PICTET - Traité contre l'indifférence des religions (Chapitre 5)

De Calvinisme
Révision de 25 janvier 2009 à 11:21 par Didier (discussion | contributions) (Nouvelle page : ===Contre ceux qui croient que la Providence ne se mêle point des affaires de la religion=== Il y en a d'autres, qui n'osent pas entièrement nier qu'iil y a une Providence, mais qu...)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Contre ceux qui croient que la Providence ne se mêle point des affaires de la religion

Il y en a d'autres, qui n'osent pas entièrement nier qu'iil y a une Providence, mais qui croient qu'elle ne se mêle que des choses de la plus grande importance, comme des royaumes, des empires et des républiques, sans s'informer de la créance des habitants du monde et qu'il lui est fort indifférent quoi que les hommes croient.
On n'aura pas de peine à réfuter ce sentiment. Premièrement, c'est une erreur de croire que la Providence ne gouverne pas les petites choses aussi bien que les grandes, car pourquoi ne croirions-nos pas que Dieu conduit et gouverne tout ce qu'il conserve et tout ce qu'il a fait? Est-ce parce qu'il est indigne de Dieu de prendre soin des plus petits insectes? Mais pourquoi le serait-il, puis qu'il a bien voulu les tirer du néant? N'a-t-on pas au contraire sujet d'admirer un Être