vers l'abîme... »

Bilney ne pouvait se lasser de lire et relire le Nouveau Testament. Ce n'était plus aux leçons des scolastiques qu'il prêtait l'oreille; il entendait Jésus à Capernaum, Pierre dans le temple, Paul à l'Aréopage, et sentait en lui-même que Christ a les paroles de la vie éternelle. Un témoin de Jésus-Christ venait de naître par la même vertu qui avait transformé Paul, Apollon ou Timothée. La Réformation de l'Angleterre commençait. Bilney relevait du Fils de Dieu, non par une lointaine succession, mais par une immédiate génération. Laissant aux disciples du pape cette chaîne embrouillée d'une succession imaginaire, dont il est impossible de démêler les anneaux, il se rattachait sans intermédiaire à Jésus-Christ. C'est la parole du premier siècle qui a enfanté le seizième. Le protestantisme ne descend pas de l'Évangile à la cinquantième génération comme l'Église romaine du concile de Trente, ou à la soixantième comme quelques docteurs modernes; il en est le fils direct, légitime, il est le fils du Maître.

Ce n'était pas en un seul lieu que Dieu agissait alors. Les premiers rayons du soleil d'en haut doraient à la fois de leurs feux les gothiques collèges d'Oxford et les vieilles écoles de Cambridge.

Sur les bords de la Severn, qui descend des montagnes de Galles, s'étend une vallée pittoresque, bordée par la forêt de Dean et parsemée de villages, de clochers et de vieux châteaux. Elle était au seizième siècle particulièrement chérie des prêtres et des moines, et quand on jurait dans les couvents, on disait : « Aussi certain que Dieu est o dans le Glocestershire ! » Les oiseaux de proie de la papauté s'y étaient abattus. Pendant cinquante ans, de 1484. à 1534, quatre évêques italiens, placés successivement à la tête de ce diocèse, le livrèrent aux papes, aux moines et à l'immoralité. Les voleurs surtout y étaient les objets des tendres faveurs de la hiérarchie. Jean de Lilius, collecteur de la chambre apostolique, avait reçu du souverain pontife le pouvoir de pardonner les meurtres et les larcins, à condition que le coupable partagerait son gain avec le commissaire pontifical .

Dans cette vallée, au pied du sommet occidental du Stinchcomb-Hill, au sud-ouest de Glocester, habitait pendant la seconde moitié du quinzième siècle, une famille qui s'y était réfugiée durant les guerres d'York et de Lancaster, et y avait pris le nom de Hutchins. Sous Henri VII, son parti ayant le dessus, elle reprit son nom de Tyndale, porté jadis par d'anciens barons. En 1484, environ un an après la naissance de Luther, presque au moment où Zwingle venait au monde dans les montagnes du Tockenbourg, naquit à ces partisans de la rose rouge, dans le village de North-Nibley, un fils, qui fut nommé William. Ce fut dans les campagnes que domine le château de Berkeley, sur les grandes eaux de la Severn et au milieu des moines et des collecteurs pontificaux, que s'ébattit l'enfance de William. Envoyé de bonne heure par son père à l'université d'Oxford , il y apprit la grammaire, et la philosophie dans l'école de Sainte-Marie-Madeleine, qui touchait au collége de ce nom. Il fit de rapides progrès, spécialement dans les langues, sous les premiers érudits de l'Angleterre, Grocyn, W. Latimer et Linacer, et prit ses grades universitaires. Un maître plus excellent que ces docteurs, le Saint-Esprit parlant dans la sainte Écriture, allait bientôt lui apprendre une science qu'il n'est pas au pouvoir de l'homme de donner.

Oxford, où Érasme avait tant d'amis, fut la ville de l'Angleterre où son Nouveau Testament trouva le meilleur accueil. Le jeune étudiant du Glocestershire, intérieurement poussé vers l'étude des saintes lettres, lut le livre célèbre qui attirait alors l'attention de la chrétienté. Il n'y vit d'abord qu'un écrit savant, ou tout au plus un manuel de piété, dont les beautés n'étaient propres qu'à exalter le sentiment religieux ; mais bientôt il y trouva davantage. Plus il le lisait, plus la vérité et l'énergie de cette Parole le frappaient. Ce livre étrange lui parlait de Dieu, du Christ, de la régénération, avec une simplicité et une autorisé qui le subjuguaient; William a trouvé un maître qu'il n'avait pas cherché à Oxford, Dieu lui-même. Les pages qu'il tient dans ses mains, ce sont les révélations divines, si longtemps égarées. Doué d'une âme noble, d'un esprit hardi, d'une infatigable activité, il ne garda pas pour lui ce trésor. Il poussa ce cri qui convient au chrétien, mieux encore qu'à Archimède : J'ai trouvé! Aussitôt plusieurs jeunes gens de l'université, attirés par la pureté de sa vie et par le charme de sa conversation, l'entourèrent et lurent avec lui l'Évangile grec et latin d'Érasme. «Un « certain jeune homme fort instruit, » dit Érasme dans une lettre où il parle de la publication de son Nouveau Testament, « se mit à professer avec succès les lettres o grecques à Oxford. » C'est probablement de Tyndale qu'il s'agit.

Les moines prirent l'éveil. « Un barbare, dit encore «Érasme, monta en chaire et vomit contre le grec de « véhémentes injures. » — « Ces gens, dit Tyndale, voulaient éteindre la lumière qui dévoilait leur charlatanisme, et il y a; plus de douze ans que leurs trames ont a commencé. » Cette parole est de 1531, ce qui reporte le fait à 1517. L'Allemagne et l'Angleterre commençaient donc en même temps la lutte, et peut-être Oxford avant Wittemberg. Tyndale se rappelant ce précepte : « Quand «ils vous persécuteront dans une ville, fuyez dans une « autre, » quitta Oxford et se rendit à Cambridge. Il faut que les esprits que Dieu a amenés à sa connaissance se rencontrent et s'éclairent mutuellement. Des charbons isolés s'éteignent, mais rapprochés ils se rallument, et peuvent épurer l'or et l'argent. La hiérarchie romaine se chargeait de réunir les feux épars de la Réformation.

Bilney n'était pas inactif à Cambridge. A peine la sublime leçon de Jésus-Christ » l'avait-elle rempli de joie, que tombant à genoux il s'était écrié : « O toi qui es la « vérité, donne-moi pour l'enseigner une grande puissance, et convertis les impies par celui qui a lui-même a été un impie. » Après cette prière, un feu nouveau avait .'iiim.' ses regards; il avait rassemblé ses amis, et ouvrant au milieu d'eux le Testament d'Érasme, il avait mis le doigt sur les paroles qui avaient saisi son âme, et ces paroles en avaient saisi plusieurs. L'arrivée de Tyn- dale vint augmenter son courage, et la lumière grandit dans Cambridge.

Jean Frylh, âgé de dix-huit ans environ, fils d'un aubergiste de Sevenoaks, dans le comté de Kent, se distinguait au milieu des étudiants de King's College, par la promptitude de son intelligence et l'honnêteté de sa vie. Il était aussi savant dans les démonstrations mathématiques, que Tyndale dans les classiques, et Bilney dans le droit canon. Esprit exact, mais âme élevée, il reconnut dans la sainte Écriture une science d'un genre nouveau. «Ces choses-là, «dit-il, ne se démontrent pas comme les propositions « d'Euclide ; l'étude suffit pour imprimer dans notre esprit les théorèmes mathématiques, niais cette science de Dieu trouve dans l'homme une résistance qui nécessite l'intervention d'une puissance divine. Le christianisme est une régénération. » — La semence céleste germa promptement dans le cœur de Fryth.

Ces trois jeunes savants se mirent à l'œuvre avec enthousiasme. Us déclaraient que l'absolution des prêtres, ou tel autre rite religieux, était incapable de donner la rémission des péchés, que l'assurance du pardon ne s'obtient que par la foi, mais que la foi purifie le cœur; puis ils adressaient à tous cette parole de Christ qui avait tant scandalisé les moines : Convertissez-vous!

Des idées si nouvelles produisirent une grande rumeur. Un fameux orateur s'efforça de montrer un jour à Cambridge qu'il était inutile de prêcher au pécheur la conversion. « O toi, dit-il, qui pendant soixante années as « croupi dans tes convoitises comme une brute sur son fumier, penses-tu pouvoir dans une année faire autant « de pas vers le ciel que tu en as fait vers l'enfer? » — Bilney sortit indigné. « Est-ce là, s'écriait-il, prêcher la « repentance au nom de Jésus? Ce prêtre ne nous dit-il « pas : Christ ne veut pas te sauver? Hélas! depuis tant « de siècles que cette fatale doctrine est enseignée dans la « chrétienté, pas un seul homme n'a osé ouvrir la bouche « contre elle! » Plusieurs fellows de Cambridge se scandalisèrent de ces paroles de Bilney; le prédicateur dont il condamnait l'enseignement, n'était-il pas dûment ordonné par les évêques? — « A quoi servirait, répondit-il, d'avoir « été cent fois consacré, fût-ce même par mille bulles du « pape, si la vocation intérieure nous manque? En vain « a-t-on reçu sur la tête le souffle des évêques, si l'on n'a « jamais senti dans son cœur le souffle du Saint-Esprit. » Ainsi, dès l'origine de la Réformation, l'Angleterre, rejetant les superstitions romaines, discernait avec une extrême justesse ce qui fait l'essence de la consécration au service du Seigneur.

Après avoir prononcé ces belles paroles, le fellow de Cambridge, qui soupirait après une effusion de l'Esprit-Saint, s'enfermait dans sa chambre, tombait à genoux et demandait à Dieu de venir au secours de son Église. Puis, se relevant, il s'écriait, comme si un esprit prophétique l'eût animé : « Un temps nouveau commence. L'assemblée « chrétienne va être renouvelée... Quelqu'un vient à nous... « je le vois, je l'entends, c'est Jésus-Christ... Il est le roi, « et c'est lui qui appellera les vrais ministres chargés « d'évangéliser son peuple. »

Tyndale, plein de la même espérance que Bilney, quitta Cambridge dans le courant de 1519. La Réformation d'Angleterre commençait donc indépendamment de celles de Luther et de Zwingle, ne relevant que de Dieu seul. Il y avait dans tous les pays de la chrétienté une action simultanée de la Parole divine. Le principe de la Réforme à Oxford, à Cambridge, à Londres, c'était le Nouveau Testament grec publié par Érasme. L'Angleterre devait un jour être glorieuse de cette origine de sa Réformation.